Mentions légales

Editeur

CRIF
39 rue BROCA
75005 Paris
Tél. +33 (0)1 42 17 11 11
Fax. +33 (0)1 42 17 11 50
 
Directeur de la publication
Robert Ejnès
Directeur exécutif du CRIF
 
Conception et développement
 
Hébergement
Claranet
18, rue du Faubourg du Temple
75011 Paris
 
 
Le CRIF a ouvert ce site pour l'information personnelle de ses utilisateurs. Les informations fournies sur le site sont mises à disposition à titre purement indicatif. Non contractuelles, elles sont susceptibles d'être modifiées à tout moment.
Aucune exploitation commerciale même partielle des données qui y sont présentées ne pourra être effectuée sans l'accord préalable et écrit du CRIF.
La présentation et le contenu du présent site, constituent ensemble, une oeuvre protégée par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle, dont le CRIF est titulaire. Aucune reproduction et/ou représentation, partielle ou intégrale, ne pourra en être faite sans l'accord préalable et écrit du CRIF.
Tous noms ou marques mentionnés sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Les logos, photographies, images, textes, séquences animées sonores ou non, et autres documentations représentés sur le présent site Internet sont objets de droits de propriété intellectuelle et sont selon les cas, propriété du CRIF ou de tiers ayant autorisé limitativement le CRIF à les utiliser.
A ce titre, et en application du Code français de la Propriété Intellectuelle comportant des dispositions relatives à la protection des droits d'auteurs, toute reproduction, représentation, adaptation, traduction, et/ou transformation, partielles ou intégrales, ou transfert sur un autre site sont interdits. 
La copie à usage privé de ces différents objets de droits est autorisée.
Leur reproduction partielle ou intégrale, sans l'accord préalable et écrit du CRIF, est strictement interdite, à l'exception de celle réalisée pour les besoins de la presse.
Toute violation de ces dispositions rend le contrevenant, ainsi que toutes les personnes responsables, passibles des peines pénales et civiles prévues par la loi.
 
Liens hypertextes externes : 
Les liens mis en place depuis le site du CRIF vers des sites extérieurs ne sauraient engager la responsabilité du CRIF notamment au regard du contenu de ces sites mais également des risques techniques. En acceptant d'utiliser un lien hypertexte pour accéder à un site extérieur, vous acceptez de prendre les risques et de subir un éventuel préjudice direct ou indirect.
Le CRIF n'est pas responsable des liens hypertextes susceptibles de pointer sur son site et interdit la mise en place de tels liens sans son accord préalable écrit.
 
Informatique et Liberté :
Chaque internaute ayant déposé des informations nominatives le concernant sur le site dispose des droits d'opposition (article 38 de la loi), d'accès (articles 39, 41 et 42 de la loi) et de rectification (article 40 de la loi) de ces données. Ainsi, il peut exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations le concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées, ou dont la collecte ou l'utilisation, la communication ou la conservation est interdite. Chaque internaute peut exercer ces droits en écrivant au CRIF - 39, rue Broca - 75005 PARIS
 
Lois en vigueur en France métropolitaine
 
 

Articles les plus lus cette semaine

Galerie médias

Nos réseaux sociaux en direct

#MemoireJ - Ilan Halimi a été enlevé dans la nuit du 20 au 21 janvier 2006 en région parisienne.

Les détails de son calvaire ont été plusieurs fois détaillés dans la presse et lors du procès du "gang des barbares".

Ilan Halimi fut torturé durant plusieurs semaines dans une cave d’une cité de Bagneux. Le motif de ce crime est crapuleux et antisémite : il s’agissait d’extorquer de l’argent à la famille de la victime, « supposée riche car juive ».

Il fût découvert agonisant le 13 février 2006 le long des voies ferrées du RER C à Sainte-Geneviève-des-Bois, il décéda lors de son transfert à l’hôpital.

Ilan Halimi est aujourd’hui enterré au cimetière de Guivat Shaoul à Jérusalem.

Ne l’oublions pas, Ilan a été séquestré et torturé parce qu’il était juif.

En février 2016 Marc Knobel, historien au Crif publiait sur son blog cet article sur l'affaire Ilan Halimi : bit.ly/2iJejLL

Bloomberg a déclaré qu'Israël est le 10ème pays le plus innovant du monde cette semaine, au moment de la sortie de son index de l'innovation 2017. Les Etats Unis arrivent 9ème et perdent une place, alors qu'Israël en gagne une.

L’ancien joueur de Ligue 1, ravi de la diversité de ses joueurs, entraîne désormais un club de sa ville natale

#Actu - #Israël - Une allocation mensuelle versée à la famille du terroriste de Jérusalem

Le 8 Janvier, Fadi al-Qunbar a assassinait à Jérusalem-Est quatre soldats et blessé 17 autres à Armon Hanatziv.
L'Autorité palestinienne et l'OLP ont désigné le terroriste comme "martyr", et indemnise sa femme et ses quatre enfants avec une allocation à vie.

En effet, une récompense mensuelle d'environ 3 000 NIS est garantit aux membres des familles de terroristes morts, ainsi qu'aux terroristes emprisonnés, de la part du gouvernement.

Selon le Palestinian Media Watch, la famille de Fadi al-Qunbar recevra également un montant forfaitaire d'environ 6 300 NIS pour les meurtres.

Sur la base des dispositions actuelles de l'AP, toutes les familles de terroristes morts reçoivent un paiement mensuel minimum d'environ 1 500 NIS.
Les veuves reçoivent des paiements supplémentaires de 400 NIS, alors que chaque enfant du tueur reçoit environ 200 NIS.
Des paiements supplémentaires sont accordés aux familles des terroristes qui résident à Jérusalem.

Mardi, Yossi Kuperwasser, du centre pour les affaires publiques de Jérusalem - a dit que l'AP avait alloué des milliards de shekels aux tueurs et à leurs familles.

Pour lire l'intégralité de l'article : bit.ly/2jDqB7I

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.