Gil Taïeb

Vice Président du Crif

#BlogDuCrif - Israël, 70 ans

17 April 2018 | 119 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

Antisémitisme
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

La 77ème cérémonie du Yizkor organisée par le FARBAND - Union des Sociétés Juives de France s'est déroulée dimanche 2 octobre 2022, à 11h30 au cimetière de Bagneux. 

À l'aube de 5783, découvrez les vœux de Yonathan Arfi pour Roch Hachana. 

Pages

C’est avec plaisir que je vous retrouve après près de deux semaines d’absence due aux fêtes de Pessah.

Ces semaines ont été endeuillées par le crime odieux antisémite de Madame Mireille Knoll (zal).

Un assassinat antisémite de plus qui s’ajoute à la déjà longue liste des victimes de ce mal qui gangrène depuis bien longtemps notre société française. Il faut sans cesse le répéter : 

en France, aujourd’hui encore, on peut mourir parce qu’on est juif ! 

Ce constat cauchemardesque n’est pas sans conséquences.

Certes, la France n’est pas un pays antisémite mais l’antisémitisme se développe en France sous de nouvelles formes et les juifs, cibles privilégiées de l’intégrisme islamique sont en danger !

Il suffit de consulter Internet pour lire le déferlement de haine antisémite qui s’y déverse sans contrôle.

Ni les 6 millions de morts de la Shoah, ni le souvenir des enfants juifs de Toulouse, ni même l’assassinat sauvage de cette pauvre dame de 85 ans, n’ont trouvé grâce à leurs yeux.

Le négationnisme a contaminé une nouvelle frange de la population française. Après avoir été celui des enfants de Pétain, il est aujourd’hui celui de certains enfants vivant dans nos banlieues et manipulés par un islamisme diffusé par des imams autoproclamés et surtout incontrôlés. 

Les théories du complot et la négation de la Shoah trouvent ainsi un terrain favorable dans des lieux où la République a reculé.

Même si la gangrène a bien avancé, il est encore temps de partir à la reconquête de ces territoires et d’y faire triompher nos valeurs républicaines qui sont et resteront à jamais les seuls garanties d’un vivre ensemble qui aujourd’hui est trop souvent entaché par le sang des victimes de la haine.

Ce constat pourrait nous pousser au pessimisme mais comme l’a déclaré Madame Golda Meir « le pessimisme est un luxe qu’un juif ne peut pas se permettre ».

Aussi, je veux mettre en avant le bonheur immense que nous allons partager la semaine prochaine au lendemain du Yom Azikaron, qui honorera tous ceux qui ont donné ou perdu la vie pour que renaisse et  grandisse l’Etat d’Israël, nous fêterons avec force et fierté les 70 ans de ce pays Juif, qui malgré l’adversité, les condamnations, les attaques terroristes et les menaces a su transformer un désert en jardin et faire de ce petit pays une grande Start-Up Nation que chacun regarde avec admiration et envie.

Avec quelques jours d’avance, Bon anniversaire à l’État d’Israël et longue et belle vie à son peuple !

Gil Taieb