Sophie Taïeb

Bloggueuse et rédactrice

Blog du Crif - Agression des Roms suite à la propagation de fake news : comment ce drame aurait pu être évité

28 Mars 2019 | 164 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Martine Ouaknine est adjointe au Maire de Nice, déléguée au devoir de mémoire, à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, conseillère métropolitaine et départementale, présidente honoraire du Crif Sud-Est.

Pages

Antisémitisme

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Portrait de Jean Pierre Allali
LECTURES
|
24 Mai 2016
Catégorie : France, Antisémitisme

Malka Marcovich et Jean-Marie Dubois publient un ouvrage original sur un thème peu exploré jusqu'ici:la contribution de la société des transports parisiens à l'organisation de la déportation des Juifs de France aux heures sombres de l'Occupation nazie

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Là-bas, la crainte d'une menace russe est la principale raison qui exacerbe les passions identitaires.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Deux historiens français l’ont fait et publient ce mois d’avril en collection Que Sais-je Les 100 mots de la Shoah.

"La Place de la République ne vous appartient pas".

Dimanche dernier, des militants du Collectif Anti Boycott se sont rendu face à une manifestation BDS.

Quel est donc ce mouvement qui s'est vu offrir une tribune hier au journal télévisé de France 2 ?

Lundi 11 janvier, à Marseille, un jeune turc de 15 ans attaquait à la machette un enseignant juif portant une kippa. Une affaire qui devait provoquer une grande émotion, et qui a inspiré à Jérôme Fenoglio, le directeur du journal « Le Monde », un éditorial remarquable. En voici un extrait : « Ce mal, il faut le considérer pour ce qu’il est : le produit des noces mortelles entre djihadisme et antisémitisme. Le terrorisme fondamentaliste (…) reprend tous les stéréotypes du vieil antisémitisme européen, accommodé à la sauce de l’heure, mélange de théories du complot importées du Moyen-Orient et transportées par Internet ».

A force de tenir des raisonnements primaires, ami de Gôôôôche, tu es devenu primaire

Ce soir, jeudi 22 octobre, France 3 diffuse à 23h15 « Profs en territoires perdus de la République ? »

Article de Dr Bruno HALIOUA Secrétaire Général de l’AMIF (Association des Médecins Israélites de France)

Pages

Israël

Par Chloé Blum

Par Chloé Blum

Dans la Vieille Ville de Jérusalem, dissimulé au milieu des pierres millénaires, se cache un trésor tout israélien : une exposition en réalité augmentée pour retourner dans le passé et découvrir le second Temple comme on ne l'a jamais vu. Ajustez vos masques, embarquement immédiat !

Il y a 70 ans, le 29 novembre 1947, était voté par l’ONU à New York, le plan de partage de la Palestine mandataire. Cette résolution numéro 181 prévoyait la création de trois entités : un État juif, un État arabe et Jérusalem placé sous contrôle international.

Alors que le Fatah et le Hamas tentent une énième poignée de main historique, la diplomatie israélienne y répond par un silence qui mérite une attention particulière.

 

 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Pages

Il y a quelques jours, une capture d'écran "whatsapp" circulait sur les réseaux sociaux. Celle-ci faisait état d'une camionnette conduite par des Roms, camionnette qui aurait stationné devant de établissements scolaires, dans le but d'enlèvements d'enfants afin de leur faire intégrer des réseaux de prostitution ou de trafic d'organes.

En guise de représailles, une "expédition punitive" a été menée par une vindicte populaire dans un camp de roms voisin. Dix-neuf personnes ont été placées en garde à vue (dont deux mineurs) suite à des dégradations par incendie, faits de violences volontaires,  et participation avec arme à un attroupement. Parmi elles, trois adultes seront jugés en comparution immédiate, et un mineur présenté aux juges pour enfants.

Comment en est-on arrivé là ?

Tout d'abord, cette fake news a connu une viralité considérable du fait qu'elle ait joué sur les peurs les plus profondes (les enfants sont en danger), tout en s'appuyant sur des légendes urbaines ancrées. En France, 17% de la population croit à au moins une théorie du complot, gageons que le pourcentage de ceux qui croient aux légendes urbaines (clichés, préjugés, histoires "pour se faire peur") est également conséquent. Il est facile de transférer une image sans se poser de questions, surtout si l'on croit ce faisant éviter un terrible drame pour les enfants des alentours.

Les raisons qui sont à l'origine de cette rumeur sont variées, cela peut être parti d'un groupe de gens souhaitant nuire aux habitants du camp de roms, d'un groupe qui a voulu "faire le buzz", ou d'une personne qui a cru entendre une rumeur qu'il/elle a déformée pour la rendre plus "vendeuse", sans penser aux conséquences.

Comment cela aurait-il pu être évité ?

Attention à tout ce que vous partagez ! Rien n'est plus suspect qu'un message qui tourne sur whatsapp, qui plus est truffé de fautes d'orthographe, qui plus est qui se termine par "de source sûre les frere" (sic).

Ce type de fake news émaille les réseaux sociaux régulièrement. Ainsi, il y a quelques mois l'on parlait de tentatives d'enlèvements d'enfants dans un supermarché de région parisienne, cette rumeur provoquant une panique générale sur les réseaux sociaux. Facile à allumer, les fake news ont la dent dure et ne disparaissent qu'après avoir semé des dégâts.

La première règle, donc, c'est de ne pas partager une information non vérifiée. On commence par vérifier la "source" : qui vous a transmis l'information ? De qui l'information a été reçue ? Existe-t-il une source concordante ? Une source officielle ? Un article de presse ? Si la réponse aux trois dernières questions est non, posez-vous quelques questions. Et ne partagez pas sans avoir vos réponses.

Que faire à l'avenir ?

Vérifiez vos informations : leur teneur et la source. Le simple fait de "partager" une fausse information peut vous rendre d'une certaine manière complice des conséquences. Partager une information douteuse peut mener aux conséquences désastreuses telles que la descente d'il y a quelques jours.