Actualités
|
Publié le 13 Février 2013

Création du "Prix Ilan Halimi contre l’antisémitisme"

Communiqué de Jérôme Guedj, Député et Président du Conseil Général de l’Essonne, 13 février 2013

 

Le 13 février 2006, Ilan Halimi, jeune juif de 20 ans, est retrouvé agonisant sur les voies de RER en gare de sainte Geneviève des Bois (91), trois semaines après son enlèvement. Il décèdera quelques heures plus tard. Trois semaines de séquestration, de sévices, de coups, de tortures. Trois semaines ayant permis l’expression, à huis clos, de l’antisémitisme le plus sauvage. Trois semaines où l’antisémitisme, la violence et l’ignorance se mélangent en un cocktail explosif dont les éclats demeurent et continueront, si l’on n’y prend garde, à fissurer le pacte républicain.

 

Sept années ont passé et le souvenir demeure – pour moi – d’autant plus vivace que les évènements de Toulouse l’an passé donnent à l’enlèvement et à l’assassinat tragique d’Ilan Halimi un relief particulier. Si la tentation a pu exister chez certains de nier le caractère spécifiquement antisémite de ce meurtre en le rangeant à la rubrique des faits divers, l’affaire Merah démontre bien la persistance d’un phénomène que nous devons combattre, collectivement, sans aucune complaisance.

Cette réalité sociale nouvelle doit interpeler notre société au plus profond d’elle-même. Lors de son remarquable discours de commémoration de la Rafle du Vel d’Hiv le 22 juillet dernier, le Président de la République rappelait que «  la Shoah n’avait été rendue possible que par des siècles d’aveuglement ; de bêtise et de mensonge » et citant Primo Levi, ajoutait : « sauf exception, ils n’étaient pas des monstres, ils avaient notre visage ».

Dès lors, comment combattre le poison qui conduit à assassiner des individus parce qu’ils ont le tort d’être nés juifs ? Quelles mesures prendre pour s’attaquer au mal et aux causes du mal ?

Comme parlementaire, comme Président de Conseil Général, je souhaite que l’éducation soit au cœur de notre projet collectif de lutte contre l’antisémitisme. Lors du procès des meurtriers d’Ilan Halimi, les prévenus avaient tous moins de trente ans et certains étaient même mineurs au moment des faits. Mohammed Merah avait lui 24 ans lors de la tuerie de Toulouse. Et le torrent de haine qui s’est déversé il y a quelques mois sur twitter était pour l’essentiel le fait de jeunes puisqu’on sait que 80% des utilisateurs de ce réseau de micro-blogging ont entre 15 et 29 ans.

C’est la raison pour laquelle, en ce jour anniversaire de la mort d’Ilan Halimi, je participe  à la cérémonie du souvenir organisée là même où Ilan a été retrouvé agonisant, cérémonie organisée depuis 7 ans à l’initiative d’Olivier Leonhardt, maire de Sainte-Geneviève-des-Bois.

C’est la raison pour laquelle, cette année, j’ai annoncé au nom du Conseil Général de l’Essonne, la création du "Prix Ilan Halimi contre l’antisémitisme".  Ce prix, doté de 10.000 euros, viendra, chaque année le 13 février récompenser toute initiative, conduite en Essonne ou ailleurs dans le pays, visant à déconstruire les stéréotypes antisémites: travail de recherche universitaire, initiative culturelle, projet associatif, scolaire ou périscolaire. Ce prix qui incarnera les valeurs de fraternité de cohésion et d’universalisme du département sera remis par un jury composé d’élus, de personnalités académiques et intellectuelles, de membres du CRIF, de représentants de l’éducation nationale et des associations de lutte contre le racisme.

Ici, ce n’est pas de communauté qu’il s’agit, mais de la République. La République qui émancipe, libère et protège. La République du vivre ensemble et de la fraternité.

 

Jérôme Guedj

Député et Président du Conseil Général de l’Essonne

Nos réseaux sociaux en direct

Félicitations au nouveau président du CRIF !
Nous avons hâte de lutter ensemble contre le boycott !
#StopBoycott

Son discours : http://www.crif.org/fr/auteur-de-blog/francis-kalifat

#ActuCrif / #AGCrif - Francis Kalifat a été élu aujourd'hui Président du CRIF et succédera à Roger Cukierman le 29 juin.

Retrouvez ici le discours du Président élu du Crif : http://www.crif.org/fr/blog/mon-election-la-presidence-du-crif

Francis Kalifat a été élu Président du CRIF lors de l’assemblée générale de l'institution le 29 mai 2016. Il succède à Roger Cukierman qui terminera son mandat le 29 juin 2016.

Le nouveau président du CRIF a déclaré vouloir « un CRIF uni, pluraliste, résolument engagé dans tous les combats contre l’antisémitisme et le racisme et fortement investi dans la promotion du vivre-ensemble. »

Il a réaffirmé vouloir préserver l’indépendance politique du CRIF et son refus de tout dialogue possible avec l’extrême gauche comme avec le Front National.

« Mon mandat sera celui de la tolérance zéro vis à vis de toutes les formes de haine anti juive des plus visibles aux plus sournoises comme celle portée par l’antisionisme. »

Lire ce communiqué sur le site du Crif : http://www.crif.org/fr/communiquedepresse/francis-kalifat-nouveau-presid...

Site du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France. Actualité de la communauté juive, informations et débats.

Site du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France. Actualité de la communauté juive, informations et débats.

Site du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France. Actualité de la communauté juive, informations et débats.

Deal with the ridesharing start-up will allow 2 companies to share date, explore collaboration for future projects

Contrairement à d’autres pays du Moyen-Orient, Israël a des lois libérales sur l'identité sexuelle - Israel, concours de beauté

À l'occasion de la Journée nationale de la Résistance, le 27 mai, hommage à Roger Fichtenberg, une grande figure de la Résistance juive.

Réfugié avec sa famille à 25 km au nord-est de Vichy, Roger Fichtenberg entre en Résistance en 1942 et fonde avec d’autres la "Sixième", la branche clandestine du mouvement des Éclaireurs israélites de France. Depuis Moissac (Tarn-et-Garonne), l’organisation met en œuvre le sauvetage de milliers d’enfants juifs.

Faux papiers, planques, passages de frontières, diffusion de tracts clandestins… Roger brave les dangers en sillonnant la zone Sud. Intégré à l’état-major des FFI du Lot-et-Garonne, il participe à la libération d’Agen où il occupe la préfecture (19 août 1944) et contribue au rétablissement des institutions républicaines.

Roger Fichtenberg a retracé son parcours dans "Journal d’un résistant juif dans le Sud-Ouest", un livre publié dans la Collection Témoignages de la Shoah publiée par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah aux Editions Le Manuscrit.

Témoignage de Roger Fichtenberg :
http://bit.ly/TémoignageRogerFichtenberg

Plus d'information sur la Journée nationale de la Résistance : http://bit.ly/JournéeNationaleRésistance

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.