Actualités
|
Publié le 19 Juin 2006

Jean-Marie Matisson, Grand-Maître adjoint du Grand Orient de France : « Un monde sans justice n’engendre pas la paix »

Jean-Marie Matisson est actuellement Grand-Maître adjoint du Grand Orient de France, il fut une des quatre premières parties civiles à porter plainte pour crime contre l'Humanité contre papon. Il est militant laïque depuis de nombreuses années et est président d’Honneur du Comité Laïcité République (avec Henri Caillavet et Patrick Kessel).


Question: Qui sont Jean-Michel Quillardet et Jean-Marie Matisson ?
Réponse : Jean-Michel Quillardet est Grand Maître du Grand Orient de France et avocat au barreau de Paris. Il a été longtemps un des plus ardents partisans de l’abolition de la peine de mort et membre d’Amnesty International.
Question: 1045 Loges maçonniques sont réparties en France et dans le monde et rassemblent près de 47 000 Francs-Maçons venant d'horizons professionnel, social, culturel, philosophique et politique différents. En France, le Grand Orient de France, né en 1728, va se constituer sous ce nom en 1773 et restera la seule Obédience Maçonnique en France jusqu'à la fin du siècle dernier. De nos jours, que représente le Grand Orient de France et qu'est-ce qu'être Franc-maçon, en 2006 ?
Réponse : Le Grand Orient de France est le berceau de la République, le fer de lance de la Laïcité et une structure originale qui permet à tout citoyen de participer à l’organisation de la société et de confronter son point de vue. Le Grand Orient de France offre une méthode de travail originale et vieille de trois siècles, qui, donc, a fait ses preuves et qui permet de confronter une démarche individuelle à un projet collectif, celui de la loge ou celui de l’obédience. Au (et pour le) Grand Orient de France, la Laïcité n’est pas une opinion mais la liberté d’en avoir une. Dans le paysage maçonnique mondial, le Grand Orient de France est la plus ancienne obédience en activité et la plus importante parmi les obédiences libérales (c’est-à-dire les obédiences qui n’imposent pas l’obligation de croire en Dieu). Le Grand Orient de France n'est pas dogmatique. Il n'impose aucune idéologie, croyance ou idée reçue. Et grâce à la pensée symbolique et à la laïcité permet de construire des projets à vocation universelle. Ce qui fait la spécificité du Grand Orient de France : c’est son engagement dans la Cité des hommes.
Autre point essentiel, au sein du Grand Orient de France, les personnes qui prônent des idées, racistes ou xénophobes sont exclues. Etre franc-maçon aujourd'hui c'est refuser de se résigner devant l'injustice, la misère, la violence et le manque de perspectives. C'est travailler sur soi dans l'objectif d’améliorer le devenir de l'Humanité.

Question : Quelles sont les orientations et les positions du GOF, notamment en ce qui concerne la laïcité, la défense des valeurs républicaines, la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ?
Réponse : La laïcité est une notion résolument moderne qui fait de nous des citoyens avant toute autre appartenance, communauté religieuse ou communautaire. Toute être humain a les mêmes droits et les mêmes devoirs car dans une société démocratique, et grâce à la laïcité, il ne peut y avoir de rivalités et de conflits fondés sur la religion. La laïcité est un facteur de Paix. Depuis quelques années, la République est menacée par les opposants à la laïcité et principalement par les intégrismes religieux. Cependant nous sommes confiants, parce que les français sont conscients de l’importance de cette liberté. La France est un des rares pays au monde à offrir une constitution à vocation universelle, c’est ce que défend avant tout le Grand Orient de France.

