Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - La brisure de la coque. Ou une transmission éthique du dire dans l’œuvre de Levinas, par Claude Bochurberg

20 Juillet 2022 | 83 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Pages

La brisure de la coque. Ou une transmission éthique du dire dans l’œuvre de Levinas, par Claude Bochurberg (*)

 

Admirateur fervent de Levinas, Claude Bochurberg, dans ce petit livre, nous présente un auteur certes difficile d’accès, « rugueux » même, mais essentiel pour comprendre le sens profond du judaïsme : « un état intérieur, une disposition de l’âme, une dimension de l’esprit ». Dans sa préface, Marc-Alain Ouaknin parle « d’un remarquable ouvrage que l’on reçoit comme une poignée de mains », « d’un livre traversé par un souffle inspiré ». La brisure de la coque, c’est en fait la brisure de la coque de l’ego, qui fait dire à Levinas que, tout compte fait, c’est l’Autre, notre prochain, qui compte avant tout.

Blaise Pascal affirmait : « Le moi est haïssable ». La tradition hébraïque, déjà, énonçait : « Bitoul hé ani » à savoir l’annulation du moi.

Et Levinas, à travers ses écrits et dans la pure tradition hébraïque, nous invite à « briser notre noyau dur, si égotiquement humain et cela même dans des conditions extrêmes où l’on est atteint par la douleur et par la souffrance.

On peut résumer la pensée altruiste de Levinas par ces mots : « Positivement, nous dirons que dès lors qu’autrui me regarde, j’en suis responsable, sans même avoir à prendre de responsabilités à son égard ; sa responsabilité m’incombe ». Un altruisme qui va jusqu’à la volonté de disparaître ou de mourir pour l’Autre alors que cet Autre n’a que faire de moi.

L’ouvrage est parsemé de citations. De Levinas, bien entendu, mais aussi de Pascal, Spinoza, Freud, Sartre, Hillel l’ancien, Isaac Louria, Catherine Chalier, Marc-Alain Ouaknin, Adorno, Jacques Rolland, Damasio, Gadamer, André Comte Sponville, Judith Brouste, André Neher, Alexandre Safran, Philippe Nemo, Maurice Blanchot, Roland Barthes, Lacan, Benny Levy ou encore Gilles Bernheim.

S’il convient, nous dit Bochurberg, de lire Levinas, il faut aussi le relire et le relire encore pour être sûr d’en avoir extrait la substantifique moelle.

Un petit livre, mais quel souffle !!

 

Jean-Pierre Allali

(*) CD Éditions. Mars 2022. Préface de Marc-Alain Ouaknin. 106 pages.   18 €.