#Opinion - Comment ne pas faire le rapprochement avec l’assassinat de Mme Sarah Halimi ? Par Marc Lévy, délégué du Crif en Israël

13 Septembre 2017 | 324 vue(s)
Catégorie(s) :
Antisémitisme

À l'occasion des 80 ans du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), les membres du Crif ont été reçus à l'Élysée par le Président de la République, Emmanuel Macron, et Madame Brigitte Macron, lundi 18 mars 2024. Le Président du Crif, Yonathan Arfi, a prononcé un discours à cette occasion. 

Dimanche 14 janvier 2024, quelques mois avant les Jeux Olympiques Paris 2024, une délégation de sportifs et de dirigeants du monde du sport q"es, avec le Crif, pour un voyage de la mémoire dans le camp d’Auschwitz-Birkenau, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah.

 

Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 

Pages

Par Marc Lévy, avocat de la LICRA dans le procès de Reynald Leykens et délégué du Crif en Israel

Par Marc Lévy, avocat de la LICRA dans le procès de Reynald Leykens

 

A Cannes, en aout 1984 un jeune homme de 20 ans, Reynald Leykens tuait sa logeuse, Mme Henriette Cerf.

Dans le studio que lui avait loué la victime, les policiers avaient retrouvé une collection d'armes blanches et des photographies faisant l'apologie de l'Allemagne nazie.

Une première fois il était venue pour la tuer, mais elle lui avait offert un jus de fruit et il n’avait pas eu « le cœur » de la tuer . Quelques jours plus tard il s’était ressaisi et l’avait dardé d’une vingtaine de coups de poignard alors qu’elle se débattait courageusement !

Comment ne pas faire le rapprochement avec l’assassinat de Mme Sarah Halimi ?

Kobili Traoré, connaissait également sa victime dont il était le voisin . Il l’avait traitée de « sale juive » et elle le craignait terriblement. Pour la tuer il est passé par le balcon de ses voisins pour rejoindre le balcon  de Sarah Halimi. Il l’a roué de coups durant de longues minutes, et comme Madame Cerf, elle a tenté de se défendre avant d’être défenestrée.

Lui aussi a agi pour des raisons « idéologiques » : avant de passer à l’action  il récite des sourates du Coran , il hurle «Allah Akbar» et après les faits il crie  «J’ai tué le sheitan» (démon, en arabe).

Reynald Leykens a été condamné pour assassinat par la Cour d’Assise des Alpes maritimes et la recevabilité de la LICRA comme partie civile n’a pas été discutée tant le caractère antisémite du crime était patent.

En quoi le caractère antisémite de l‘assassinat de Mme Halimi ne le serait-il pas ?

 

Marc Lévy