Actualités
|
Publié le 10 Octobre 2006

Roger Pinto, Président de Siona : « Nous exigeons la libération des trois soldats israéliens kidnappés par le Hamas et le Hezbollah »

Question : Sur votre initiative, le CRIF, le CJE et Siona lancent une campagne d’information pour faire libérer les trois soldats israéliens qui ont été capturés par le Hamas et par le Hezbollah. Pourquoi ?


Réponse : Avant toute chose, je rappellerai que les trois soldats dont nous parlons ont été kidnappés par des terroristes du Hamas et du Hezbollah. Je veux citer les citer : Guilad Chalit (enlevé le 25 juin 2006) de Eldad Regev et de Oudi Goldwasser, capturés en Israël le 12 juillet 2006, par l’intrusion du Hezbollah en territoire israélien. Cette opération a provoqué la mort de huit soldats israéliens.
Pour répondre maintenant à votre question, je vous dirai qu’au mois de juillet, des israéliens m’ont demandé si nous pouvions recevoir en France les familles de ces soldats et leur préparer un programme complet. En quatre jours, nous avons donc rencontré au Quai d’Orsay, le ministre des Affaires étrangères, M. Douste-Blazy. Nous avons vu les membres des groupes parlementaires d’amitié France-Israël tant au Sénat qu’à l’Assemblée nationale. Nous avons également rencontré les députés Laurent Fabius et Rudy Salles, à l’Assemblée nationale. Ils nous assurent de leur soutien. Nous avons eu une rencontre avec le CRIF et des représentants de la Croix Rouge International, de la Conférence des Evêques de France. Enfin, nous avons organisé un office solennel à la Synagogue de Buffault, à Paris, en présence de près de 2000 personnes et du personnel diplomatique israélien. Par ailleurs, j’ai organisé une conférence de presse. Plus de 60 journalistes étaient présents et ont questionné les familles des trois soldats kidnappés.
Question : Qu’avez-vous fait par la suite ?
Réponse : En août, nous avons décidé de créer un comité international pour la libération des trois soldats. Nous avons pris l’engagement de faire tout ce qui est en notre possible pour aider à la libération de ces soldats israéliens. Par ailleurs, le 31 août, Place Yitzhak Rabin à Tel-Aviv, Siona et le Comité international, ont organisé une grande manifestation de soutien qui a réunie plus de 60.000 personnes.
Question : Que voulez-vous faire maintenant ?
Réponse : Les familles se sont rendues au Nations Unies, en Allemagne et aux Etats-Unis, notamment. Les familles veulent un signe de vie de leurs enfants, mais elles vivent un véritable cauchemar parce qu’elles ignorent si leurs enfants sont encore en vie. D’ailleurs, je tiens à rappeler que la résolution 1701 Des Nations Unies, parrainée par le Danemark, les Etats-Unis, la France, la Grèce, la Slovaquie, et le Royaume-Uni, qui a été adoptée à l'unanimité de ses quinze membres, souligne qu'il faut obtenir « la libération inconditionnelle des soldats israéliens enlevés » par le Hezbollah.
Par ailleurs, j’ai demandé audience au Président de la Commission européenne, M. Emmanuel Barroso, ainsi qu’à Josep Borrell Fontelles, Président du Parlement européen. Je souhaite rencontrer Son Excellence Monseigneur Fortunato Baldelli, le Nonce Apostolique à Paris, pour demander une audience avec le Pape. J’ajoute qu’avec le CRIF bien évidemment mais aussi le Congrès Juif Européen, les Consistoires, les Grands Rabbins de France et de Paris, nous avons signé une lettre commune invitant les communautés juives du monde entier (près de 700 communautés) à intervenir auprès de leur gouvernement respectif, afin d’aider à la libération des otages. Enfin, fin octobre, début novembre 2006, nous organiserons une grande manifestation devant la présidence de l’Union européenne à Bruxelles. Nous espérons que des dizaines de milliers de personnes se joindront à nous.
Propos recueillis par Marc Knobel

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.