Actualités
|
Publié le 26 Juin 2019

Mémoire - Henriette Cohen, la doyenne des rescapés d'Auschwitz-Birkenau est décédée

Henriette Cohen, rescapée d’Auschwitz, est décédée lundi 24 juin à l’âge honorable de 101 ans. Le Crif lui rend hommage. N'oublions jamais les noms de ceux qui ont vécu l'horreur concentrationnaire.

Née à Marseille le 17 août 1917, Henriette Cohen est partie quelques semaines seulement avant son 102e anniversaire. Son bras portait encore le numéro A8541, tatoué par les nazis à Auschwitz.

Le 21 mai 1944, dans la maison de ses beaux-parents à Eyguières près de Salon-de-Provence, elle est raflée avec sa belle-mère par la Gestapo. Ayant été prévenue, elle avait tout juste eut le temps de cacher sa mère et ses deux filles de 3 ans et 14 mois dans une ferme. Les paysans seront décorés après-guerre de la médaille des Justes.

Le 30 juin 1944, Henriette et sa belle-mère sont déportés de Drancy à Auschwitz par le convoi n°76.

Sa belle-mère est directement envoyé dans les chambres à gaz à Birkenau. Henriette quant à elle est emmenée à Auschwitz pour effectuer des travaux forcés. Elle reviendra seule, ayant survécu à l’horreur du camp puis à la marche de la mort en janvier 1945.

À son retour, Henriette pèse 35 kg. Ses filles ne la reconnaissent pas. Elle se mure tout d’abord dans le silence. "Certaines personnes, dans la rue, me demandaient pourquoi j'avais un numéro tatoué sur le bras. Les gens n'imaginaient pas ce que j'avais vécu et je n'en parlais pas à mes enfants".

Puis lorsque la parole se libère, Henriette ira témoigner auprès des jeunes et raconté l'indicible "pour que personne ne puisse nier" la Shoah.

La vie reprenant le dessus, Henriette a eu quatre autres enfants, 13 petits-enfants et 34 arrière-petits-enfants.

Nous leur adressons toutes nos condoléances.

N’oublions jamais.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.