La chronique (pas très casher) de Raphaela - Pessah 2.0

07 Avril 2020 | 357 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Mon discours prononcé au dîner du Crif Grenoble-Dauphiné, le 22 octobre 2017.

Mon discours à la cérémonie d'hommage aux Juifs engagés volontaires qui s'est tenue le 15 octobre 2017 au cimétière de Bagneux.

Dans ce courrier, j'ai félicité Audrey Azoulay pour son élection. J'ai également attiré son attention sur les positions récentes de l'Unesco sur Jérusalem et commente les relations passées de l'organisation avec le Crif.

Mardi 10 octobre 2017, j'ai été reçu par le Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères pour un long tour d'horizon.

Portrait de Invité
#BlogDuCrif - Devoir de mémoire
|
20 Septembre 2017
Catégorie : France

Il y a 76 ans, le 15 décembre 1941, 69 hommes ont été fusillés au Fort du Mont Valérien à Suresnes, dans les Hauts de Seine par les autorités d’occupations allemandes. Ces hommes, français et étrangers, furent arrêtés par les forces de polices françaises de la Préfecture de police du département de la Seine (à l’époque).

Je vais vous raconter l’histoire de Moritz Singer, mon oncle, le frère de ma mère, un de ces fusillés.

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

Pages

Actualité

Jeudi 6 septembre s'est tenue la cérémonie d'échange des vœux entre les responsables de la Communauté juive, la Maire de Paris Anne Hidalgo et la présidente du Conseil régional d'Ile de France Valérie Pécresse.

Jeudi 26 juillet, j'ai écrit au Ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian afin de lui faire part de mon étonnement face à l'absence de mention d’Israël dans les déclarations du Quai d'Orsay suite à l'évacuation de casques blancs syriens.

Mercredi 25 juillet, j'ai adressé des courriers aux Présidents respectifs de la Fédération Française des Échecs et de la Fédération Française de Judo. L'objectif : mener à bien le combat pour l'égalité et contre la discrimination de toute nature.

Fausses rumeurs, photos ou vidéos truquées… les fausses informations, ou fake news, inondent le net. La désinformation va parfois plus loin, prenant la forme de théories à l’apparence scientifique.

L'exposition CHAGALL, LISSITZKY, MALÉVITCH...L'AVANT-GARDE RUSSE À VITEBSK (1918-1922) est à découvrir juqu'au 16 juillet 2018 au Centre Pompidou.

Scoop : l’appel au boycott est illégal en France

 

Et vous, comment définiriez-vous l’humour juif ?

Pages

Opinion

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Pages

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Pessah 2.0

 

Quand je me revois, la semaine avant le confinement, en train de prier de tout mon cœur pour que mon patron m’annonce qu’il allait faire Pessah et que la boîte serait bel et bien fermée ce jour-là, je me dis que j’ai peut-être prié un peu trop fort.

Mais, nous y voilà. La sortie d’Égypte c’est demain, et nous ne nous sommes jamais sentis plus "prisonniers" qu’aujourd’hui. Nous n’avons pas encore dépassé le nombre de jours réglementaires d’errance dans le désert et je me demande comment faisaient nos ancêtres pour garder le moral sans Whatsapp. Bon, eux, au moins, ils étaient tous ensemble.

À ce stade du confinement, même la perspective de rester assise quatre heures et demie à table dans l’attente d’un aliment autre que du raifort sur son lit de matza, coincée entre mon cousin rabbin et mon cousin qui se prend pour un rabbin, ressemble à un doux rêve. Bien entendu, la suggestion de faire le Seder sur Zoom est apparue au détour d’un Kiddoush sur Zoom, mais c’est au-dessus de mes forces. Le Seder virtuel pourrait alors durer autant de temps que le confinement lui-même, un comble.

 

Pessah pendant le confinement, une plaie 2.0

Mais, heureusement, pour se donner le courage d’affronter cette plaie 2.0 qu’est Pessah pendant le confinement, il reste… les boulettes de Mamie ! Après avoir scrupuleusement noté la recette, il me reste à dégoter les ingrédients. Un bon substitut d’Affikomane, qu’évidemment – à moins de devenir schizophrène dans la journée – j’aurai beaucoup de mal à réaliser seule, dans mon appart parisien. Je trouve donc le "Kasher Kingdom" le plus proche, et à moi la chasse à la graisse d’oie et autres ingrédients extraordinaires pour quelqu’un dont l’aliment de base sont les pâtes sauce tomate.

En parcourant les allées tout en dévisageant tous ceux qui s’approchent un peu trop de moi, je me dis que n’empêche, tout ça ne serait pas arrivé si le monde entier était juif orthodoxe. Déjà, on mangerait casher. Eh oui, le poulet c’est peut-être un peu moins funky que le pangolin mais visiblement, c’est plus comestible ! Quand tu constates que manger des insectes était jusque là une épreuve de Koh Lanta, et que maintenant c’est un plat à la mode, tu te dis qu’on est mal barrés. Même constat côté effets positifs du confinement. On nous parle de baisse du taux de pollution et que partout "la nature reprend ses droits", mais, a priori, ce ne sont pas les juifs hassidiques qui déforestent la moitié de la terre pour avoir un sapin à Noël ou qui font du 4X4 le samedi après-midi… A priori.

Une fois chez moi avec mes courses - et après une longue réflexion sur le style de perruque que j’adopterai une fois devenue religieuse - je me motive à préparer un semblant de Pessah, histoire que cette nuit soit réellement un peu différente des autres nuits. Playlist du Prince d’Égypte en fond sonore, Hagada virtuelle, me voilà partie pour un Seder plus ou moins casher mais qui aura eu le mérite d’exister. Finalement, le seul précepte que je respecterai à fond sera celui des quatre coupes de vin !

En pensant à ces quatre coupes, je songe aussi aux enfants de la Hagada et à leurs quatre questions, et je me dis qu’au moins, le Seder de cette année permettra d’upgrader la qualité de mes propres quatre questions du moment, à savoir :

1) Est-ce que je me douche aujourd’hui ? 2) Si oui, est-ce que je m’habille ? 3) Quelle série Netflix ? 4) Mais d’ailleurs Netflix ou Amazon Prime ?