Philippe Meyer

Président du B'nai B'rith France

Blog du Crif - "Si je t’oublie Jérusalem…"

15 December 2021 | 190 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

Pages

Actualité

Pages

Israël

Pages

Opinion

Pages

Ce 1er décembre 2021, l'assemblée générale de l’ONU a voté par 129 voix pour, 11 contre et 31 abstentions une résolution proposée par l’Autorité Palestinienne et des pays arabes, demandant que le Mont du Temple à Jérusalem soit nommé exclusivement par son appellation arabe, niant tout lien entre ce lieu central de la civilisation juive et le peuple juif. Et ceci est intervenu en pleine fête de Hanouka qui célèbre la réinauguration du Temple de Jérusalem après la victoire des Maccabées il y a près de vingt-deux siècles. Une provocation, un affront.

Parmi les 129 voix, il y eut à nouveau celle de la France. Imperméable à l’évolution de la donne géopolitique dans la région, la diplomatie française demeure revêtue de ses vieux habits usés et empêtrés dans son logiciel périmé. Les intérêts économiques, démographiques et électoralistes font le reste. 

Mais au-delà de ce vote inique, qui n’est ni le premier, ni sûrement le dernier, c’est ce décalage entre les paroles et les actes qui devient insupportable. On prononce de grands discours contre l’antisémitisme. On commémore bougie à la main les victimes juives de l’islamisme radical. On déclare son amitié à Israël devant les caméras et les photographes. On adopte la définition IHRA de l’antisémitisme qui lie ce mal absolu à l’antisionisme. Et finalement, on vote ce texte honteux.

Non Monsieur le président de la République, on ne combat pas l’antisémitisme en s’alliant à la meute antisioniste dans les instances internationales et en se soumettant à son diktat.

Non Monsieur le ministre des affaires étrangères, on ne combat pas l’antisémitisme et on ne construit pas la paix en maintenant une diplomatie à charge contre Israël, en cédant au mensonge et au révisionnisme de l’histoire d’Israël et du peuple juif, en parlant d’apartheid en Israël.
Le combat contre l’antisémitisme passe avant tout par la cohérence des propos et le courage des actes. Ce 1er décembre à l’ONU, la France a manqué de l’une et de l’autre.

A l’issue de tout mariage juif, le marié casse un verre après la récitation du psaume 137 « Si je t’oublie Jérusalem … », réaffirmant notre lien éternel et inaltérable à la ville de la paix. Ce 1er décembre à l’ONU, la France a une fois de plus oublié Jérusalem, envoyant un signal inquiétant pour l’avenir.

Philippe Meyer, Président du B’nai B’rith France

(Article paru dans l’édition du 16 décembre 2021 d’Actualité Juive)