Question: Soixante ans après le premier jugement pour crimes contre l'Humanité par le tribunal militaire de Nuremberg, à Paris, le Grand Orient de France a organisé le Dimanche 21 mai 2006 en son siège, à Paris, un premier colloque pour le jugement du crime contre l'Humanité. Le CRIF s’est associé à ce colloque. Historiens, juges, journalistes, avocats, philosophes, spécialistes ou auteurs reconnus, ont débattu des enjeux politiques, historiques et philosophiques du jugement des crimes contre l'Humanité, tels qu'ils furent introduits à Nuremberg. Mais aussi et surtout, tels qu'ils existent aujourd’hui. Pourriez vous nous parler de ce colloque ?
Réponse : Pour ceux qui en doutaient encore, ce colloque a mis au clair que la justice internationale n'est pas effective. Loin de là ! Cette justice, dont l'objectif est de condamner les crimes de masses, a besoin des citoyens car elle est rendue en notre nom. Nous avons entendu l’ancien Président du Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie et juge à la Cour Pénale Internationale, Claude Jorda nous remercier de nous être mobilisés.
Nous estimons que mettre en place une « justice universelle » est un pas décisif vers un « vivre ensemble » planétaire parce qu’un monde démocratique ne peut fonctionner que si les trois pouvoirs, judiciaire, législatif et exécutif sont effectifs et dans une véritable séparation. Nous souhaitons que ce colloque marque le point de départ d'une prise de conscience et d'une démarche internationale pour que toutes les nations majeures qui n'ont pas ratifié le traité de Rome. Le Grand Orient de France a lancé un appel pour réveiller la conscience des peuples de la Terre, en introduisant quatre demandes :
- En introduisant un mode de saisine qui caractérise son universalité, la saisine par tout être humain, parce que toute l’Humanité est en chaque Homme.
- En renforçant l’imprescriptibilité de ces crimes et en supprimant les exceptions aux règles de rétroactivité des pays signataires du Statut de Rome.
- En enlevant au pouvoir exécutif, le Conseil de sécurité de l’ONU, la possibilité de suspendre les poursuites contre un auteur de crime de génocide ou de crime contre l’Humanité.
- En appelant l’ensemble de la communauté internationale les Etats-Unis, l’Inde, la Chine et Israël, à ratifier le Statut de Rome instituant la Cour Pénale Internationale.
Question: A l'issue de ce colloque, Jean-Michel Quillardet, Grand Maître du Grand Orient de France, a appelé à rendre exécutoire la Cour Pénale Internationale dans le temps et dans l’espace. Pourtant, un certain nombre de pays (les Etats-Unis, l’Inde, la Chine et Israël, n’ont pas ratifier le Statut de Rome instituant la Cour Pénale Internationale. Selon le GOF, l'existence de tribunaux permet-elle d'empêcher les crimes et les injustices ? Pourriez-vous nous expliquer le sens de cet appel?
Réponse : Les tribunaux empêchent-il tous les crimes ? Non, en revanche un monde sans justice n'engendre pas la paix. Nous ne voulons pas nous faire juge de l'actuel refus de ratifier des pays majeurs que vous citez. Nous nous contentons de les appeler à bien y réfléchir. Peuvent-ils d'un coté prôner les plus hautes valeurs morales de l'humanité et d'un autre coté ne pas agir tel qu'ils l'exigent des autres ? Ce paradoxe n'est plus tenable. Nous devons être égaux devant la Loi, sinon les citoyens n'ont plus de repères. Un état de droit international dans lequel le droit des individus sera reconnu et établi face au pouvoir des Etats, doit être mis en place ! Et en temps, la fin de l’impunité des auteurs de ces crimes les plus graves doit être annoncée et rendue possible. Enfin, nous estimons que la mémoire de toutes les victimes doit être respectée et honorée et que le souvenir des victimes de crimes contre l’humanité ne doit pas relever du simple devoir de mémoire mais prendre, tout son sens. C’est l’objectif que je me suis fixé en organisant ce colloque parce que c’est ce que je dois à la mémoire des dix personnes de ma famille exterminées à Auschwitz.
Question: Quelles sont les positions du GOF sur le conflit israélo-palestinien?
Réponse : Le Grand Orient de France est dans le camp de la liberté et de la Paix. Il travaille à la rencontre de personnalités qui dans chaque camp, veulent dialoguer et organise plusieurs groupes de travail qui vont dans ce sens. Il se félicite du fonctionnement démocratique de l’Etat d’Israël. Il dénonce la violence sous toutes ses formes, terreur, terrorisme ou oppression et appelle à une Paix qu’il sait inéluctable. C’est avec cet objectif que le Grand Orient de France vient de créer, une loge en Israël. Cette loge a été installée en début d’année par le Grand-Maître du Grand Orient de France Jean-Michel Quillardet.
Question: Enfin, pour terminer, quel message le GOF veut-il adresser à la communauté juive de France ?
Réponse : Les liens qui nous rapprochent sont nombreux. A une moindre échelle, les Francs-Maçons ont été victimes des mêmes idéologies que les Juifs. Ce qui nous rapproche, c’est la haine et la bêtise qui nous associent quand par exemple, intégristes et fascistes parlent de complot judéo maçonnique international, dont par exemple, Le Pen désigne, le siège comme étant celui du Grand Orient de France.
Propos recueillis par Marc Knobel

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.