Actualités
|
Publié le 11 Janvier 2018

#Crif - Entretien avec Josef Schuster, Président du Conseil Central des Juifs en Allemagne

Depuis l'annonce de Donald Trump sur le statut de Jérusalem, l'Allemagne connaît une nouvelle vague d'antisémitisme. Le Crif a souhaité s'entretenir avec Josef Schuster, le Président du Conseil Central des Juifs en Allemagne (Zentralrat der Juden in Deutschland), afin de faire le point sur la situation de la communauté juive allemande.

Le Crif - Depuis quelques semaines, la presse internationale se fait l'écho d'une nouvelle vague d'antisémitisme en Allemagne, exacerbée par le discours du Président Donald Trump sur la statut de Jérusalem. Quelle est la forme de cet antisémitisme ?

Joseph Schuster - Nous enregistrons en effet une hausse de l'antisémitisme lié à Israël. L'annonce du Président Donald Trump a mené à de nombreuses manifestations partout en Allemagne. Au cours de ces rassemnlements, les manifestants ont brûlé des drapeaux israéliens et crié des slogans antisémites. Ces manifestations soudaines de haine nous ont rappelé les manifestations anti-israéliennes durant le conflit avec Gaza en 2014. Dans ces moments-là, l'antisémitisme révèle son visage le plus hideux.

Le Crif - Diriez-vous que l'antisémitisme actuel est principalement motivé par des idées antisionistes ?

Joseph Schuster - Les attitudes antisionistes se sont malheureusement répandues dans la société allemande toute entière. Un groupe d'experts nommé par le Parlement allemand a déterminé qu'en 2017, 40% de la population allemande cautionnent l'antisémitisme lié à Israël.  Par ailleurs, nous ne devons pas oublié qu'il y a d'autres formes d'antisémitisme, qui sont elles-aussi dangereuses. Je pense par exemple au partisants d'extrême(droite qui sont à l'origine de la majorité des actes antisémites commis. De plus, des études ont montré qu'au cours de ces dernières années, un nombre constant d'Allemands, envrions 20%, avait adopté des attitudes antisémites.

Le Crif - Tout comme le Crif, vous vous battez contre toutes les sortes de discours haineux sur Internet, en particulier les discours antisémites et antisionistes. Quels sont les outils que vous utilisez pour cela ? Quelle est votre relation avec les grandes plateformes comme Facebok ou Twitter ?

Joseph Schuster - Le Conseil Central est en contact étroit avec le Gouvernement allemand concernant l'antisémitisme sur Internet. Nous avons partagé nos points de vue avec le ministère allemand de la Justice, qui a introduit une législation obligeant les plateformes de médias sociaux à examiner et supprimer les postes susceptibles de contenir des discours de haine en moins de 24 heures. Cela inclut les commentaires antisémites et ceux qui nient l'Holocauste. Nous avons également été en contact avec des platesformes Internet telles que Ebay, où des objets nazis ont été mis à la vente dans le passé.

Le Crif - Depuis le 1er janvier, une nouvelle loi* oblige ces grandes plateformes à supprimer les messages illégaux ou les comptes que les internautes ont signalés dans un délai de 24 heures. Est-ce une victoire ?

Joseph Schuster - Le Conseil Central se félicite de la nouvelle loi qui oblige les grands médias sociaux à enfin prendre la responsabilité du discours de haine qui se propage via leurs plateformes.

Le Crif - Les récentes élections allemandes ont été très favorables au parti d'extrême-droite AfD qui a remporté 94 sièges au Bundestag. Quelle est la situation politique actuelle à ce sujet et pensez-vous, en tant que dirigeant de la communauté juive allemande, que les Juifs doivent s'inquiéter de cette montée de l'extrême droite ?

Joseph Schuster - Comme je l'ai exprimé à l'occasion d'une tribune commune avec le Président du Crif, Francis Kalifat, dans Le Figaro/DIE WELT**, la communauté juive d'Allemagne suit de près les développements de notre société. Le parti populiste d'extrême-droite AfD est maintenant la troisième plus grande fraction du Parlement allemand. Depuis les élections de septembre 2017, nous n'avons pas enregistré une nouvelle hausse de l'extrême-droite. La communauté juive doit rester alerte mais elle ne doit pas tomber dans la peur. Nous croyons dans la puissance de toutes les forces démocratiques et pensons qu'elles doivent s'unir pour combattre toutes les tentatives visant à anéantir notre système libéral-démocratique.

Propos recueillis par Marie-Sarah Seeberger

*En Allemagne, depuis le 1er janvier 2018, une nouvelle loi impose aux grandes plates-formes de supprimer en moins de vingt-quatre heures les contenus illégaux. Elles seront condamnées à une amende de 50 millions d’euros si elles ne parviennent pas à supprimer les messages illégaux, signalés par les internautes, dans le délai imparti. Une avancée dans le domaine de la lutte contre la hainte sur Internet qui mérite que l'on s'y penche davantage.

**Après l'annonce des résultats des élections législatives allemandes - et de la victoire de 94 sièges au Bundestag pour le parti d'extrême-droite AfD, le Crif s'est entretenu avec le Conseil Central des Juifs en Allemagne. Les Présidents des deux organisations ont ensuite écrit une tribune commune, publiée dans deux quotidiens nationaux de leurs pays respectifs afin de dénoncer les dangers de l'extrême-droite. 

A lire ici : #ACTU #CRIF - TRIBUNE CONJOINTE DU CRIF ET DU CONSEIL CENTRAL DES JUIFS EN ALLEMAGNE SUITE À LA MONTÉE DE L'EXTRÊME-DROITE

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.