Blog du Crif - Yom Hashoah : Mais qu'est-ce qu'on va faire sans eux ?

26 Septembre 2018 | 556 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Une stèle en mémoire des victimes de la Shoah qui n’ont pas de sépulture, "ni ici, ni ailleurs", a été inaugurée dans le cimetière parisien de Bagneux.
Une cérémonie solennelle - et sous haute sécurité - qui, à Bagneux, dix ans après la mort d’Ilan Halimi, séquestré et torturé dans la cité de la Pierre-Plate parce qu’il était juif, était d’autant plus symbolique.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Les vidéos de la mort, par Marc Knobel
|
21 Juillet 2016
Catégorie : France

Dans quel monde vivons-nous et de quelle inhumanité est faite le monde ?

Retour sur le déchaînement de haines antisémites qui s’est produit l’été 2014, en France.

Pages

Opinion

Le Crif souhaite un prompt rétablissement à Jean-Pierre Allali suite à son récent accident et espère le retrouver très vite en pleine forme.

Par Chloé Blum

Portrait de Invité
Blog du Crif - Noé, reviens !
|
11 Octobre 2018
Catégorie : France, Opinion

Pages

Cet article a été rédigé et proposé au Crif en septembre 2018

Hier Marceline Loridan-Ivens. Aujourd'hui Ida Grinspan. Et demain ?

Demain, il faudra faire avec. Ou plutôt, il faudra faire sans. 

Sans leurs voix brunies par les années, sans leurs expressions étonnées devant nos questions sur ce qui est évident, leurs façons de parler d'un autre temps, celui de nos arrière-grands-parents, en utilisant beaucoup d'adverbes. "Evidemment, à cette époque, Paris n'était pas aussi bourgeois qu'aujourd'hui, vous comprenez ?", "Alors Papa a naturellement ordonné qu'on rassemble nos affaires".

Il faudra faire sans leurs éclats de voix, leur pudeur et leur soin apporté à dire "la vérité vraie".

Il faudra faire sans pouvoir leur demander de raconter l'irracontable et sans oser s'enquérir du numéro sur leur bras.

Il faudra faire avec leur absence. 

Se souvenir de choses qu'on n'a pas vécu. Se remémorer des petits détails de grandes histoires, même si ce ne sont pas les nôtres.

Pour tous ceux à qui ils avaient promis de tout raconter après, de parler d'eux et de ne jamais les oublier. Pour ceux pour qui le temps, la vie et la disparition n'ont plus cours depuis plus de 70 ans. Pour eux, il faudra toujours se rappeler de leurs peaux, de leurs manières de parler, de ce qu'ils commandaient dans les cafés, de leurs rires et de leurs colères.

Il y aura un peu de peur. Celle de mal faire, de déformer, de modifier. Mais il vaut sans doute mieux avoir peur de mal faire que peur de ne rien faire. 

Avant tout ça, il nous faudra penser à leur dire au revoir. A dire les prières et les psaumes avec leurs prénoms et leurs noms. Pour eux, mais aussi pour tous ceux qui n'ont plus de nom et qui n'ont pas eu de prière.

Jean-Claude Grumbert, dans l'Atelier, demandait : "Qui se souviendra d'eux ?". Le monde entier se souviendra d'eux.