To read, to see, to listen
|
Published on 2 September 2010

Chronique d’une agonie - Journal du ghetto de Varsovie, de Chaim A.Kaplan, découvert et présenté par Abraham I. Katsh (*)

Lorsqu’on évoque les tentatives que certains hommes courageux ont faites pour sauvegarder, aux heures sombres de la Shoah, des documents et des témoignages, en particulier au sein du ghetto de Varsovie, c’est, bien sûr, à Emmanuel Ringelblum qu’on pense immédiatement. Cet historien juif polonais avait réussi, on s’en souvient, à préserver dans des bidons métalliques servant au stockage du lait, les archives clandestines de la communauté juive. Dans un autre domaine, on songe au Livre noir sur l’extermination des Juifs en URSS et en Pologne (1941-1945) réalisé sous la direction de deux écrivains russes, Ilya Ehrenbourg et Vassili Grossman et, pour ce qui est de la Roumanie, au bouleversant travail de l’avocat Matatias Carp, aidé par son épouse, Cartea Neagra, le livre noir de la destruction des Juifs de Roumanie (1).




Bien que faisant partie des archives cachées à Varsovie, le témoignage du professeur Chaim A. Kaplan est moins connu. C’est pourquoi il faut être infiniment à tous ceux qui ont œuvré pour que sa « Chronique d’une agonie » paraisse en langue française.



D’origine russe, Chaim A.Kaplan est né en 1880 à Horodysche. Après avoir voyagé aux États-Unis en 1921 et tenté une installation en Eretz Israël en 1936, il décida de s’établir en Pologne. Professeur d’hébreu puis directeur d’école à Varsovie, il choisit, bien qu’il ait eu la possibilité d’obtenir un visa salvateur, de demeurer dans la capitale polonaise livrée au chaos et à la barbarie nazie. Arrêté avec son épouse le 4 août 1942, il sera assassiné à Treblinka.



Jusqu’à l’extrême limite de ses forces , Chaim A. Kaplan a rédigé sur de petits cahiers son Journal commencé dès 1933, qui a été recueilli par l’équipe de l’Oyneg Shabes, association clandestine créée, précisément par Ringelblum. C’est après la Guerre, en 1946 et en 1950 que le Journal de Kaplan, dont on pensait une partie perdue, ce qui, fort heureusement, s’est avéré faux, a été retrouvé. Écrit en hébreu, il fut traduit en américain dans les années soixante et aujourd’hui, en français. La chronique qui nous est proposée commence le 1er septembre 1939 pour s’achever le 4 août 1942. Comme le fait remarquer Abraham I. Katsh dans sa préface, Chaim Kaplan « n’épargne personne. Il s’élève aussi bien contre les cruautés commises par le vainqueur que par ceux qui se sont mis au service du tyran. Il fustige les collaborateurs juifs, la police juive du ghetto, ceux qui obéissent avec zèle aux ordres de la puissance occupante, les pillards et ceux qui profitent du malheur des autres ».



Parmi les derniers mots de Kaplan, écrits le 4 août 1942, ces phrases angoissées et prémonitoires : Je n’ai pas encore été arrêté ; je n’ai pas encore été chassé de mon appartement ; mon immeuble n’a pas encore été confisqué. Mais je ne suis séparé de toutes ces infortunes que par la distance d’un pas. Toute la journée, ma femme et moi, nous nous sommes relayés pour monter la garde, regardant par la fenêtre de la cuisine qui donne sur la cour, pour savoir si le siège avait commencé. Les gens courent de côté et d’autre comme s’ils étaient fous…Si je meurs, qu’adviendra-t-il de mon journal ? »
Bouleversant.



Jean-Pierre Allali



(*) Éditions Calmann-Lévy. Octobre 2009. Édition augmentée avec la collaboration de Dalit Lahav. Introduction de Georges Bensoussan. Avant-propos et traduction de l’américain par Jean Bloch-Michel. Traduction de l’américain du chapitre inédit par Pierre-Emmanuel Dauzat. 480 pages. 21,90 euros.
Éditions Denoël. Février 2009. Voir notre recension en date du 15-01-2010

Our social networks live

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.