Actualités
|
Publié le 23 Novembre 2020

Culture - Le Mahj chez vous : Le poète David Knout d'Arcadie Lochakov

La France est confinée et, comme tous les musées, le MahJ est fermé, mais il reste à vos côtés pour vous instruire, vous divertir, vous amuser, vous émerveiller, vous émouvoir. Aujourd'hui, le MahJ vous présente sa nouvelle acquisition, un portrait du poète David Knout d'Arcadie Lochakov.

Illustration :  Arcadie Lochakov, Le poète David Knout - Paris, 1923 - Huile sur toile - photo Millon. © mahJ

Le Mahj chez vous : Portrait du poète David Knout d'Arcadie Lochakov

 

Le Mahj est heureux de vous faire découvrir une œuvre acquise par le musée le 10 novembre dernier en vente publique : un exceptionnel portrait du poète David Knout (pseudonyme de Douvid Meïerovitch Fixman) peint à Paris en 1923 par Arcadie Lochakov (Argeïev, Bessarabie, 1892 – Paris, 1941), artiste méconnu de l'École de Paris. Cette œuvre constitue un enrichissement important des collections du mahJ, tant par la personnalité de l'artiste que par celle des personnages représentés.

Après des études aux Beaux-Arts d’Odessa, Ary Arcadie Lochakov s’installe à Paris en 1920 avec son ami et compatriote David Knout (Orhei, Bessarabie, 1900 – Tel-Aviv, 1955), dont il réalise ce portrait singulier où le poète tient, dans son bras, la tête de son épouse Ariane, fille du compositeur Alexandre Scriabine. Le couple va jouer un rôle fondamental dans la résistance juive en France, notamment en fondant, avec l’ingénieur Abraham Polonski et le rabbin Paul Roitman, La Main forte, une organisation clandestine qui contribua à l’exfiltration des juifs des camps d’internement français. Devenue un groupe militaire, renommé l’Armée juive (qui se transformera en Organisation juive de combat, au sein des FFI), elle participera activement à la Résistance et à la Libération. Ariane (« Régine » dans la clandestinité) sera assassinée par la Milice à Toulouse en 1944, tandis que David survivra et publiera Contribution à l’histoire de la Résistance juive en France, 1940-1944 (Éditions du Centre, 1944). Il sera rédacteur du Bulletin du Centre de documentation juive contemporaine, avant de s’installer en Israël en 1949, où il meurt en 1955.

Ce tableau est la première œuvre de Lochakov à intégrer les collections publiques françaises. Il trouvera sa place dans la salle consacrée à la résistance juive et au sauvetage des juifs de France sous l’Occupation, thème qui sera, lors de sa refonte, un des axes du parcours permanent du mahJ.

Description

Dans un intérieur, un poète David Knout, représenté en buste, tient dans sa main droite une marguerite, symbole de fidélité et d'amitié, et le visage de son épouse dans le creux de son bras gauche. En arrière plan, au pied d'un miroir, une console avec boîte, livres et une statuette.

 

A lire aussi :

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.