Actualités
|
Publié le 12 Janvier 2021

Actualités des régions - Le Crif Alsace et l’affaire Deliveroo à Strasbourg

Un triste exemple de la banalisation de l’antisémitisme et son expression sans honte ni gêne contre laquelle il faut être intraitable. Trois questions à Pierre Haas, délégué du Crif en Alsace sur l’affaire.

Comment avez-vous eu connaissance des évènements et quelle a été votre réaction ?

Délégué du Crif Alsace : J’ai été contacté par un ami dont un parent aurait subi un comportement antisémite de la part d’un livreur. Je contacte alors cette personne qui me transmet les coordonnées du restaurateur.

C’est ainsi que ce dernier me raconte la triste aventure qu’il a connu avec un livreur qui découvrant les spécialités du restaurant, lui demande de quel pays sont ces recettes. Quand il apprend qu’elles viennent d’Israël, le livreur annule devant le restaurateur la commande et s’en va en disant qu’il ne livrera pas. Ayant le pseudonyme du livreur, le restaurateur contacte un autre de ses restaurants, une pizzeria cacher et là, le gérant lui explique qu’il connaitrait ce livreur, ou celui qui utilise ce pseudonyme, qui a refusé de servir des juifs. 

J’ai félicité le restaurateur d’avoir eu le courage de déposer plainte et de nous tenir informé. Nous ne pouvons permettre de laisser de tels agissements sans réponses.

Après avoir vérifié ainsi qu’il ne s’agit pas d’un différend commercial qui dérape mais bien d’un comportement discriminatoire, j’ai donc décidé de signaler les faits aux services du procureur pour qu’ils puissent suivre l’enquête de police et poursuivre le ou les responsable(s).   

Parallèlement, je demande des explications à la société Deliveroo et informe le Président et le Directeur Général du Crif.  

 

Quel est la responsabilité de Deliveroo et sa réaction ?

Délégué du Crif Alsace : Déliveroo n’emploie pas ses livreurs qui sont des prestataires sous le régime d’auto-entreprenariat. Néanmoins, ils portent son image et sont contractant de l’entreprise qui a une responsabilité notamment de complicité si elle cautionne et laisse faire de telles pratiques.

Dans un premier temps, le restaurateur m’a confirmé que la plateforme locale a surtout envoyé d’autres livreurs pour pouvoir assurer la prestation. Mais devant l’emballement médiatique et l’intervention du Crif notamment à Paris auprès de la Direction Générale France de l’entreprise, elle a bien saisi l’importance d’une réaction rapide et ferme. Le Président du Crif a pu s’entretenir avec la Directrice Générale qui a clairement exprimer le rejet d’agissements aussi choquants dans son communiqué.

 

Il y a eu un emballement médiatique.

Délégué du Crif Alsace : Absolument, mais il faut le saluer car il dénote la vigueur des valeurs républicaines et le rejet de la majorité des français de l’antisémitisme sous cette forme la plus honteuse et violente. De tels agissements sont intolérables, après le "quartier interdit aux juifs" tagué à l’entrée d’une citée strasbourgeoise, c’est un refus de "servir les juifs" qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire ! 

Cette banalisation de l'antisémitisme ouvre la porte à celle de toutes les haines. Il faut marquer sa réprobation pour tuer dans l’œuf tout mimétisme. Nous espérons des sanctions exemplaires de la justice.

 

Pierre Haas, Délégué du Crif Alsace

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.