Tribune
|
Publié le 7 Novembre 2005

Israël Shamir : faux ami de la cause palestinienne et vrai antisémite

Quel est l’ami de la cause palestinienne qui prétendrait que la présence de Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002 « signifie le commencement de la fin de l’ascendant juif de l’après-guerre » ? Qui, parlant de Daniel Cohn-Bendit, affirmerait que « la cause juive monopolise le plus clair de son temps » ? Cet homme existe, se dit journaliste israélien d’origine russe et se nomme Israël Adam Shamir. Il a donné une conférence à Paris le 29 octobre, quelques jours avant que le tribunal correctionnel de Nanterre rende son verdict dans le procès pour incitation à la haine raciale intenté par la LICRA au responsable des éditions al Qalam, qui ont publié son livre, « L’autre visage d’Israël » . Disons-le tout net : Shamir et son petit groupe d’amis sont des marginaux démonétisés depuis longtemps. Comme le responsable de l’association Entre la plume et l’enclume qui organise sa conférence, l’opposant tunisien Mondher Sfar, vieux compagnon de route des négationnistes, ou le site islamiste radical www.quibla.net, dont l’orientation transparaît assez dans le fait qu’une de ses rubriques s’intitule finement « les Protocoles des fous de Sion ».



Reste que, malgré les mises en garde à son encontre diffusées depuis des années par Ilan Halevi, Dominique Vidal, Hussein Ibish (bête noire de Daniel Pipes et des islamophobes compulsifs du magazine américain Frontpage) ou Ali Abunimah, co-fondateur de Electronic Intifada, Shamir continue, en France, à polluer le débat sur la question palestinienne, dans lequel l’accusation d’antisémitisme est maniée à tout propos. Qu’un de ses textes a été publié, le 11 juin 2001, sur un site musulman très fréquenté, www.oumma.com ; que le site de Shamir publie à son tour des contributions (volontaires ? piratées ?) de Maria Poumier et Silvia Cattori. Et qu’il nuit donc à la cause qu’il prétend servir : difficile en effet de rêver mieux, lorsqu’on veut discréditer les associations de soutien à la Palestine, que de les présenter comme complices de ce « juif » qui se fait publier par la même maison que le cheikh Qaradawi et dont l’éditeur prend pour avocat Me Eric Delcroix, ancien élu du FN condamné pour négationnisme. Il faut donc démythifier Shamir pour mieux démolir le fantasme de » l’alliance rouge- verte- brune ».

Lorsque Shamir publie en France, en 2003, « L’autre visage d’Israël », le scandale est immédiat, tellement l’ouvrage est rempli d’expressions antisémites, ce qui n’étonne guère, venant d’un propagateur de la théorie du complot et des vieux poncifs chrétiens de déicide et de meurtre rituel. Le livre est vite retiré de la vente par son co-éditeur, les éditions Balland. Mais l’homme se défend par un curriculum vitae qui parait impeccable : né en 1950, Shamir explique qu’il est arrivé en 1969 en Israël, qu’il fut parachutiste lors de la guerre de Kippour, puis journaliste pour les plus grands quotidiens israéliens de gauche, et qu’il vit à Jaffa. Pourtant, les magazines anti-fascistes Searchlight, en Grande-Bretagne ; Expo en Suède et Monitor en Norvège, ont mené leur enquête et dressé un tout autre portrait. Celui d’un russe né à Novosibirsk dont l’ascendance juive n’est pas prouvée et qui dit lui-même être converti à la religion grecque- orthodoxe. Celui d’un homme qui se cache derrière plusieurs identités et plusieurs lieux de résidence.

Shamir a bien quitté la Russie pour Israël en 1969. Mais il se pourrait fort qu’il ait été un agent soviétique chargé d’infiltrer les milieux juifs russes dans l’Etat hébreu. Ceux qui l’ont alors connu affirment qu’il parlait un hébreu appris de manière académique, ce que les refuzniks, dont aucun ne se souvient de lui, n’avaient évidemment pas le loisir de faire. En 1988, Shamir dit avoir quitté Israël pour la Russie. Selon lui, pour mieux rapporter le déroulement de la première Intifada, mais peut-être surtout parce que la perestroïka rendait inutile sa mission en service commandé et qu’il préférait « rentrer à la maison ». Cette hypothèse est confortée par le fait qu’il a publié dans la Pravda et surtout dans l’hebdomadaire Zavtra, porte-voix des obsessions rouges- brunes qui publie les encarts publicitaires du négationniste néo-nazi Ernst Zundel. En 1993, Shamir dit avoir quitté la Russie pour retourner en Israël. La date coïncide, on le notera, avec la tentative avortée de putsch contre Boris Eltsine, qui marque une nouvelle défaite de ses amis idéologiques. Mais en fait, et c’est là le plus incroyable, Shamir, à cette date, avait déjà depuis presque 10 ans une autre adresse. En Suède. Car comme l’ont démontré les enquêtes de Expo et Monitor, Shamir apparaît dès 1984 dans les registres du recensement suédois, avec une adresse à Stockholm, où vivent toujours sa première femme et ses enfants. Il a changé de nom en 2001 pour s’appeler Jöran Jermas et a acquis la nationalité suédoise. D’ailleurs, en avril dernier, le militant pro- palestinien britannique Manfred Ropschitz a publié, sur le site indymedia.uk, la copie du passeport suédois de Shamir.

Si Shamir est infréquentable, c’est aussi parce qu’il est désormais objectivement d’extrême- droite. La preuve : sa participation, en juin dernier, à la conférence organisée à Kiev par l’Académie inter- régionale de management du personnel ( MAUP), une université privée qui est le principal lieu d’agitation antisémite en Ukraine. Sur le thème « le sionisme, menace majeure pour la civilisation moderne », Shamir parlait aux côtés de Serge Thion, exclu du CNRS pour négationnisme et surtout de David Duke, un suprémaciste blanc américain venu du Ku Klux Klan. Désormais, sur son site personnel, Shamir n’hésite plus à donner la parole à ceux qui appellent de leurs vœux une alliance de tous les « anti-sionistes », néo-nazis compris : il a mis en ligne l’article d’un de ses amis, le sud-africain Joh Domingo, qui affirme que « les nationalistes blancs sont des isolationnistes et non pas des cabalistes internationaux qui veulent diriger le monde », donc avec qui il est possible de faire un bout de chemin pour « arrêter le vol, la dépossession et le massacre des Palestiniens ». Faire avancer la cause palestinienne avec le concours des racistes américains d’extrême- droite n’est-il pourtant pas le meilleur moyen de donner du grain à moudre à ceux qui voient des antisémites partout ?

Jean-Yves Camus

Article publié dans Politis du 28 octobre 2005

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.