Blog du Crif - Yom Hashoah : Mais qu'est-ce qu'on va faire sans eux ?

26 September 2018 | 556 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

Pages

Opinion

Découvrez ma lecture du livre de Ginette Kolinka, "Retour à Birkenau".

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Pages

Cet article a été rédigé et proposé au Crif en septembre 2018

Hier Marceline Loridan-Ivens. Aujourd'hui Ida Grinspan. Et demain ?

Demain, il faudra faire avec. Ou plutôt, il faudra faire sans. 

Sans leurs voix brunies par les années, sans leurs expressions étonnées devant nos questions sur ce qui est évident, leurs façons de parler d'un autre temps, celui de nos arrière-grands-parents, en utilisant beaucoup d'adverbes. "Evidemment, à cette époque, Paris n'était pas aussi bourgeois qu'aujourd'hui, vous comprenez ?", "Alors Papa a naturellement ordonné qu'on rassemble nos affaires".

Il faudra faire sans leurs éclats de voix, leur pudeur et leur soin apporté à dire "la vérité vraie".

Il faudra faire sans pouvoir leur demander de raconter l'irracontable et sans oser s'enquérir du numéro sur leur bras.

Il faudra faire avec leur absence. 

Se souvenir de choses qu'on n'a pas vécu. Se remémorer des petits détails de grandes histoires, même si ce ne sont pas les nôtres.

Pour tous ceux à qui ils avaient promis de tout raconter après, de parler d'eux et de ne jamais les oublier. Pour ceux pour qui le temps, la vie et la disparition n'ont plus cours depuis plus de 70 ans. Pour eux, il faudra toujours se rappeler de leurs peaux, de leurs manières de parler, de ce qu'ils commandaient dans les cafés, de leurs rires et de leurs colères.

Il y aura un peu de peur. Celle de mal faire, de déformer, de modifier. Mais il vaut sans doute mieux avoir peur de mal faire que peur de ne rien faire. 

Avant tout ça, il nous faudra penser à leur dire au revoir. A dire les prières et les psaumes avec leurs prénoms et leurs noms. Pour eux, mais aussi pour tous ceux qui n'ont plus de nom et qui n'ont pas eu de prière.

Jean-Claude Grumbert, dans l'Atelier, demandait : "Qui se souviendra d'eux ?". Le monde entier se souviendra d'eux.