A lire, à voir, à écouter
|
Publié le 23 Octobre 2014

À Dieulefit nul n'est étranger, par Bernard Delpal (*)

Une recension de Jean-Pierre Allali

Historien et universitaire, Bernard Delpal est un spécialiste des questions touchant à la Résistance dans la Drôme et aux Justes qui ont agi dans cette région, plus particulièrement dans le pays de Dieulefit (1). 

Dans l'ouvrage qu'il publie sur ce sujet, la citation de Pierre Emmanuel proposée en sous-titre : « Désobéir et résister pour protéger et sauver pendant les années difficiles de la guerre 1939-1945 » résume à elle seule les objectifs de l'auteur.

Aux heures sombres de la Guerre et de l'Occupation, Dieulefit, petite commune, qui, avec son canton, comptait quelque 6000 habitants, a réussi à sauver des centaines de personnes, adultes et enfants, venues de tous horizons.

Dieulefit, pays rural, est, souligne l'auteur, fortement ancrée à gauche avec une implantation solide du parti communiste. Sur le plan confessionnel, bien que Dieulefit soit souvent présentée comme « cité protestante », elle est partagée entre catholiques et protestants.

Bernard Delpal insiste dans son ouvrage sur un point qu'il considère comme important : s'il est vrai que de nombreux Juifs ont trouvé à l'époque refuge à Dieulefit, ils ne furent pas les seuls, loin de là.  L'auteur évoque tour à tour des Arméniens, des Espagnols, des réfugiés européens inquiétés par l'Anchluss et la « Nuit de Cristal », des réfugiés « économiques », notamment italiens et, plus tard, des Alsaciens et des Lorrains.

Dans une première partie, Bernard Delpal raconte l'action de résistance au nazisme et l'accueil des réfugiés tel qu'il s'est peu à peu organisé à Dieulefit, notamment avec la constitution de plusieurs réseaux : le réseau scolaire, le réseau de la santé, le réseau des détenteurs d'autorité ou en charge de services publics et le réseau confessionnel ou politique. L'action méritoire de Marguerite Soubeyran, de Catherine Krafft et de Jeanne Barnier, parmi bien d'autres, est soulignée. Neuf habitants de Dieulefit, dont sept protestants, obtiendront la Médaille des Justes décernée par l'Institut Yad Vachem de Jérusalem.

La seconde partie de l'ouvrage est consacrée à des témoignages de sauveteurs et de réfugiés, notamment de l'écrivain Pierre Emmanuel, de l'historien Pierre Vidal-Naquet , de Marguerite Soubeyran et de Jeanne Barnier. En tout, quinze témoins, dont plusieurs Juifs.

En complément, quelques pages très originales, complètement en dehors du thème de l'ouvrage, mais qui apportent un éclairage utile sur un sujet peu connu : l'accueil des Juifs européens en Irlande du Nord, dans le petit village de Millisle, à une trentaine de kilomètres de Belfast.

De nombreuses illustrations agrémentent cet ouvrage particulièrement intéressant

(*) Éditions Comptoir d'Édition. Juillet 2014. 148 pages. 10 euros.

(1) Voir notre interview de ce chercheur publiée dans la Newsletter datée du 8 octobre 2014.

CRIF

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.