Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Dans tes yeux : Un amour dans le ghetto, par Marek Halter

22 Avril 2024 | 61 vue(s)
Catégorie(s) :
Opinion

Pages

Dans tes yeux : Un amour dans le ghetto, par Marek Halter (*)

 

 

Né à Varsovie en 1936, Marek Halter, fils de l’imprimeur Salomon Halter et de la poétesse Perl Halter, revient sur son passé, rue Smocza et dans les rues avoisinantes de sa ville natale, à l’heure où les Allemands, qui ont pris possession de la capitale polonaise, après avoir, dès le 2 octobre 1940, sous la férule du gouverneur nazi, Ludwig Fisher, enfermé les Juifs dans un espace fermé, le Ghetto, procèdent méthodiquement à leur élimination physique en les conduisant à l’Umshlagplatz puis vers les camps de la mort ou en les abattant sur place à la moindre incartade. L’auteur a choisi, pour raconter ces heures sombres qu’il a lui-même connues, de se mettre dans la peau d’une petite fille juive, Sulamithe, probable alter ego de sa voisine Ruth, dont il était amoureux quand il avait quatre ans. Sulamithe n’a d’yeux que pour son voisin du troisième étage, Salomon, qui, avec la régularité d’un métronome, fait chaque jour son apparition à huit heures moins dix. Salomon, dont le père possède la fameuse pâtisserie Studnia, est un élève assidu de la yechiva. Le père de Sulamite, cordonnier de son état, voit, lui, les choses d’un autre œil : il envisage de marier Sulamithe qui a douze ans, avec Yankel, le fils de son associé Mendel, par ailleurs président du syndicat des cordonniers.

La famille de Sulamithe est amenée, malgré l’exiguïté de son logement, à accueillir la sœur de sa mère, Deborah et les siens dont la petite Topcia qui deviendra la confidente de Sulamithe.

Avant le déluge de la barbarie nazie, Varsovie abritait une importante communauté juive pratiquant le yiddish et vivant au rythme de la musique klezmer. Les yeshivot étaient nombreuses et actives et l’étude des textes sacrés faisait partie du quotidien des hommes, les femmes, elles, étant reléguées aux cuisines et à l’éducation des enfants. Trois cent cinquante mille personnes dont le nombre va, au fil des mois, se réduire comme peau de chagrin. Dans leur entreprise macabre et génocidaire, les Allemands seront secondés par des Ukrainiens, des Lettons, des Lituaniens et, dans une moindre mesure, par des Polonais.

Comble de l’hypocrisie : les nazis ont installé à Varsovie un Conseil juif dont le président, Adam Czerniakow, finira d’ailleurs par se suicider et mis sur pied une police juive. Des cinéastes allemands iront même jusqu’à filmer des Juifs véritablement mis en scène pour faire croire, par le biais d’un documentaire, qu’ils vivants et sont bien traités par les occupants.

Dans le ghetto, c’est la famine. Le marché noir se développe démesurément. On se partage avec parcimonie, des pommes de terre pourries, de rares légumes et de l’eau chaude tandis que les maladies, typhus et scorbut font des ravages. Les cadavres s’entassent dans les rues avant de finir dans la fosse commune. Dans ce climat délétère, une forme de résistance juive prend forme avec, à sa tête, le jeune Mordechaj Anielewicz.

La romance entre Salomon et la Sulamithe est ponctuée d’extraits du Cantique des Cantiques et des Lamentations. Émouvant et très original.

 

Jean-Pierre Allali

 

(*) Éditions XO, avril 2024, 128 pages, 12 €.

 

 

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs -