Actualités
|
Publié le 24 Juin 2019

Crif/Antisionisme - Francis Kalifat écrit à Emmanuel Macron

Depuis 2016, le Crif se mobilise pour faire reconnaître l'antisionisme comme une forme réinventée de l'antisémitisme. La semaine dernière, le Président du Crif Francis Kalifat a écrit au Président Emmanuel Macron au sujet du report du vote pour l'adoption de la définition de l'antisémitisme de l'IHRA.
C'est en juin 2016, lors des discussions au sein même de l'IHRA sur la définition de travail de l'antisémitisme, que l'engagement du Crif s'est intensifié pour faire reconnaître l'antisionisme comme une forme réinventée de l'antisémitisme
 
Dans les mois qui ont suivi, le Crif est intervenu directement auprès de l'Ambassadrice des droits de l'Homme au Ministère des Affaires étrangères, qui représentait le Gouvernement français dans cette négociation. 
De même, lors de la discussion au Parlement européen en Juin 2017, le Crif est intervenu auprès de Parlementaires européens français pour expliquer et convaincre sur la nécessité de ce texte. 
Le Crif a également régulièrement alerté le Président de la République à ce sujet, jusqu'à son annonce, faite lors du dernier Dîner du Crif.
 
Depuis février 2019, le Crif travaille avec les parlementaires, et notamment Sylvain Maillard, Président du groupe de réflexion sur l'antisémitisme, pour que la définition de l'IHRA devienne un texte de référence pour l'éducation, la justice et la police. 

Le vote pour l'adoption par la France de la définition de l'antisémitisme de l'IHRA devait avoir lieu le 29 mai dernier dans l'Hémicycle. Il avait été reporté, sans qu'il soit fait mention d'une nouvelle date.

Dans un courrier adressé la semaine dernière au Président Emmanuel Macron, le Président du Crif Francis Kalifat lui rappelle l'engagement fort pris lors du dernier Dîner du Crif. Emmanuel Macron avait en effet annoncé la mise en oeuvre par la France de la définition de l'antisémitisme de l'IHRA, déjà adoptée depuis le mois de décembre.

Francis Kalifat précise qu'une proposition de résolution avait ainsi été déposée par le groupe d'étude sur l'antisémitisme de l'Assemblée nationale, portée par le députée Sylvain Maillard. "Malheureusement, l'examen de la proposition de résolution signée par 167 députés, inscrite à l'ordre du jour le 29 mai dernier, a été repoussé sine die" constate t-il ensuite.

Dans un contexte dans lequel l'antisémitisme et l'antisionisme ne connaissent aucune limite, le Président du Crif précise qu'il parait "de la plus grande necessité que cette proposition de résolution soit examinée et mise au vote très prochainement."

Tout en respectant le fonctionnement des institutions, Francis Kalifat demande au Président de la République que ce texte soit examiné par l'Assemblée nationale avant les vacances parlementaires.

Mon image

Le Crif vous propose :

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.