Blog du Crif - "Et tu choisiras la vie", par Ariel Amar

22 April 2020 | 132 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires ! 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Pages

Actualité

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires ! 

Pages

Billet d’Ariel Amar*, pharmacien

 

Coronavirus et récentes décisions du gouvernement

Gouverner, c’est savoir écouter

La tâche du gouvernement est difficile, particulièrement en ce moment. Il s’entoure donc d’un Haut conseil scientifique pour prendre des décisions, c’est louable. Mais où en sommes-nous aujourd’hui ? Une communication gouvernementale bancale, un corps médical divisé, une incompréhension du public. Nos instances dirigeantes, puisqu’elles parlent de guerre, ne devraient pas oublier que l’union fait la force. Qu’elles n’oublient pas les milliers de professionnels de santé qui sont tous les jours sur le terrain. Il serait sage de leur faire confiance, comme il serait bon, en temps de crise sanitaire, de leur faciliter la vie.

Les pharmaciens sur le front*

Il est assez inconséquent d’avoir laissé les pharmaciens travailler les premières semaines de l’épidémie sans protection ; pourtant, il ne leur serait pas venu à l’esprit de se dérober, car ce sont des professionnels au service de la population. Ils ont tout fait avec les pénuries du bord, d’une part pour protéger leur personnel, d’autre part pour demeurer disponibles à tous, écoutant, épaulant, conseillant, rassurant.

D’où le cri de colère des pharmaciens aujourd’hui, que l’on retrouve dans cet appel (cliquer ici). Peut-être une prise de conscience se fera-t-elle après la crise au sujet du rôle essentiel des officines, dont le maillage territorial exceptionnel permet d’être au plus près du patient, maillon indispensable et dernier rempart sécuritaire avant la prise de médicaments. Avant de poursuivre, rendons grâce au gouvernement d’avoir renoncé à un projet de loi qui aurait autorisé la vente en ligne de certains médicaments, comme l’Ibuprofène….dont on connaît aujourd’hui le rôle très aggravant sur les personnes atteintes de coronavirus.

Les pouvoirs publics devraient reconsidérer le rôle des pharmacies d’officine françaises, tirer le meilleur parti de leur réseau, de leurs compétences, leur donner plus de prérogatives et s’assurer de leur pérennité. La santé public en dépend et pas seulement en temps de crise.

Deux décrets : le monde à l’envers

Puis sont venus deux décrets pris coup sur coup, le 25 puis le 28 mars derniers, qui provoquent un profond malaise, un peu comme s’ils venaient dire aux médecins : « vous ne savez pas soigner, on va vous dire quoi faire ». Le premier décret limite l’usage d’un médicament que tout médecin pouvait autrefois prescrire, et qui semble pouvoir sauver des vies face au Covid-19 ; le second, au contraire, élargit à tous les médecins la possibilité de prescrire un médicament « euthanasiant », c’est-à-dire d’accélérer la mort (certes pour l’adoucir) plutôt que de tout faire pour sauver une vie.

Premier décret

Le décret n° 2020-314 du 25 mars 2020 limite la prescription de l’hydroxychloroquine (dont le fameux Plaquenil) aux seuls « établissement de santé » (et encore, seulement pour les cas graves de patients atteints du coronavirus) : les médecins de ville qui le prescrivaient ne peuvent plus le faire dans le cas du Covid-19. Oublierait-on que les médecins de ville, outre qu’ils connaissent bien leurs patients, connaissent également les effets secondaires des médicaments ? Les prend-on pour des étudiants de première année ?

D’où le cri d’alarme de très nombreux médecins pour assouplir les possibilités de prescription de la chloroquine : Traitement Covid-19: ne perdons plus de temps! Cette pétition lancée par Philippe Douste-Blazy dépasse (au moment où nous écrivons ces lignes) les 380.000 signataires, parmi lesquels des grands noms de la médecine.

