Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Le billet de Richard Prasquier - Bons et mauvais usages d’un putsch raté

04 Juillet 2023 | 140 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

À l’heure de la réconciliation Jérusalem-Ankara, retour sur l’histoire des Juifs de Turquie.

Patricia Sitruk est membre du Comité directeur du Crif

Les Occidentaux restent prudents quant à la désescalade russe.

Pages

Opinion

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

L’équipée des groupes Wagner à l’intérieur de la Russie n’a duré que 36 heures. Rencontrant pour la première fois des positions militaires puissantes, alors que ses troupes avaient jusque-là parcouru 700 kilomètres comme dans du beurre, Prigogine a fait une volte-face spectaculaire. Il n’avait bénéficié d’aucune défection. Sans doute avait-il reçu, ou cru recevoir, des promesses de soutien de certains hiérarques du régime, tel le général Sourovikine, mais sans leur soutien, sa tentative était vouée à l’échec. Comment cet homme, qui connaît si bien les arrière-cuisines du régime, a-t-il pu faire une faute pareille ? La réponse tient en un mot : l’hubris. Le biais d’hubris, cette démesure redoutée par les Grecs, c’est le succès qui monte à la tête. De petit délinquant à milliardaire et chef d’armée, à force de déblatérer quotidiennement ses insultes et ses stratégies militaires dans sa télévision, Prigogine a confondu auditeurs et partisans indéfectibles. Tel le Golem, il a échappé à son maître Poutine auquel il devait son incroyable carrière et s’est auto-intoxiqué de l’illusion de sa propre puissance. 

 

Les commentateurs disent habituellement que Poutine est affaibli par cette rébellion qui a exposé les faiblesses du régime.

Autant le dire, j’espère que cette analyse sera confirmée, car je pense que la guerre menée par la Russie est ignoble, mais, sachant que les experts interrogés sont quasiment tous des critiques de Poutine, je reste sceptique. Car l’un de nos biais de raisonnement les plus profondément ancrés, c’est le biais d’optimisme, croire en ce qu’on espère plutôt qu’en ce qu’il nous est désagréable d’envisager. Cette façon de réfléchir a probablement servi à l’espèce humaine pour aller de l’avant, mais elle traduit ce que les Anglo-saxons appellent « wishful thinking », autrement dit la tendance à prendre ses désirs pour des réalités.

Il en a été ainsi quand on expliquait que les faiblesses militaires, les carences économiques et les mensonges géopolitiques condamnaient la Russie à l’échec. Mais l’armée russe semble s’être améliorée et met aujourd’hui l’offensive ukrainienne à la peine.

 

Dans son bref discours en réaction à la tentative de Prigogine, dont il n’a jamais prononcé le nom, Poutine a repris sa phraséologie habituelle. L’ennemi, ce sont les néo-nazis et leurs maîtres, c’est-à-dire l’Occident et sa machine militaire, économique et informationnelle, qui vise à éradiquer le peuple russe, peuple élu à l’histoire millénaire. Ce sont eux qui sont responsables, par tromperie ou par menaces, d’avoir conduit à la rébellion des soldats qui dans leur vaste majorité luttent vaillamment pour la survie de leur patrie.

Ce discours a beau être truffé de mensonges, il répète ce que le public russe entend depuis le début de la soi-disant opération spéciale. Pour lui faire face, il faut une solidité mentale et une curiosité à toute épreuve ainsi qu’un rare courage pour affronter la réprobation de son groupe social. Les individus, même quand ils n’adhèrent pas d’enthousiasme à ce narratif, préfèrent penser qu’il est, sinon vrai, du moins vraisemblable… ou refuser complètement de penser, ce qui n’est en général pas très difficile.

Ce discours est efficace car il nomme un ennemi, cet Occident dont la détestation crée sur le plan international un pont entre pays que tout sépare par ailleurs, un ennemi puissant, de sorte que la lutte contre lui apparaît héroïque. De plus, dans les villes qui comptent, Moscou et Saint Pétersbourg, la guerre est suffisamment distante pour ne pas impacter la vie quotidienne et suffisamment proche pour exciter la colère contre ceux qui mettent la tranquillité quotidienne en danger. Rares sont ceux qui oseront protester contre de nouveaux tours de vis sécuritaires qui seront qualifiés d’indispensables. Un coup d’État raté est de ce point de vue une aubaine…

 

Enfin, la guerre civile n’est pas survenue et le mérite en sera attribué au sang-froid de Poutine, qui fait mine de le reporter sur le peuple russe lui-même, dont la grandeur d’âme permet le pardon. Et peut-être verra-t-on Prigogine présenter ses excuses pour s’être laissé manipuler par les sataniques occidentaux. Les confessions des procès staliniens forment des précédents dont il serait dommage de ne pas tirer de leçons. 

 

Cerise sur le gâteau, les milices Wagner, mais aussi le trafic des richesses africaines, joyau du patrimoine de Prigogine, serviront à récompenser les forces armées, les forces de l’ordre et les services spéciaux. Un régime autocratique qui a ces services dans sa main n’a que faire du reste de la population. 

Poutine les a nommément remerciés dans son allocution. Jusque-ici l’alliance a tenu. Certains, dans l’Occident abhorré, critiques de Poutine mais craignant l’après-Poutine, sont contraints à s’en réjouir…

 

Richard Prasquier, Président d'honneur du Crif 

 

 

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs -