Actualités
|
Publié le 24 Juin 2019

Crif - Francis Kalifat réélu pour un deuxième mandat à la Présidence du Crif

Lors de l'Assemblée générale du Crif du 23 juin 2019, Francis Kalifat a été réélu pour un deuxième mandat à la Présidence du Crif. Après avoir dressé un bilan de son premier mandat et remercié les membres de l'Assemblée générale pour leur confiance, Francis Kalifat s'est exprimé sur les défis qui l'attendent. Découvrez les projets, les objectifs et les enjeux qui dessinent les contours de son nouveau mandat.

En juin 2016, après des années passées au Crif - en tant que membre de l'exécutif, Trésorier, puis vice-Président - Francis Kalifat succédait à Roger Cukierman à la Présidence du Crif. Hier, dimanche 23 juin, il a été réélu par l'Assemble générale du Crif et entame donc un second mandat à la tête de l'institution.

Vous terminez un premier mandat à la présidence du Crif. Quelques mots sur ces trois années ?

Francis Kalifat : Ces trois années à la présidence du Crif ont été dures et éprouvantes. Elles ont été marquées par deux événements graves et traumatisants, les meurtres de Sarah Halimi et de Mireille Knoll. Comme l'ensemble de la communauté juive, j'ai été très choqué. J’ai rencontré de nombreuses victimes d’actes antisémites, certaines encore adolescentes, leurs parents, leurs familles. Ce n'est jamais facile.

Ces trois années ont été le triste constat du franchissement d'un nouveau palier dans la haine antisémite quotidienne : désormais, les Juifs sont attaqués chez eux, à leur domicile, et plus seulement dans la rue.

Quelle est la plus grande difficulté à laquelle vous avez du faire face en tant que Président du Crif ?

Francis Kalifat - Je dirai que la tâche la plus difficile est d'assumer la lourde responsabilité qui est la mienne face aux inquiétudes toujours justifiées de la communauté juive de France. A ces inquiétudes, il faut trouver une réponse adaptée et à la hauteur. 

Quels ont été les moments qui vous ont rendu heureux au cours de ce premier mandat ?

Francis Kalifat - Je crois que c'est notamment d'avoir réussi - avec d'autres - à faire reconnaître le caractère antisémite du meurtre de Sebastien Sellam. C'est là l'un des moments les plus forts de mon mandat. Comme le Président de la République l’a écrit en mai 2018, Sébastien Sellam fait désormais partie des victimes de l’antisémitisme.

Des moments heureux, j'en ai eu tous les jours. C'est une mission difficile mais extrêmement gratifiante. Notre travail pour faire d'Internet un espace plus sûr, la mise en place de l'Observatoire de la haine sur Internet, notre combat pour l'adoption de la définition de l'antisémitisme de l'IHRA, notre engagement sans faille pour la mémoire de la Shoah : tous ces combats sont de véritables fiertés du quotidien.

Vos relations avec les pouvoirs publics français se sont renforcées tout au long de votre mandat. Quelles sont-elles à présent ?

Ce renforcement de nos relations me semble aller dans une continuité indispensable. Le Crif n'a pas de pouvoir policier ou judiciaire, il est donc nécessaire d'entretenir une relation d'échange et de confiance avec les pouvoirs publics pour leur faire part des préoccupations des Français juifs. 

Nous avons de bonnes relations avec les pouvoirs publics mais, à l’issue de ce premier mandat, je constate qu’il est compliqué pour eux d’avoir une stratégie ciblant spécifiquement l’antisémitisme. Beaucoup de nos interlocuteurs, lorsqu’ils évoquent la haine des Juifs, evoquent systématiquement la haine des Arabes, des Noirs, des homosexuels ou des Musulmans. Je le regrette d’autant plus que chacune de ces haines répond à des ressorts spécifiques et qu’elles mériteraient toutes un traitement particulier, et non pas un plan global.

A l'aube de ce nouveau mandat de Président, quelles sont vos ambitions ?

Francis Kalifat - Je veux d'abord un Crif ouvert à tous les Juifs, et au service de tous les Juifs. La décision unanime d'accepter l'adhésion du Beit Haverim au sein de l'Assemblée générale du Crif va d'ailleurs dans ce sens.

Ensuite, je veux un Crif de combat, entièrement engagé contre l’antisémitisme, quelle que soit sa forme. Il s'agit d'un Crif encore plus actif et plus déterminé dans les quatre champs d’action que sont l’éducation, Internet, la justice et la communication.

Enfin, je veux un Crif qui lutte pour les valeurs républicaines, les libertés, l’égalité, la fraternité et la laïcité.

La justice sera la priorité absolue de mon second mandat car je crois sincèrement que la justice doit mieux faire en matière de lutte contre l’antisémitisme.

L'antisémitisme sévit plus que jamais dans le quotidien des Français juifs et il faut mettre un terme définitif à ce fléau.

La haine d'Israël et sa délégitimation doivent être combattues également : ce sont des vecteurs puissant d'antisémitisme en France, il faut l'admettre pour pouvoir lutter contre. Les opposants à l’existence-même du seul Etat juif voient en Israël la cause de tous les maux. Ils sont clairement antisémites. Nous continuerons donc de les combattre avec la plus grande force.

Enfin, la préservation de la mémoire de la Shoah demeure un travail de tous les instants. 

J’ai de grandes ambitions pour le Crif mais je mesure, avec gravité et humilité, l’ampleur de la tâche, les défis à relever et la lourde responsabilité qui m'ont été confiés.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.