Blog du Crif - J'ai visité l'exposition "Juifs du Maroc (1934-1937)" au MahJ. Et vous ?

30 August 2020 | 255 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires ! 

Martine Ouaknine est adjointe au Maire de Nice, déléguée au devoir de mémoire, à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, conseillère métropolitaine et départementale, présidente honoraire du Crif Sud-Est.

Pages

Le Musée d'art et d'histoire du Judaïsme présente sa nouvelle exposition intitulée "Juifs du Maroc (1934-1937)". Je suis allée la visiter ! Et vous ? 

 

C'est dans la galerie du MahJ que quelques-unes des 1 800 photographies de Jean Besancenot sont exposées. Chacune d'elle montre de magnifiques parures, bijoux et vêtements traditionnels des communautés juives du Sud du Maroc.

Cette exposition dévoile ainsi tout un pan des traditions vestimentaires juives marocaines rurales.  

Mon image

Très attentif à retranscrire les us et coutumes des Juifs de ces régions, Jean Besancenot prenait des notes sur les types de tenues, les occasions lors desquelles elles étaient portées, et relevait les noms de ses vêtements et bijoux dans leur langue originale, c'est à dire en arabe. 

Dans une interview audio, Jean Besançenot relate aussi comment il était accueilli par les populations juives dans ses régions très réculées du Maroc. Il devait gagner la confiance de ses hôtes au fil de ses rencontres et de ses voyages pour qu'ils se laissent prendre en photo, et notamment les femmes, pour qu'elles acceptent de se parer de leurs beaux vêtements de fête.

Le travail de photographe, mais aussi de peintre, de Jean Besancenot est remarquable. Ses photos sont un témoignage exceptionnel de ce qu'étaient les communautés juives rurales du Maroc, depuis disparues.

 

Cette exposition prend également sens grâce au témoignage de Hannah Assouline, fille du rabbin Messaoud Assouline, que l'on retrouve sur certaines photos.

L'histoire derrière la photographie touche particulièrement le spectateur.

Le récit de l'étonnante découverte, par Hannah Assouline, de photographies représentants son père, prises par Jean Besancenot dans la région du Tafilalet, dans le sud du Marocn ne laisse pas insensible. 

Sur une des photos, Messaoud Assouline, jeune garçon de 13 ans, pose à côté de Sarah Abehassera, la fille du renommé rabbin Israël Abehassera, dit Baba Salé. Tous les deux portent les traditionnels costumes de mariés. Messaoud Assouline était alors élève à la yeshiva de Baba Salé à Erfoud. 

Mon image

Une magnifique gouache de Messaoud Assouline est également exposée.

Mon image

Racontée avec beaucoup d'humour et de tendresse, Hannah Assouline nous dévoile de façon anecdotique la raison derrière l'absence de chaussures aux pieds de son père. Son témoignage apporte beaucoup à cette exposition. 

Prises il y a un peu moins d'un siècle, ces photographies témoignent d'un autre temps du judaïsme marocain, plus ancien, plus rural, plus artisanal, que nous connaissons peu. D'origine marocaine, c'est toujours un plaisir pour moi d'en apprendre davantage sur l'histoire des communautés juives du Maroc.

 

Johana M.

Vous pouvez visionner la vidéo de Hannah Assouline "Comment j'ai retrouvé la photo de mon père" : 

 

Quelques mots du MahJ sur l'exposition :

Réalisées pendant la période du protectorat français, ses images reflètent une grande proximité avec ses modèles, lui permettant de mêler enjeux esthétiques et exigence scientifique. Son œuvre documente de manière irremplaçable la culture juive rurale du Maroc, et en particulier les costumes et les parures féminines, dont le répertoire est parfois commun avec celui des femmes musulmanes.

 

Le Crif vous propose également : 

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.