Actualités
|
Publié le 29 Janvier 2020

Crif/Antisémitisme - "Criminaliser les Juifs : Le mythe du "meurtre rituel" et ses avatars (antijudaïsme, antisémitisme, antisionisme)", par Pierre-André Taguieff

Le dernier ouvrage du philosophe, politiste et historien des idées Pierre-André Taguieff, « Criminaliser les Juifs: Le mythe du "meurtre rituel" et ses avatars (antijudaïsme, antisémitisme, antisionisme) », vient de paraître dans la toute nouvelle collection dirigée aux éditions Hermann par Céline Masson et Isabelle de Mecquenem, « Questions sensibles ».

Par Marc Knobel, Historien, Directeur des Etudes au Crif

En préambule, je voudrais dire ici ce qu’il y a de considérable dans l’oeuvre de Pierre-André Taguieff (une quarantaine d’ouvrages à ce jour). Il s’agit de constantes étonnantes que nous voulons résumer en quelques mots.

Pour commencer, Pierre-André Taguieff est assurément aujourd’hui l’intellectuel qui, probablement au monde, maîtrise le mieux toutes les facettes folles et meurtrières de la judéophobie, passée et présente, sous toutes ces formes ; toutes, y compris l’antisionisme. Ses connaissances sont telles qu’il est en mesure d’analyser, de décortiquer et de mettre en perspective historique plus de deux mille ans d’histoire. C’est là un défi gigantesque que Taguieff est en mesure intellectuellement de produire, alors que cette tâche est immense et qu’il est extrêmement difficile de synthétiser, de condenser, d’observer toutes ces productions antisémites. C’est ainsi que Taguieff fournit les éclairages historiques et conceptuels. Mais, Taguieff sait contourner les difficultés, non seulement parce qu’il a accumulé des connaissances gigantesques, mais aussi parce qu’il est un travailleur acharné et scrupuleux.

Incontestablement, Pierre-André Taguieff poursuit et parachève les travaux entrepris par deux grands autres historiens qu’il a connus et fréquentés.

Le premier fut l’immense historien français Léon Poliakov, que j’ai eu l’honneur de connaître et dont les travaux portaient sur la Shoah, l’antisémitisme et le racisme. Le second fut l’incroyable Robert Solomon Wistrich, qui était professeur d'histoire européenne et juive à l'Université hébraïque de Jérusalem et directeur du Centre international Vidal Sassoon de l'Université pour l'étude de l'antisémitisme. Poliakov et Wistrich étaient parmi les spécialistes de l'antisémitisme les plus connus au monde.

Une autre caractéristique de l’œuvre de Taguieff est qu’elle est indissociable de son engagement. Il est un observateur attentif, minutieux et scrupuleux. Mais il sait aussi tourner le fer dans la plaie et  porter la contradiction, démonter des/les propos fallacieux, traquer même (tous) les ennemis de nos démocraties, notamment les islamistes.  Les combats permanents de Taguieff sont d’une régularité exemplaire. Je dois le dire ici, car je le connais depuis bientôt 30 ans. Il n’a jamais failli dans ses engagements. Il n’a jamais failli même devant l’adversité, par exemple lorsque certains intellectuels jaloux voulaient régler des comptes avec le philosophe. Il n’a jamais failli, depuis le début des années 1980, dans sa dénonciation argumentée de tous les travers de l’antisionisme, avec lucidité et courage. Car, assurément, il faut du courage pour mener à bien ces études. Combien de détracteurs  l’attendent, presque fusil à la main, ne lui pardonnant pas de défendre Israël avec intelligence et de soumettre à un examen critique la propagande antisioniste.

Toute l’œuvre de Taguieff est donc marquée par le courage intellectuel. Et son dernier ouvrage en est le condensé. Je voudrais d’ailleurs dire à quel point le Crif est honoré qu’il développe ainsi, dans ce livre savant, l’esquisse que la collection des Etudes du Crif avait publiée en mars 2011, en son numéro 20 : « Aux origines du slogan 'Sionistes, assassins !' Le mythe du « meurtre rituel » et le stéréotype du Juif sanguinaire. » Et qu’il ait eu la délicatesse de nous saluer dans ses remerciements .

Alors, même si le titre de ce livre fait peur : « Criminaliser les Juifs », il est au plus près d’une réalité qui s’échelonne sur des centaines d’années et près de deux mille ans. Pendant des centaines d’années, les Juifs ont souvent été accusés de pratiquer le « meurtre rituel » : de la judéophobie antique à l’antisionisme radical d’aujourd’hui, en passant par l’antisémitisme racial et politique moderne, cette accusation délirante s’est traduite par des légendes mensongères qui n’ont cessé de susciter des mobilisations politiques et des violences meurtrières (émeutes sanglantes, pogromes, attentats terroristes).

C’est ainsi que les Juifs, tout au long de leur histoire, ont été victimes de ces accusations monstrueuses, puisqu’on les représentait sournoisement, atrocement, comme des criminels qui empoisonneraient les puits ou assassineraient des enfants lors de leurs fêtes religieuses.

Que dit à ce sujet le philosophe-historien ?

