Blog du Crif - Affaire Sarah Halimi : Une insulte à la France

20 Avril 2021 | 149 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Mardi 10 octobre 2017, j'ai été reçu par le Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères pour un long tour d'horizon.

Portrait de Invité
#BlogDuCrif - Devoir de mémoire
|
20 Septembre 2017
Catégorie : France

Il y a 76 ans, le 15 décembre 1941, 69 hommes ont été fusillés au Fort du Mont Valérien à Suresnes, dans les Hauts de Seine par les autorités d’occupations allemandes. Ces hommes, français et étrangers, furent arrêtés par les forces de polices françaises de la Préfecture de police du département de la Seine (à l’époque).

Je vais vous raconter l’histoire de Moritz Singer, mon oncle, le frère de ma mère, un de ces fusillés.

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Pages

Actualité

L'exposition CHAGALL, LISSITZKY, MALÉVITCH...L'AVANT-GARDE RUSSE À VITEBSK (1918-1922) est à découvrir juqu'au 16 juillet 2018 au Centre Pompidou.

Scoop : l’appel au boycott est illégal en France

 

Et vous, comment définiriez-vous l’humour juif ?

Pages

Opinion

Pages

Nous avons tous depuis quelques heures la sensation glaciale d’avoir perdu une certaine idée de la  France.

Cette France protectrice des juifs, cette France à qui nous manifestons sans cesse notre amour pour ce qu’elle est, et notre volonté farouche et inaltérable de scander toujours plus haut et plus fort les principes de la République bénie.

Mais force est de constater que l’arrêt rendu par la Cour de Cassation il a quelques jours nous a sidéré.

Sidération liée au symbole envoyé à toute la société ,

Sidération liée à l’impossible -double deuil- à réaliser pour la famille Halimi, deuil de l’être proche et deuil de la sanction,

Sidération de voir l’état dans lequel la France se trouve de nouveau plongée car ne l’oublions pas  lorsque les juifs sont « maltraités » c’est que le baromètre de la démocratie va mal...

Sidération enfin de ce que va porter l’Histoire pour les générations futures.

Comment expliquer que dans ce cas bien précis le meurtrier d’une femme assassinée de manière préméditée et uniquement parce que juive ne sera pas jugé puisque la circonstance habituelle aggravante de consommation de stupéfiants est devenue pour un seul procès une circonstance atténuante? Voir même plutôt une circonstance exonératrice de responsabilité?

Comment expliquer que fumer des joints -  et sans avoir pour l’auteur de ce crime abominable  d’antécédent psychiatrique avant ou de traitement après- exonère dudit crime et que sa « bouffée délirante » d’opportunité soit devenue l’élément fondateur d’une irresponsabilité pénale sur mesure ?

Comment expliquer qu’une dame persécutée depuis des semaines, recevant des insultes et des menaces par son futur meurtrier n’ait pu être protégée et a fini exterminée, os du visage brisés, battue à mort puis défenestrée vivante .... un calvaire où les multiples possibilités d’agir pour la sauver n’auraient pas été envisagées.

Aujourd’hui j’ai mal à cette France protectrice de tous et de chacun , cette France creuset des alliages de toutes sortes qui fait sa force et sa grandeur.

Il va être dur à retrouver ce creuset, il va falloir lutter pour recréer la confiance et l’unité nationale. Il faut l’aimer cette idée de la France, celle de la République et de ses valeurs pour réinventer ensuite la croyance en la Justice...

Si comme l’a écrit Apollinaire jamais les crépuscules ne doivent vaincre les aurores alors ayons ensemble le saursaut nécessaire qui se fait trop attendre.

Je ne suis pas de l’espèce de ceux qui accepteront de vivre à genoux. Battons nous, légiférons, pallions les carences existantes pour qu’enfin justice soit rendue pour Sarah Halimi!

Déborah Loupien-Suarès

Présidente du consistoire israélite de Bayonne/Biarritz
Vice présidente du Consistoire israélite du Sud-Ouest
Membre du Comité directeur du Crif Bordeaux-Aquitaine
Adjoint au Maire de la ville de Bayonne
Avocat à la Cour, Membre du Conseil de l’ordre des avocats de Bayonne