Actualités
|
Publié le 8 Janvier 2020

Interview Crif - "Nous avons un travail d’éducation et de conviction à mener contre le négationnisme", Mario Stasi

Uniques en Europe, les Assises Nationales de la Lutte contre le Négationnisme sont le rendez-vous phare de nombreux intellectuels, journalistes et de chercheurs sur la question du génocide. Organisée par Frédéric Encel et la LICRA, la 10ème édition se tiendra le 10 Janvier 2020 autour du thème : « La négation dans tous ses états ». Pour l'occasion, nous avons interrogé le président de la LICRA, Mario Stasi. C'est le dernier jour pour s'inscrire !

La 10ème édition des Assises aura lieu le 10 janvier 2020 au Palais du Luxembourg, à Paris. 

Les assises nationales contre le négationnisme, sur le thème : « La négation dans tous ses états », aura lieu en présence et sous le haut patronage de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse. 

Inscriptions au obligatoire pour les participants au 01 53 82 57 02 avant le 8 janvier inclus.

 

Crif : La LICRA (Ligue contre le racisme et l'antisémitisme) et la Paris School of Business organisent pour la 10ème année consécutive les Assises Nationales de la Lutte contre le Négationnisme. Quels en sont les objectifs ?

LICRA : « Tant qu’il y aura des négationnistes, le génocide n’est pas terminé ». Ces mots d’Yves Ternon prononcés lors des 3ème Journées des Justes au Chambon-sur-Lignon résument parfaitement l’enjeu de la lutte contre la négation des crimes contre l’Humanité. Le négationnisme, qui est né dès la commission des génocides, a connu un fort développement jusque dans les années 90. Il a connu un temps d’arrêt mais malheureusement le développement numérique et les réseaux sociaux ont donné un second souffle à cette économie du mensonge et de la haine. Le travail accompli par Frédéric Encel n’est pas un combat d’arrière-garde : c’est un combat d’avant-garde pour faire reculer l’antisémitisme et les fauteurs de haine qui pourrissent les consciences d’une partie de la jeunesse par le complotisme et la négation de l’Histoire. 
 

Crif : Qu’en est-il du négationnisme aujourd'hui en France ? Est-ce une idéologie forte et répandue ?

LICRA : Le négationnisme est aujourd’hui en plein développement sur les réseaux sociaux. Il s’est diversifié, il a pris de nouvelles formes et surtout il a des ambassadeurs terriblement visibles et dangereux comme Alain Soral ou Dieudonné qui a lui seul a près d’1,5 millions de fan sur Facebook. C’est la raison pour laquelle la LICRA a demandé que la loi gayssot fasse partie des délits visés par la loi Avia sur la lutte contre la haine en ligne..Le négationnsme, via le complotisme, est la porte d’entrée principale à l’antisémitisme. C’est une des racines de la haine moderne qu’il faut combattre. La remise en cause de la Shoah a essaimé dans bien des catégories de la population. 

 

Crif : Cette année, les Assises se tiendront en présence et sous le haut patronage de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse, ainsi qu'en présence de nombreux historiens, de spécialistes de la Shoah et d'un rescapé d'Auschwitz-Birkenau. 

Est-ce une façon de mettre en valeur l'importance de la transmission de la mémoire des génocides, et notamment de la Shoah, pour lutter contre le négationnisme ? Quels sont les « voies et instruments de combat » de la LICRA afin de lutter contre le négationnisme ?

LICRA : Nous avons un travail d’éducation et de conviction à mener. Nous le faisons en mobilisant les derniers témoins, en accompagnant des jeunes délinquants placés sous main de justice à Auschwitz pour leur expliquer la réalité des génocides. Nous le faisons en travaillant avec la Fondation du Camp des Mille d’Alain Chouraqui qui a mis en place une approche innovante sur les mécanismes génocidaires. Mais la parole des témoins va s’éteindre. Nous devrons la faire vivre à leur place et devenir les témoins des témoins

Nous travaillons grâce au soutien du Ministère de l’Intérieur et de l’Éducation Nationale, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, de Facebook et du Fonds du 11 janvier à la création d’un campus numérique pour donner les outils critiques destinés à détruire les ressorts du négationnisme et à donner les arguments de raison et éclairés pour tordre le coup au mensonge et aux faussaires. La loi Gayssot est essentielle, notamment depuis qu’elle a été élargie à d’autres génocides. La loi Avia va marquer une étape historique. Mais rien ne remplacera un travail d’éducation pour donner les outils intellectuels et moraux à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. 

 

Informations: La 10ème édition des Assises nationales de la lutte contre le négationnisme

Où ? Palais du Luxembourg, 15 rue de Vaugirard, 75006 Paris

Quand ? Vendredi 10 janvier, de 9h à 17h30.

Inscriptions au obligatoire pour les participants au 01 53 82 57 02 avant le 8 janvier inclus.

Mon image

Le Crif vous propose aussi : 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.