Au Moyen Âge, c’est dans ce contexte de dégradation de la condition des Juifs que la littérature talmudique est examinée avec la plus grande malveillance et dénoncée comme dangereuse, en tant que recueil d’enseignements antichrétiens - jugement diffusé et cautionné par des apostats, le plus célèbre d’entre eux, au XIIIe siècle, étant Nicolas Donin, de La Rochelle. La chrétienté menacée croit devoir réagir en condamnant et en brûlant le Talmud, livre jugé scandaleux, impur, ordurier, susceptible de contaminer les autres livres. Après avoir été confisqué sur l’ordre de Saint Louis (Louis IX) dans le royaume de France, le Talmud fait l’objet d’un procès solennellement tenu à Paris en 1240, dont le résultat est sa condamnation puis sa crémation, en 1242 et 1244. En 1242, vingt-quatre charrettes d’exemplaires du Talmud furent brûlées sur ordre du roi de France Louis IX. Au XIIIe siècle, les relations judéo-chrétiennes s’étaient à ce point dégradées que la société chrétienne peut être rétrospectivement caractérisée comme une « société persécutrice. » Le principal motif de l’accusation de « crime rituel », forgée par l’antijudaïsme chrétien médiéval à partir de la seconde moitié du XIIe siècle, est bien connu : l’affirmation qu’existe une coutume juive consistant à sacrifier chaque année, à la veille de la Pâque juive (Pessah), un chrétien, le plus souvent un enfant, soit en le crucifiant, soit en l’égorgeant pour en recueillir le sang, censé servir à fabriquer la matza, le pain azyme consommé pendant la fête de Pâque par les Juifs, commémorant l’exode d’Égypte. Le « crime rituel » par excellence, c’est l’infanticide rituel.

Taguieff rappelle que le premier infanticide rituel imputé aux Juifs remonte à 1144 en Angleterre : après la découverte du corps affreusement mutilé de William, âgé de douze ans, dans le bois de Thorpe à côté de Norwich, les Juifs sont accusés par la mère et l’oncle de l’enfant de l’avoir tué après l’avoir torturé. Le shérif écrase l’affaire. Mais l’accusation continue de circuler sous forme de rumeurs. Puis, quelques années plus tard, sous l’autorité d’un nouveau shérif et d’un nouvel évêque, la légende de l’enfant martyr, « tué par les Juifs », est mise en forme par le moine bénédictin Thomas de Monmouth : le meurtre de William aurait été commis d’une façon rituelle, en vue de reproduire la crucifixion de Jésus. Des miracles se produisent sur la tombe de William, ce qui semble justifier l’accusation. Le culte du martyr William attire des foules de pèlerins. En 1189, les Juifs sont attaqués à Londres puis dans tout le royaume. Le 6 février 1190, tous les Juifs de Norwich sont massacrés, à l’exception de ceux qui ont pu se réfugier du château. L’affaire William de Norwich sera suivie, au Moyen Âge, de nombreuses autres affaires d’infanticide rituel, accompagnées d’émeutes antijuives et de massacres de Juifs, lesquels ont souvent servi de prétextes à des mesures d’expulsion - les Juifs seront chassés d’Angleterre en 1290, de France en 1306, des principautés allemandes en 1450, d’Espagne en 1492, etc.

Ces accusations ponctueront notre histoire. Exemple ? Lorsqu’à la veille de la Pâque juive, le 1er avril 1882, dans le village hongrois de Tisza-Eslar, une jeune fille chrétienne avait disparu, la presse de l’époque n’avait pas manqué de dénoncer un meurtre rituel perpétré par des rabbins fanatiques, en l’inscrivant dans la longue série des « crimes rituels juifs » prétendument commis depuis le Moyen Âge, en vertu d’une obligation religieuse. C’est ainsi que l’on assurait aux lecteurs que le «  Talmud (…) recommande, en termes précis, de mêler au pain sans levain du sang chrétien. » 

De tels délires criminogènes, et leurs reformulations au XXe siècle et au début du XXIe,  sont longuement étudiés dans le livre.

Prenons l’exemple d’une accusation dérivée. En URSS, le « complot des Blouses blanches » a été le dernier des grands complots inventés et dénoncés par Staline, concluant la période 1948-1953 durant laquelle le dictateur aux tendances paranoïaques a exprimé ses délires antijuifs et, en stratège cynique, tenté de réveiller l’antisémitisme russe pour l’instrumentaliser à des fins politiques. Ledit complot contre l’Union soviétique mettait en scène des médecins juifs accusés d’assassinats ou de projets criminels, réactivant ainsi un faisceau de stéréotypes : ceux du Juif cruel, meurtrier, empoisonneur.

Taguieff poursuit inlassablement cette mise en perspective historique de l’horreur. Plus récemment encore, il rappelle que l’accusation de complot pour assassinat par empoisonnement a été lancée contre les Israéliens aussitôt après la disparition de Yasser Arafat, décédé de mort naturelle le 11 novembre 2004 sur le territoire français, une accusation régulièrement reprise depuis par l’OLP et divers milieux palestiniens.

Autant le dire, ce dernier ouvrage est une œuvre salutaire et remarquable. Un corpus très conséquent de notes complète ce livre, qui est à tous points de vue exceptionnel.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.