Yonathan Arfi

Le nouveau Président du Crif, un militant juif et citoyen

Blog du Crif - Proche-Orient : le Quai d'Orsay doit changer de logiciel !

08 Décembre 2021 | 403 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale.

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale.

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Billet d’Ariel Amar*, pharmacien

 

Pages

Actualité

Lors de la cérémonie nationale d'hommage commémorant le Vel d'Hiv, le Président du Crif s'est dit "choqué et révolté par les images indécentes des récalcitrant à la vaccination arborant l’étoile jaune et faisant des raccourcis honteux. C’est un outrage à la mémoire des victimes de la Shoah".

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Israël

Conflit israélo palestinien, traitement médiatique, crise de l'information : analyse

Portrait de Sophie Taïeb
Incendie du tombeau de Joseph
|
16 Octobre 2015
Catégorie : Israël

Détruire la cité ancienne de Palmyre et faire brûler le tombeau de Joseph reviennent-ils vraiment au même ? Pas pour tout le monde.

Quand les larmes se transforment en espoir d'un monde meilleur.

Maxime Perez est journaliste, correspondant pour la presse française en Israel et spécialiste des affaires militaires pour la chaine i24News.
Marc Knobel Directeur des Etudes du CRIF à confié à Maxime Perez le soin de présenter une étude sur l'Opération Bordure Protectrice.

Lundi dernier, l’ancien Président de la République était en Israël. Une visite étrange, hybride où le mélange des genres s’ajoute à la confusion des rôles.

Les français d'Israël, et en particulier ceux qui ont immigré de France durant les quinze dernières années, ont en grande majorité souhaité la réélection de Benjamin Netanyahu.
Déçus par l'attitude des politiques français face à l'islamisme et l'antisémitisme, beaucoup voient en Bibi un dirigeant politique charismatique doté d'une capacité à affirmer avec une assertivité rare la cause d’Israël à la face du monde et savent que ses concurrents en politique n'ont pas cette compétence exceptionnelle.
De plus, comparant la réussite de l'économie d'Israël face à la faillite de l'économie française, ils ne comprennent pas pourquoi la plupart des médias israéliens et analystes politiques sont tellement critiques envers celui qu'ils considèrent à juste titre comme un héros du peuple juif. 

Le 17 mars dernier, les israéliens ont voté et réélu Benjamin Netanyahou.

Pages

Opinion

À l’heure de la réconciliation Jérusalem-Ankara, retour sur l’histoire des Juifs de Turquie.

Patricia Sitruk est membre du Comité directeur du Crif

Pages

Le vote par la France à l'ONU il y a quelques jours d'une résolution ne retenant que le narratif arabe dans le conflit opposant Israël aux Palestiniens est une illustration supplémentaire d'une politique trop souvent à sens unique.

Je n'éprouve aucun plaisir à la critique de mon pays. Et je ne m'y résous depuis toujours qu'à contrecœur, uniquement lorsque se joue quelque chose des valeurs et de l'intérêt supérieur de la France.

Les valeurs d'abord. En joignant sa voix à celle de la majorité automatique qui condamne Israël à l'ONU, la France a bafoué la vérité historique. Elle renforce la dévalorisation et parfois le déni de l'histoire juive de la région. Elle accepte que la vérité ne soit que le résultat du rapport de force diplomatique. Insupportable lâcheté de couloir !

Pire, en participant de l'isolement diplomatique à l'ONU d'un pays démocratique, la France renforce l'idée que les totalitaires de tous pays se font des démocraties : des États faibles qui ne sont pas solidaires. On ne fait pas mieux pour abandonner dans le monde arabe, en Chine ou ailleurs, les militants des Droits de l'Homme à leur sort et les jeter dans les bras de leurs oppresseurs !

Mais surtout, ce qu'on appelle la "politique arabe" de la France est fondamentalement contraire aux intérêts du pays.

Il est temps d'en faire le bilan : qu'est ce que cette politique a rapporté à la France ? Rien ou bien peu de choses. En tirons nous un bénéfice quelconque comparé aux autres grandes démocraties ? Aucun. Les États-Unis ou le Royaume-Uni bénéficient de contrats plus généreux que la France dans le monde arabe tout affirmant un soutien régulier et assumé à Israël.

Sommes-nous mieux compris et respectés ?  Il suffit d'observer les manifestations d'hostilité à la France qui ont traversé le monde musulman suite aux caricatures de Charlie Hebdo pour comprendre qu'un vote à l'ONU ne va pas convaincre l'obscurantisme de pencher vers les Lumières...

N'y a t'il pas au contraire, à l'aune des accords d'Abraham, une place à prendre pour la France en favorisant l'émergence de nouveaux accords de normalisation entre Israël et le monde musulman? Être ambitieux pour la France dans le monde, c'est aussi penser que ce rôle de faiseur de paix n'est pas réservé aux États-Unis, pour peu que la France sache retrouver un discours équilibré.

Dans toutes les synagogues de France, les Juifs prient chaque samedi matin pour la République, avec au cœur de leurs prières, le voeu de grandeur que je partage ici : "Que la France jouisse d’une paix durable et conserve son rang glorieux au milieu des nations."

Je sais au fond de moi que la France serait plus forte et respectée dans le monde si elle retrouvait les mots et les actes pour se tenir aux côtés d'Israël, comme de toute autre démocratie, lorsque celui-ci est stigmatisé dans l'arène diplomatique.

C'est, j'en suis convaincu, les valeurs et l'intérêt de la France.

Yonathan Arfi, vice-Président du Crif