Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Nous sommes tous la France !

30 Octobre 2020 | 95 vue(s)
Catégorie(s) :
France

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Pages

Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Pages

Opinion

L'historien Laurent Joly publie un nouvel éclairage sur la collaboration de la France occupée à la déportation des juifs. Une œuvre magistrale.

Pages

Qui aurait imaginé qu’à peine 15 jours après l’assassinat du jeune professeur Samuel Paty, nous soyons confrontés à une nouvelle scène d’horreur.

Le massacre perpétré hier dans la cathédrale Notre-Dame de Nice nous montre encore une fois de plus, que l’idéologie islamiste, que certains ont jusque là refusé de nommer, est bien présente partout et active quand elle le désire ses « soldats » djihadistes. 

Hier, nous seulement elle a causé la mort de trois personnes qui priaient paisiblement dans la cathédrale mais elle allait aussi frapper à Avignon, Lyon et Sartrouville.

Ces fous d’Allah, on agi, poussés par la haine de Tout Ce Que Nous Sommes ! 

Le choc est immense !

Les condamnations sont nombreuses mais certaines laissent un goût amer.

Aujourd’hui frappés comme nous l’avons été depuis de nombreuses années par les terroristes islamistes, nous ne pouvons accepter les condoléances de ceux qui pactisent avec le diable et qui par leurs paroles et appel à la haine financent et arment le bras des assassins.

Nous ne devons plus accepter les messages de tous les incendiaires qui viennent verser leurs larmes de crocodile après chaque attaque terroriste islamique.

Comment accepter les communiqués du CCIF ou du tyran d’Ankara alors que ce dernier, insulte notre président et appelle à la guerre sainte contre nous.

Comment fermer les yeux sur toutes les manifestations dans nombres de pays musulmans au cours desquelles des foules entières hurlent leur détestation de tout ce qui n’est pas eux ?

Comment qualifier ceux qui nous font la guerre si ce n’est par le terme d’ennemis ?

J’entends ceux qui refusent d’employer le mot Guerre. Combien de morts encore faudra-t-il pour qu’ils ouvrent les yeux. Nous sommes en guerre, car on nous fait la guerre et nous n’avons pas d’autres choix que de nous battre et vaincre. 

Nous battre afin de pouvoir continuer à vivre librement. Depuis des années après chaque attentat, nous défilons et déclarons être Charlie, être Bataclan, être hyper kasher, être policier, être juif, être Samuel Paty, être Nice

Soyons la France ! et défendons tous ensemble nos valeurs de liberté, égalité, fraternité et laïcité qui sont les valeurs qui font de chaque citoyen, quelles que soient son origine, sa couleur ou ses croyances, un être libre.

Refusons de tomber dans le piège des extrémistes et populistes qui cherchent à nous diviser 

L’extrême droite n’a pas le monopole du drapeau tricolore et les islamo-gauchistes celui de la liberté d’expression et de l’antiracisme.

 

Gil Taïeb