Actualités
|
Publié le 9 Novembre 2018

Crif/Antisémitisme - Communiqué : les actes antisémites en hausse de près de 70% en France

Le Crif prend acte de la forte hausse des actes antisémites annoncée ce matin par le Premier ministre Édouard Philippe. Au-delà des actes les plus violents, ces chiffres traduisent la permanence et le développement d'un antisémitisme du quotidien.

Communiqué du Crif - Paris, le 9 novembre 2018 - Les actes antisémites en hausse de près de 70% en France

Le Crif prend acte sans surprise de la forte hausse des actes antisémites annoncée par le Premier ministre Édouard Philippe pour les 9 premiers mois de 2018.
 
Au-delà des actes les plus violents, ces chiffres traduisent la permanence et le développement d'un antisémitisme du quotidien.
 
Le Crif dénonce depuis longtemps une résurgence d’un antisémitisme multiforme, notamment l’influence de la haine et de la dé-légitimation d'Israël.
 
Le Crif s’inquiète de la contamination par les réseaux sociaux devenus de véritables vecteurs de haine antisémite raciste xénophobe et homophobe.  Aussi, le Crif attend des actions fermes et rapides de régulation d’Internet.
 
Francis Kalifat, Président du Crif, appelle le gouvernement "à traiter l’antisémitisme en tenant compte de son caractère propre et des ressorts particuliers auxquels il répond. Chaque type de haine doit avoir un traitement spécifique pour permettre une réponse efficace."
 
Le Crif et son Président se sont exprimés sur le sujet dans l'ensemble des médias français ainsi que dans certains médias internationaux.

***

Tribune du Premier Ministre Edouard Philippe - 9 novembre 2018

C’était il y a 80 ans, jour pour jour. Le 9 novembre 1938, les nazis livrèrent l’Allemagne à une nuit de violences dirigées systématiquement contre les synagogues, contre les magasins tenus par des Juifs, contre les habitations des Juifs. Le bruit sinistre des vitrines brisées a donné son nom à cet épisode terrible de l’histoire : la nuit de cristal.

Pourquoi rappeler, en 2018, un aussi pénible souvenir ?

Parce que nous sommes très loin d’en avoir fini avec l’antisémitisme. Je viens de prendre connaissance des chiffres les plus récents sur l’évolution des actes antisémites dans notre pays. Ils sont implacables. Alors qu’il était en baisse depuis deux ans, le nombre de ces actes a augmenté de plus de 69 % au cours des 9 premiers mois de l’année 2018.

Elie Wiesel nous l’a enseigné en peu de mots : « le vrai danger, mon fils, se nomme indifférence ». Le Gouvernement a précisément choisi de ne pas rester indifférent.

Ne pas rester indifférent, c’est mieux accueillir les victimes, savoir prendre en compte leurs plaintes, pour mieux sanctionner les auteurs. Dans le cadre du plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, nous avons décidé d’expérimenter un réseau d’enquêteurs et de magistrats spécifiquement formés à la lutte contre les actes haineux, avec un nouveau modèle d’audition. Je souhaite que cet effort soit poursuivi et amplifié. Le dispositif de « pré-plainte » en ligne est désormais opérationnel pour les victimes d’actes haineux (https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr).

Ne pas rester indifférent, c’est éduquer les jeunes générations au respect de l’autre. Dès la mi-novembre, au ministère de l'Éducation nationale, une équipe nationale sera mobilisable en permanence pour intervenir dans les établissements scolaires en appui de tout enseignant confronté à l’antisémitisme. Sur ce sujet, comme sur toute violence, le gouvernement préfèrera toujours la transparence et l’action à la peur et au silence du #PasdeVague. Et je souhaite aussi mettre en valeur les initiatives menées pour défaire les préjugés racistes et antisémites. A ce titre, je remettrai, début 2019, le prix national Ilan Halimi, nouvellement créé.

Ne pas rester indifférent, c’est ne rien laisser passer sur internet et les réseaux sociaux. Le Gouvernement engagera, en 2019, un chantier législatif pour obtenir le retrait rapide des contenus haineux. Il se battra pour que ce sujet soit traité comme une priorité par le Parlement européen et la Commission qui seront issus des élections de mai 2019.

Chaque agression perpétrée contre un de nos concitoyens parce qu’il est juif résonne comme un nouveau bris de cristal. Le Gouvernement définit et met en œuvre des « plans contre » : contre l’antisémitisme, contre le racisme, contre l’homophobie. Il le fera avec détermination. Mais il appartient aussi à chaque Français de se mobiliser « pour » : pour la vie en commun, pour l’identité de la France, pour les valeurs de la République.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.