Stéphanie Dassa

Directrice de projets

Blog du Crif - Passeport vaccinal... et étoile jaune ?

01 Mars 2021 | 259 vue(s)
Catégorie(s) :
France

À l'occasion des 80 ans du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), les membres du Crif ont été reçus à l'Élysée par le Président de la République, Emmanuel Macron, et Madame Brigitte Macron, lundi 18 mars 2024. Le Président du Crif, Yonathan Arfi, a prononcé un discours à cette occasion. 

Pages

Actualité

Chronique de Bruno Halioua, diffusée sur Radio J, lundi 12 février à 9h20.

Pages

Antisémitisme

À l'occasion des 80 ans du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), les membres du Crif ont été reçus à l'Élysée par le Président de la République, Emmanuel Macron, et Madame Brigitte Macron, lundi 18 mars 2024. Le Président du Crif, Yonathan Arfi, a prononcé un discours à cette occasion. 

Dimanche 14 janvier 2024, quelques mois avant les Jeux Olympiques Paris 2024, une délégation de sportifs et de dirigeants du monde du sport q"es, avec le Crif, pour un voyage de la mémoire dans le camp d’Auschwitz-Birkenau, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah.

 

Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

Pages

Opinion

Pages

Lors de la manifestation du mouvement “Convergence Citoyenne du Sud”, organisée samedi 27 février à Avignon, certains manifestants opposés au passeport vaccinal portaient une étoile jaune en guise de protestation.

Il aura fallu bien peu de temps. A peine l’idée de passeport vaccinal a-t-elle été évoquée par le gouvernement français que certains ont sorti l’artillerie lourde. Ce sont les Lucky Luke des temps post modernes ; quand le cowboy solitaire tirait plus vite que son ombre, eux en un tournemain sortent de leur manche de magiciens pathétiques une étoile jaune. Elle était là, toute prête à être collée sur leurs poitrines rebelles, comme un slogan. Pourquoi ces militants de Convergence Citoyenne du Sud n’ont-ils pas arboré précisément celui des Républicains espagnols « No Pasaràn » ? C’eut été plus approprié, plus proche aussi sans doute de leur sensibilité politique profonde qui consiste souvent à qualifier de fascisante toute décision qui restreindrait les libertés individuelles et porterait les germes d’une discrimination. Employons le conditionnel, c’est important sur ce sujet.

Non, pas de slogan politique. Ils ont choisi le symbole suprême ; celui de la « victime totale », l’étoile jaune, celle que les Juifs de France ont dû porter dès juin 1942.
L’étoile jaune, ça représente quoi au juste pour eux ? Le régime autoritaire de Vichy ou la persécution des Juifs ? Ils la portent pour quoi ? Pour dire en sous texte que notre gouvernement actuel ne vaut pas mieux que Vichy ou qu’ils sont les « nouveaux Juifs » ? Cette seconde hypothèse ne peut que nous amener à penser que décidément, on ne sortira jamais de cette « théologie » de substitution…. Faut-il à chaque génération qui passe un Vérus Israël ?

Tiens, Israël justement. Israël a été le premier pays à officialiser le passeport sanitaire. Est-ce avoir la plume paranoïaque d'oser faire un parallèle entre le choix d’Israël et la tragi-comédie qui se joue ici ? La question, si elle n’autorise pas de réponse ne peut qu’interpeller.

Débattre est légitime ; douter est souvent sain. Mais attirer l’attention des médias, faire du buzz avec ce type de méthode c’est de l’instrumentalisation pure. Dans une république en proie à une permanence de l’antisémitisme, dans un pays où 12 Français juifs sont morts assassinés depuis le début des années 2000, et où il faut le dire, l’opinion publique ne s’est pas franchement mobilisée pour s’en indigner, il y a dans cette démonstration quelque chose de triste et quelque chose d’indigeste.

Triste parce que les survivants de la Shoah ont tant donné d’eux-mêmes pour sillonner la France, en prenant le temps d’expliquer à beaucoup d’élèves le sens profond du port de l’étoile, en soulignant aussi la chance pour eux de vivre en temps de paix et de démocratie, en évoquant le souvenir de leurs camarades morts dans les camps sans avoir jamais su ce que c’était d’avoir un jour 30 ans voire 20.

Indigeste parce l’indécence l’est par nature. Elle laisse un sentiment de dégout et d’abattement. Parce que faire cela est bête, s’accoler soi-même une étoile jaune. C’est ne pas comprendre une chose : ceux qui ont vécu l’enfer de la persécution nazie ne feront jamais ça pour un projet sociétal, par ailleurs même pas encore tranché.

Albert Einstein disait : « Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. »
On ne saurait mieux conclure.

Stéphanie Dassa