Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Le billet de Richard Prasquier - UN Watch et les Droits de l’Homme à l’ONU

24 Novembre 2022 | 89 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Un bébé palestinien a été brûlé vif et ses parents ont été grièvement blessés vendredi lorsque des extremistes israéliens ont mis le feu à leur maison en Cisjordanie.
Un acte abominable , Israel doit prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer le terrorisme juif.
 

Iran's Ayatollahs were behind the bloody attack that hit the Jewish community center in Buenos Aires in 1994 that killed 84 and injured 230.

Portrait de Invité
Droit de réponse
|
19 Juin 2015
Catégorie : Actualité

Hier Joel Amar nous a fait part de son analyse de la tribune d'A.B Yehoshua publiée dans Libération le 17 Juin dernier " Du bon usage du Boycott d'Israel".

Aujourd'hui, nous publions le " Droit de réponse " d' Alain Rozenkier, Président de " La Paix Maintenant"

Joel Amar analyse la tribune de l'écrivain A.B Yehoshua publiée hier dans Libération : " Du bon usage du Boycott d'Israel" 
Paru sur mediapicking.com

Viralité des messages, impunité des auteurs, Marc Knobel a choisi de faire le constat de la haine sur internet et de la responsabilité des réseaux sociaux.

Portrait de Invité
Retour sur les lieux du Crime
|
29 Avril 2015
Catégorie : Actualité

« Ne pas témoigner serait trahir», Pierre Laurent, journaliste, a participé à la commémoration du soulèvement du ghetto de Varsovie le 19 avril dernier. Article publié dans l'Est Républicain.

 

"Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants, c'est l'indifférence des bons" (Martin Luther King)

Tribune de marc Knobel publié dans le Huffinghton Post 

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Pages

Opinion

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

On sait que  le Conseil des Droits de l’Homme, navire amiral  de l’ONU à Genève est  un foyer de  diabolisation d’Israel mais certains ne connaissent pas UN Watch, une admirable ONG qui, par la voix de son directeur Hillel Neuer expose sur place cette dénigration systématique  et fait connaitre en outre les militants des Droits de l’homme provenant de pays que le Conseil préfère ne pas froisser.

Je reviens de Genève où UN Watch a tenu son gala. Outre l’ancien Ambassadeur d’Israel aux Etats Unis Ron Dermer, on y a honoré Hussein Mansour, un  jeune intellectuel égyptien passé de la sympathie pour le djihad à la lutte contre l’antisémitisme  et Evguenia, l’épouse de Vladimir Kara Murza, un journaliste russe en prison  pour s’être publiquement opposé à la guerre en Ukraine. Dans le passé, j’avais entendu parmi d’autres un rescapé de l’enfer de la Corée du Nord, le fils rebelle d’un dirigeant du Hamas et une jeune iranienne qui appelait à la liberté pour les  femmes de son pays.

Il y a à Genève 10 000  fonctionnaires de l’ONU , plus qu’à New York, 350 0NG, 8000 réunions annuelles; l’étendue des règlementations concoctées défie l’imagination et le qualificatif de machin bureaucratique obèse s’impose à l’esprit.

Il pèse dans ces lieux un parfum d’échecs. Le Palais des Nations Unies à Genève fut avant guerre le siège de la SDN, la peu efficace Société des Nations, et dans la Cour d’Honneur, un monument métallique célèbre symbolise, soi-disant, la résolution des conflits . C’est  une Sphère céleste dite armillaire, un objet tiré du temps où l’homme se croyait au centre de l’univers. Pourquoi la dédier au Président américain Wilson, initiateur de la SDN, mais dont le pays a refusé  d’y participer? Pourquoi le faire construire par une entreprise de l’Italie fasciste et l’inaugurer la semaine où l’Allemagne nazie envahit la Pologne? Pourquoi utiliser des alliages inadéquats qui ont vite rouillé et ont laissé l’eau traverser la structure?

Pas de chance… Pas de chance d’avoir choisi à Genève une directrice russe solidaire de son pays. Pas de chance non plus d’avoir fait entrer l’Iran à la Commission sur le Statut des Femmes... Aujourd’hui 24 novembre, d’ailleurs, la situation des femmes en Iran devrait enfin être abordée au Conseil des Droits de l’Homme, malgré l’opposition virulente de la Chine, du Vénézuela et de la Russie, ces pays qui proclament que le charbonnier doit être maitre chez lui…. sauf si ce charbonnier est israélien !

Le Conseil des Droits de l’Homme a remplacé en 2006 une Commission des Droits de l’Homme qui dans son article 8 avait mis Israël  sous accusation permanente, situation à laquelle n’était soumis aucun autre Etat. Mais un an plus tard,  le Conseil a repris cet article sous le numéro d’article 7 et le jeu a repris: il y a les critiques ponctuelles et précautionneuses sur les Droits de l’Homme dans un pays donné et la critique répétitive et virulente contre Israël. Cela réfute toute prétention du Conseil à l’impartialité.

Le Conseil des Droits de l’Homme est composé de 47 membres, répartis en groupes géographiques qui défavorisent les démocraties au profit des  pires violateurs des droits humains, des pays qui se soutiennent les uns les autres sous la bannière de l’anti-impérialisme. Ils sont comme un Al Capone qui serait membre d’une Commission de lutte contre le banditisme.

Mais à l’Assemblée Générale elle-même, si on additionne les pays musulmans, ceux qui votent par affinité géographique, sociologique ou idéologique et ceux qui s’abstiennent pour de fumeuses considérations diplomatiques, on comprend qu’il n’y ait eu que 17 pays (et malheureusement pas la France) pour s’opposer au transfert  du dossier d’Israël vers la Cour Internationale de Justice  pour cause d’apartheid, dossier établi par un trio d’enquêteurs à charge mandatés par le Conseil des Droits de l’Homme et dont un membre au moins aurait dû être chassé pour ses commentaires antisémites.

Mais le  Conseil des Droits de l’homme est aussi un lieu de militance anti-israélienne au niveau de son administration. C’est ce qu’on apprend à la lecture de la plainte que UN Watch a déposée contre certains fonctionnaires qui cherchent à faire taire sa voix singulière et critique. Ce sont eux, les permanents, qui connaissent les hommes et les dossiers, qui orientent les choix vers des enquêteurs qui partagent leurs préjugés. C’est probablement leur entremise qui explique la nomination systématique aux postes marquants de représentants  qui devraient être neutres, mais dont on sait par leur passé qu’ils étaient fortement biaisés.

La superposition de ces différentes strates d’hostilité anti-israélienne, rapports d’enquête, votes du Conseil  et  de l’Assemblée Générale, produit un effet d’accumulation qui tend à délégitimer Israël dans le public. Mais derrière tout cela il y a moins des comparaisons objectives entre les violations des Droits de l’Homme par différents pays qu’une posture confortable et banale: il vaut mieux être du côté du nombre.

Mais si le nombre n’a jamais été de son côté, Israël a heureusement cessé d’être l’impuissant baudet des Animaux malades de la peste, la fable géniale de La Fontaine.

Le Conseil des Droits de l’Homme a bradé le bel espoir de la déclaration dont René Cassin fut le maitre d’oeuvre. C’est un des grands échecs des Nations Unies. Il est ainsi, au même endroit, le triste successeur de la lamentable Société des Nations.

Richard Prasquier