Blog du Crif - "Trop d'amour", une famille qui rit pour ne pas pleurer

14 Octobre 2021 | 302 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Au lendemain des déclarations du ministre israélien de la défense, lundi 26 décembre, qualifiant la conférence de paix sur le Proche-Orient qui doit se tenir prochainement à Paris de nouveau « procès Dreyfus », le Crif a condamné des propos « maladroits ».

 
 
 

J'ai répondu aux questions d'Olivier Lerner dimanche 4 décembre lors de notre Convention Nationale

Halte à la discrimination d'Israel, le CRIF proteste suite à la décision d'étiqueter les produits israeliens. 

Suite à l'annonce de l'adoption de la directive de l'E.U sur l'étiquetage des produits israéliens le Crif a réagit à travers un communiqué, j'ai voulu dénoncer la décision française et l'obessession israelienne.

J'ai répondu aux questions de Sputnik news.

« Si on parlait de la France ? Français, juifs et citoyens » : c’est le thème de la 7e Convention nationale du Crif le dimanche 4 décembre au Palais des Congrès de Paris.

C’est une étonnante indifférence qui entoure la mise en lambeaux de la ville d’Alep en Syrie.

Donald Trump est un excentrique narcissique qui au cours de sa campagne électorale a fait du mensonge une arme redoutable.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Portrait de Jean Pierre Allali
ADIEU SHIMON
|
29 Septembre 2016
Catégorie : Actualité

L'ancien président de l'État d'Israël, mon ami Shimon Peres, prix Nobel de la Paix 1994 est mort dans la nuit du 28 septembre 2016. Il avait 93 ans.

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Pages

Opinion

Scoop : l’appel au boycott est illégal en France

 

Et vous, comment définiriez-vous l’humour juif ?

Pour vous donner le goût des vacances, le Crif vous fait voyager et lance sur ses réseaux la campagne "Juifs du Monde". Ensemble, partons à la découverte des populations juives du monde, de leurs histoires et de leurs traditions. Aujourd’hui, embarquement immédiat pour Hong Kong !

Pages

"Trop d’amour". Le premier film de Frankie Wallach sort le 14 octobre sur canal plus !

 

Trop d’amour

Peut-on aimer de trop d’amour ?

« On n’aime jamais trop », vous répondra Julia Wallach !

Tant mieux. Car ce film, c’est une déclaration d’amour. Une déclaration de Frankie Wallach à sa grand-mère Julia.

Tout au long du long-métrage, en fil conducteur, l’amour est palpable. L’amour familial, l’amour filiale.

Il déborde et crève l’écran.

On le perçoit, on le ressent. Il nous touche.

On est immédiatement frappée par la relation privilégiée qu’entretiennent les deux femmes.

La sensibilité de Frankie émeut, sa profonde affection pour sa grand-mère, son admiration aussi.

Julia Wallach a 94 ans (aujourd’hui 96). Elle est rescapée de la Shoah. Elle a été déportée de Drancy à Auschwitz-Birkenau en avril 1943 par le convoi n°55. Elle a enduré la marche de la mort.

Julia est une survivante. Mais pas uniquement.

Julia est aussi une mère, une grand-mère, une femme, belle, rayonnante, drôle et intelligente.

 

Ce film, c’est un film dans un film. Une mise en abyme.

Pour les 94 ans de sa grand-mère Julia, Frankie décide de lui offrir « l’immortalité ». Elle souhaite en faire la vedette de son film.

On suit le processus créatif de Frankie, la préparation de Julia pour jouer son rôle tandis que le vrai film prend forme. La fiction se mêle à la réalité. 

Son téléphone à la main, Frankie filme. Elle filme Tout, Partout, Tous le temps.

Tourner ce film avec sa grand-mère, c’est avant tout des moments de partage. Des souvenirs crées, des images captées, des vidéos enregistrées… pour toujours.

Pourquoi ce besoin d’éternité ?
Pourquoi maintenant ?
Pourquoi Julia ?

Parce que le temps passe
Parce que l’âge progresse
Parce que le destin de Julia n’est pas ordinaire
Parce que la femme qu’elle est mérite d’être connue
Parce que la transmission doit avoir lieu, avant la disparition …

Elle offre l’éternité à Julia, à son histoire, par devoir de mémoire, mais aussi et surtout à la femme qu’elle est, à la grand-mère qu’elle est devenue et qui représente tant pour elle.

 

Ce film c’est une histoire de famille.

Une petite histoire qui s’inscrit dans la grande.

C’est l’histoire d’une complicité, entre une jeune fille et sa grand-mère.
C’est l’histoire d’un héritage, d’un poids, d’un traumatisme.
C’est l’histoire d’ « une famille qui se marre pour ne pas pleurer ».

Tous les thèmes sont abordés avec légèreté par Julia, y compris sa déportation.

Dans ce film, on rit avec la drôle et rayonnante Julia.

Puis on pleure aux côtés de la sensible et touchante Frankie.

Mais surtout, on s’amuse avec elles.

Trop d’amour ?

Non, jamais.

tda-36-1920x1080

Johana M.