Un enfant Juif agressé ? La communauté nationale doit être sous le choc

31 Janvier 2018 | 35 vue(s)
Catégorie(s) :
France

À l'occasion des 80 ans du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), les membres du Crif ont été reçus à l'Élysée par le Président de la République, Emmanuel Macron, et Madame Brigitte Macron, lundi 18 mars 2024. Le Président du Crif, Yonathan Arfi, a prononcé un discours à cette occasion. 

Pages

Antisémitisme

À l'occasion des 80 ans du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), les membres du Crif ont été reçus à l'Élysée par le Président de la République, Emmanuel Macron, et Madame Brigitte Macron, lundi 18 mars 2024. Le Président du Crif, Yonathan Arfi, a prononcé un discours à cette occasion. 

Dimanche 14 janvier 2024, quelques mois avant les Jeux Olympiques Paris 2024, une délégation de sportifs et de dirigeants du monde du sport q"es, avec le Crif, pour un voyage de la mémoire dans le camp d’Auschwitz-Birkenau, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah.

 

Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

Pages

Lundi 29 janvier 2017. C'était en apparence une journée comme une autre pour ce petit garçon de 8 ans, de confession juive. Pourtant, à Sarcelles, cet enfant "a été victime de multiples coups portés par deux individus âgés d'une quinzaine d'années", a confirmé auprès de France info le parquet de Pontoise (Val-d'Oise). "La victime portait une kippa et se rendait seule à son cours de soutien scolaire", a précisé le parquet. Selon la Direction départementale de la sécurité publique du Val-d'Oise, les deux adolescents ont fait un croche-pied au garçon, puis lui ont donné "plusieurs coups de pied". "Il n'est pas blessé", Interrogé par France info, le parquet affirme que les auteurs de l'agression "n'ont rien dérobé et n'ont proféré aucune parole". "Le mobile antisémite est donc privilégié", poursuit-il.

Ce matin, j'ouvre mon poste de radio, je ne suis pas au courant. J'entends le commentaire suivant: "La communauté juive est sous le choc". Le genre de commentaire vaseux que je n'aime pas entendre. Cela ne concernerait que la communauté Juive, qu'un enfant de 8 ans soit agressé, parce qu'il porte une kippa et qu'il est Juif?

Qu'est-ce donc alors que cette proportion non négligeable de commentaires journalistiques/publics qui réduisent l’émotion, l’indignation, le malaise et la peur à une seule communauté ? Pourquoi faudrait-il que seuls les Juifs réagissent et se sentent concernés par un/ce type d’agressions caractérisés ? Ce faisant, ne retire-t-on pas les Juifs de la communauté nationale ?

Et en quoi et pourquoi, la communauté nationale devrait-elle être insensible lorsque des enfants sont/soient agressés, qu’ils fussent noirs, jaunes, blancs, chrétiens, musulmans, juifs, autres ? Comment expliquer ces/les raccourcis faciles ? Est-ce cela que l’on apprend dans les écoles de journalisme ? Et, faut-il être aveugle à ce point que l’on ne voudrait voir que l'antisémitisme comme toute forme de racisme, est inacceptable. Qu’il est une injure faite à la République et que ses effets peuvent se révéler dramatiquement, car ceux qui l'instrumentalisent s'illustrent par leurs appels incessants à la haine, à la violence et au meurtre.

Quelle étrange défaite de la démocratie ce serait de laisser les extrémistes ou les islamistes envahir nos vies et régler le monde. Quelle étrange défaite de la démocratie ce serait de réduire l’émotion à une seule communauté et ce faisant de ne pas comprendre que la menace est globale.

Alors, il faut marteler que les bonnes âmes et les naïfs se trompent lorsqu’elles/ils pensent que l’antisémitisme ne menacerait que les Juifs, le racisme que les noirs, l'homophobie que les homosexuels, le sexisme que les femmes. 

L’antisémitisme  menace la République et la communauté nationale doit être sous le choc.