Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Commémoration à la mémoire de Samuel Paty

19 Octobre 2022 | 60 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Pages

Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

Pages

Opinion

Le Crif souhaite un prompt rétablissement à Jean-Pierre Allali suite à son récent accident et espère le retrouver très vite en pleine forme.

Par Chloé Blum

Portrait de Invité
Blog du Crif - Noé, reviens !
|
11 Octobre 2018
Catégorie : France, Opinion

Pages

Commémoration dans le Jardin Samuel Paty, ce 16 octobre 2022

 

Il y a deux ans, le professeur Samuel Paty était poignardé et décapité en pleine rue de Conflans-Sainte-Honorine par un terroriste islamique d’à peine 18 ans. Ce criminel qui, après avoir assassiné le jeune enseignant, a été neutralisé alors qu’il se précipitait vers deux policiers au cri d’Alah Akbar.

Il y a deux ans, le nom de Samuel Paty s’est ajouté à la liste déjà longue des victimes du terrorisme Islamique. Son « crime » aux yeux de ce terroriste ? Avoir osé montrer les caricatures de Mahomet lors d’un cours sur la Tolérance et la Liberté d’expression.

Après Charlie Hebdo, le Bataclan, l’HyperCacher et d’autres attaques terroristes islamiques, cette idéologie mortifère poursuit son invasion tentaculaire. Ce totalitarisme s’attaquant à toutes nos valeurs, voulant nous interdire de penser, de caricaturer, de blasphémer, de critiquer, d’enseigner, tout simplement de Vivre avec nos différences et nos spécificités.

Comme après chaque attaque terroriste islamique, l’émotion fut grande mais ça et là, des individus envoûtés par la haine, ont refusé de désigner et de condamner l’idéologie qui arme les criminels.

Certains se sont essayés à des explications voire même trouvé des excuses à ces crimes.

Depuis deux ans, la peur s’est installée et une autocensure s’est imposée. La critique de l’islam dévoyé est à peine abordée. Les déclarations comme les simples critiques sont évitées par crainte de représailles. L’ombre des criminels plane. Le souvenir de l’assassinat de Samuel Paty bloque même les plus courageux.

La peur rôde !

Des enseignants, aujourd’hui encore, sont menacés de mort.

Des enseignants qui, lorsqu’ils osent parler, témoignent du silence de leur hiérarchie.

Des enseignants pour lesquels la seule issue est de s’exiler ou de vivre sous protection policière.

Deux ans après la décapitation de Samuel Paty, l’indignation se fait de plus en plus discrète. Deux ans seulement après ce drame, où en est la lutte contre l’islamisme ? Où en est la défense de notre République qui se doit de protéger tous ses enfants en leur assurant la liberté de pensée tout en garantissant à chacun le droit de croire et de ne pas croire ?

Où en est notre laïcité qui est aujourd’hui bafouée à des fins électorales ?

En mémoire de Samuel Paty, nous avons le devoir d’agir avec force contre ceux qui diffusent le venin islamiste. Nous n’honorerons sa mémoire qu’en luttant, tous ensemble, contre tous les extrémismes, les totalitarismes et en remettant au centre de notre combat celui pour la République et son triptyque Liberté, Égalité et Fraternité.

 

Gil Taïeb