Actualités
|
Publié le 18 Février 2020

Crif - Crif et communautarisme : Francis Kalifat répond à nos questions

Le Président Emmanuel Macron présente aujourd'hui son plan de lutte contre le communautarisme et ce qu'il désigne comme "séparatisme islamiste". Le Crif a lui-même parfois été qualifié de communautariste. Le Président du Crif Francis Kalifat éclaircit ici les positions de l’institution sur le sujet.

Le Crif a parfois été qualifié de communautariste. Quel est votre sentiment à ce sujet ?

Francis Kalifat - Je ne suis pas d'accord avec le fait de dire que la seule raison d'être du Crif est de défendre les intérêts communautaires.  Le Crif refuse toute communautarisation de la société et demeure très attaché à la laïcité telle qu'elle est définie par la loi de 1905. Lorsque le Crif exprime une inquiétude, il le fait certes au nom des Français juifs mais dans l'intérêt de la République dans son ensemble. Le fléau de l'antisémitisme, par exemple, ne concerne pas seulement les Juifs mais l'ensemble des Français. Derrière ceux qui haïssent les juifs, on trouve souvent ceux qui haïssent la France et ses valeurs.

Vous savez, le terme de "communautés" en lui-même n'a, à la base, rien de négatif. C'est l'utilisation qui en est faite aujourd'hui par ceux qui veulent se mettre en déhors de la République qui est mauvaise, et dangereuse. 

Comment s'inscrit le Crif dans le paysage républicain français ?

Francis Kalifat - L'engagement du Crif est un engagement profondément républicain. Le dialogue, la solidarité, l'égalité, la tolérance, l'éducation, la démocratie, sont des valeurs qui sont évidemment au coeur du Crif. Et nous ne céderons rien des valeurs que nous portons et que nous défendons. C'est le sens de notre engagement, au Crif, car c'est aussi celui de l'amour de la France et de l'attachement aux valeurs républicaines. 

Vous utilisez souvent la formulation "Français juifs". Pourquoi ne pas parler de "Juifs de France" ?

Francis Kalifat - C'est vrai que j'ai l'habitude d'utiliser ce terme de "Français juifs" mais, en réalité, je ne vois pas de différence avec celui de "Juifs de France". En revanche, vous m'entendrez rarement parler de "communauté juive de France", même si cette terminologie permet de parler des Français juifs (vous voyez, je reste fidèle à ce terme !) dans son ensemble. En effet, à l'heure où le communautarisme est perçu si péjorativement, je veux à tout prix éviter les termes confus qui pourraient être mal reçus. 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.