Deuxième décret

Le décret n° 2020-360 du 28 mars 2020 est passé plus inaperçu. Et pourtant ! Depuis le 29 mars, les médecins, tous les médecins cette fois, peuvent prescrire le Rivotril sous forme injectable aux patients atteints de coronavirus quand ils sont en état d’asphyxie et ne peuvent être admis en réanimation. L’injection intraveineuse du Rivotril entraîne un arrêt respiratoire complet, donc la mort du patient. C’est donc une prescription d’euthanasie, qui peut notamment être prise de façon isolée par un médecin d’établissement pour personnes âgées (EPHAD et autres).

"L’utilisation palliative du Rivotril existait déjà, mais son utilisation était décidée de manière collégiale et dans des cas extrêmes ; désormais, cette utilisation est élargie à un médecin qui peut décider seul de mettre fin à la vie d’un patient, dans le cas où un patient est en train de s’asphyxier et qu’il n’y aurait pas de place en réanimation". 

Autrement dit : ce décret a été perçu comme un permis d’euthanasier pour cause de manque de moyens humains (6 soignants minimum pour un lit de réanimation ) et pour cause de manque de respirateurs artificiels. Certes, le monde entier en manque et tous les pays cherchent à en acheter et à en fabriquer au plus vite. Et heureusement, à l’instar d’Israël qui détourne des industries d’armement pour leur faire fabriquer des respirateurs, Peugeot et General Motors s’y sont mis et nous devrions en recevoir très bientôt.

L’utilisation palliative du Rivotril existait déjà, mais son utilisation était décidée de manière collégiale et dans des cas extrêmes ; désormais, cette utilisation est élargie à un médecin qui peut décider seul de mettre fin à la vie d’un patient, dans le cas où un patient est en train de s’asphyxier et qu’il n’y aurait pas de place en réanimation. Ainsi, cela permet d’alléger les protocoles en matière d’euthanasie et, en quelque sorte, de pousser les médecins à choisir cette voie plutôt que de tout faire pour sauver des vies.

Il ne s’agit pas ici de juger de la difficile question de l’euthanasie, mais de ce que ce décret implique pour les soignants et plus largement pour notre société, pour notre civilisation.

S’il s’agit d’adoucir sa mort, c’est aussi une façon de pousser le médecin à choisir les patients que l’on va réanimer, et les autres que, faute de place, on va aider à mourir. Pour un médecin, dont la pratique est de tout faire pour sauver la vie, c’est très cruel.

On décourage les médecins de traiter les patients. On empiète sur la liberté thérapeutique. On rogne les prérogatives des soignants. On interdit aux pharmaciens de délivrer les masques et certains médicaments. »

Conclusion

Serait-ce la résultante des politiques successives de réduction et d’optimisation des coûts « à tout prix » en matière de santé et de recherche ? On décourage les médecins de traiter les patients. On empiète sur la liberté thérapeutique. On rogne les prérogatives des soignants. On interdit aux pharmaciens de délivrer les masques et certains médicaments. Et a contrario, on autorise par décret n’importe quel médecin à prescrire du Rivotril pour accompagner les patients Covid-19 en fin de vie. Est-ce que l’on marche sur la tête ? Il y avait un avant-Covid ; il y aura un après, et tout ne doit pas être sacrifié à l’autel de l’urgence apparente.

Certains prétendent que ce décret permettrait de pallier le manque imminent de Midazolam destiné à remplacer les curares. Ce manque nécessiterait leur remplacement par le Rivotril dans cette longue chaîne de substitution témoin des défauts de la politique mondialisée en matière de médicaments. Alors, si tel est le cas, que le gouvernement communique de manière claire sur ses intentions et ses motivations !

Quelle perte de temps à pondre des décrets inutiles et même nocifs, alors que l’urgence est ailleurs. Laissons les médecins décider d’utiliser (ou non !) l’hydroxychloroquine auprès de leurs patients atteints du Covid-19.

Car, médecins, pharmaciens, infirmiers, tous professionnels de santé, leur vocation est de sauver des vies. Et c’est dans cette direction que, unis, nous aimerions nous diriger tous ensemble. Médecin ou non, nous choisissons la vie.

 

* Ariel Amar : Président de l’Association France-Israël, Alliance Général Koenig et de l’APJF (Association des Pharmaciens Juifs de France)

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.