Tribune
|
Published on 18 April 2014

Concurrence des mémoires, dites-vous?

Tribune d’Alain Jakubowicz, Président de la Licra, publiée dans le Huffington Post le 17 avril 2014

Vendredi 4 avril 2014, j'assiste, à l'invitation du Maire du 7ème arrondissement de Lyon et de l'association des fils et filles des déportés juifs de France, à la commémoration du 70ème anniversaire de la rafle des enfants d'Izieu sur le square des 44 enfants, situé à une encablure du centre d'histoire et de la résistance et de la déportation.

À cette commémoration, point d'officiels ni de grands discours, que des mots justes, prononcés par des écoliers, des collégiens et des lycéens d'établissements de l'arrondissement, représentatifs de la France d'aujourd'hui, multiculturelle, multi-religieuse et multiraciale.

Il faut avoir vu et entendu ces enfants, ces adolescents et ces jeunes adultes raconter avec sensibilité et émotion l'histoire des enfants d'Izieu, il faut avoir vu et entendu ces grands gaillards "black" évoquer l'arrivée des enfants à Auschwitz, la sélection, les chambres à gaz, la crémation, il faut avoir vu et entendu ces petits garçons et petites filles "issus-de-l'immigration-arabo-musulmane" égrener sans la moindre faute la liste des noms des 44 enfants, dont certains avaient leur âge.

Dans le climat délétère que nous connaissons aujourd'hui, cette cérémonie simple, ponctuée par le chant des partisans et la "Marseillaise" chantée à l'unisson, est signe d'espoir. Elle témoigne de l'utilité des actions conduites depuis des années par les militants de la Licra dans les établissements scolaires et rend hommage au travail réalisé par des enseignants dans des conditions parfois extrêmement difficiles. Elle nous encourage à ne pas désespérer de la France fraternelle à laquelle nous aspirons. Merci au Maire du 7ème arrondissement de Lyon pour celle belle initiative républicaine.

Dimanche 6 avril 2014, je suis comme chaque année à Izieu pour participer à la commémoration de la rafle. J'ai le plaisir d'y rencontrer une délégation de l'association Ibuka ("souviens-toi" en kinyarwanda) qui oeuvre pour la mémoire du génocide des Tutsi du Rwanda. Cette présence me fait chaud au coeur. Le 6 avril 1994, 50 ans jour pour jour après la rafle des enfants d'Izieu, commençait le génocide des Tutsis du Rwanda. En l'espace de trois mois, entre 800 000 et un million d'hommes, femmes, vieillards et enfants furent exterminés par le seul fait d'être nés Tutsi… Lire la suite.

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.