Blog du Crif - Pride, "For the union makes us strong"

07 Novembre 2022 | 91 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Pages

Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

Pages

Opinion

Le Crif souhaite un prompt rétablissement à Jean-Pierre Allali suite à son récent accident et espère le retrouver très vite en pleine forme.

Par Chloé Blum

Portrait de Invité
Blog du Crif - Noé, reviens !
|
11 Octobre 2018
Catégorie : France, Opinion

Pages

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

A lire en écoutant Smalltown Boy, des Bronski Beat ou Shame Shame Shame, de Linda & The Funky Boys

 

1984, Gay Pride de Londres.

Entre deux larges banderoles aux slogans mi-pop mi-politiques, Joe, alias Bromley, cherche sa place. Rapidement pris sous l’aile rassurante de Mark et sa bande, il intègre ce qui deviendra le mouvement « Lesbiennes et gays en soutien aux mineurs », LGSM.

Dans un Royaume-Uni miné par la politique d’austérité de Margaret Thatcher et qui vit au rythme des piquets de grèves des mineurs, une petite révolution va voir le jour.

Les membres de LGSM, régulièrement persécutés par la police, la presse et le gouvernement conservateur du fait de leur homosexualité se reconnaissent dans le combat des mineurs contre l’oppression.

Ils décident alors d’exprimer une solidarité nouvelle, en récoltant de l’argent pour les mineurs d’un petit village du Pays de Galles.

Pride raconte cette rencontre inattendue entre deux mondes en lutte, que tout semble opposer mais que le combat rapproche. Des mineurs extrêmement hostiles à l’homosexualité, parfois en proie à la peur liée à la récente épidémie du SIDA, vont reconnaitre en Mark, Joe, Steph et les autres, des compagnons de mobilisation.

« Dans une lutte dans laquelle on se croyait seul, quand on trouve un ami là où on ne pensait pas le trouver, ça change tout » balance Dai, le leader du Syndicat national des mineurs du village, sur la scène d’un bar gay du cœur de Londres, comme s’il avait attendu toute sa vie pour dire ça.

Sur une bande originale composée de tubes des années 1980, on se laisse embarquer dans ce feel good movie. Mais mon cœur de militante s’est aussi emballé devant l’expression de ce besoin presque viscéral de trouver des alliés dans le combat.

 

Engagée contre l’antisémitisme depuis toujours, militante au Crif depuis 5 ans, je cherche encore parfois mes frères et mes sœurs de combat. Sont-ils dans les manifestations contre le racisme ? Dans des rassemblements pour la justice sociale ? Ou dans des groupes de soutien aux minorités en France ?

Je ne les entends pas parler pour ma cause, quand je crie à ne plus avoir de voix pour la leur.

La lutte contre les discriminations, ce n’est pas à la carte.

Illana Weizmann* l’a dit d’une bien meilleure manière, mais, pour faire court, les Juifs sont aujourd’hui délaissés par les militants antiracistes de gauche. Pourtant, la lutte est la même : celle contre l’oppression des minorités.

Noir.e.s, arabes, gays, lesbiennes, queer, musulman.e.s, juif.ve.s, et autres : nous sommes discriminés pour ce que nous sommes.

Si des gays ont pu franchir un piquet de grève en 1985, et inclure les droits des homosexuel.le.s au sein du Parti travailliste britannique…

Si des mineurs ont pu marcher pendant la Gay Pride de 1985 à Londres…

Alors les minorités d’aujourd’hui devraient pouvoir faire un pas les unes vers les autres et fouler ensemble les pavés le temps d’une mobilisation.

Ce qui importe, ce n’est pas la banderole qu’on porte. Ce qui importe, c’est qu’on marche tous ensemble. Et ce n’est pas Bromley qui dira le contraire…

 

Pride, un film de Matthew Warchus (2014), basé sur une histoire vraie.

Avec Bill Nighy, Andrew Scott, George MacKay, Ben Schnetzer, Dominic West

A voir absolument sur Arte.tv jusqu’au 9 novembre. 

pride-photo2

*Des blancs comme les autres ? Les Juifs, angle mort de l'antiracisme - Stock (2022)