Actualités
|
Publié le 11 Février 2019

Edito - Tag antisémite découvert à Paris : la vitrine de la haine

Ce samedi 9 février, un tag antisémite aux relents particulièrement nauséabonds était découvert sur la façade d'un restaurant Bagelstein. Derrière la vitrine, une haine antisémite que l'on ne préférerait pas voir...

"Juden". C'est ce que l'on a pu lire, samedi, inscrit en lettres jaunes, sur la vitrine d'un restaurant Bagelstein de la capitale. 

Un tag antisémite aux échos dangereux, ceux d'un antisémitisme qui a conduit l'humanité au pire de son Histoire.

Les murs de la Républiques ont à nouveau été souillés par cette haine anti-juive de plus en plus tenace, et de plus en plus banalisée. A nouveau, oui. Car ce n'est pas la première fois que de telles inscriptions sont découvertes en France. Des tags antisémites, des croix gammées, des slogans nazis, et autres symboles tout aussi ignobles ont trouvé leur place au milieu des cimetières juifs, des plaques commémoratives, des murs d'écoles et des lieux de vie juive. 

Nous ne pouvons pas accepter ça. Nous ne pouvons plus accepter cela.

A l'heure où nous rédigeons ces lignes, nous apprenons que trois autres tags à caractère antisémite ont été découvertes dans Paris et qu'une boîte aux lettres parisienne, peinte en hommage à Simone Veil, a été salie d'infâmes croix gammées

Nous refusons qu'une vitrine abîmée d'un "Juden" en lettres jaunes devienne la vitrine de la République française. Nous savons que la France a mieux en réserve que l'affichage aussi lâche d'une haine puante. Cet acte abjecte a le reflet de ses auteurs, celui de la lâcheté et de l'indignité.

Le Crif, au delà de l'émotion suscitée par de tels relents, condamne avec la plus grande sévérité cet antisémitisme et attend que justice soit faite. 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.