Actualités
|
Publié le 23 Juillet 2019

Nos jours heureux - Les E.E.I.F vus par Jérémie Haddad, le Président de l'association

Les jolies colonies de vacances... Il fait beau, il fait chaud, ça sent vraiment les vacances ! Cette semaine, nous vous proposons une série d'articles sur les mouvements de jeunesse juifs en France ! Aujourd'hui, on part en "Explo" avec Jérémie Haddad, le Président des Eclaireuses et Eclaireurs Israélites de France !

Le Crif - Tout le monde connaît l'acronyme de votre association, ou du moins l'a déjà entendu dans une conversation. Parlez-nous des "E.I." !

Jérémie Haddad - Ah les E.I. ! E.I. veut dire Eclaireur Israélite, et c'est le diminutif du nom complet : Eclaireuses Eclaireurs Israélites de France*. Il s'agit du plus important mouvement de jeunesse juif de France, créé en 1923, et qui se fonde sur la méthode scoute. Ce sont donc les Scouts Juifs !

Mais c'est aussi plus largement une institution qui a beaucoup fait pour la communauté juive de France. D'abord, dans les années 20/30 en étant une des seules institutions communautaires à accueillir les juifs immigrés d'Europe de l'Est. Ensuite, en ayant une action de résistance reconnue pendant la Seconde Guerre mondiale : cache d'enfants, ateliers de faux-papiers, création de fermes d'enfants, résistance militaire (les EI ont notamment contribué à la libération de la ville de Castres). Mais également en reconstruisant la communauté après-guerre via l'école des cadres (Ecole d'Orsay) et en donnant l'envie de s'engager dans l'avenir du peuple juif à des milliers de jeunes qui sont devenus des cadres importants de la communauté. 
 
Aujourd'hui, les E.I. continuent leur vocation de "Bâtisseurs d'Identité" auprès des jeunes juifs de la communauté, et vont vers leur 100 ans. Ils ont repris leur rôle d'animateur de la réflexion de fond en publiant une nouvelle revue de pensée juive appelée L'éclaireur. 

Le Crif - A partir de quel âge un enfant peut-il s'inscrire aux EEIF ? Et jusqu'à quel âge en fait-il partie ? Racontez-nous un parcours type.

 
Jérémie Haddad -  C'est assez simple. Les E.I. commencent à 8 ans où on appartient jusqu'à 11 ans à la branche des Bâtisseurs.
On est Eclaireur ou Eclaireuse de 11 ans à 15 ans : on appartient à une équipe de 6-8 personnes qui fonctionne toute l'année pour réaliser des projets, et cette équipe est dirigée par un Zadeck (qui est un autre nom pour "Chef de Patrouille").
L'apprentissage des responsabilités commence tôt aux E.I. puisque dès 15 ans, ces responsables d'équipes ont la charge de diriger leur équipe pendant 3 jours de lors de la fameuse "Explo" sur les routes de France.
De 15 à 17 ans, on est PIF (Perspectives Israélites de France). C'est le moment où, en général, on vit un voyage éducatif et humanitaire à l'étranger.
Puis, à partir de 17 ans, on devient un animateur à part entière. Au bout de 4 ans d'animation, on peut prétendre à être Chef de Camp et à gérer un véritable petit village pendant 3 semaines et à gérer un budget de près de 70 000 euros. Certains choisissent ensuite de transmettre leur expérience en devenant formateur lors des stages de formation organisés tous les ans pour l'ensemble de nos animateurs.

Le Crif - Combien de jeunes Français juifs sont membres de votre association ? Chacun peut-il, sans différence de pratique religieuse, du milieu social ou d'origine, devenir un EEIF ?

Jérémie Haddad - Il y a 4000 E.I. actifs aujourd'hui et, en effet, l'un de nos marqueurs importants est le pluralisme. Nous acceptons tous les jeunes, quels que soient leur niveau de pratique religieuse, leur milieu social ou leur origine. C'est d'ailleurs ce qui fait la grande richesse des interactions humaines aux E.I. Pendant 3 semaines, des jeunes de milieu très différents peuvent se côtoyer et nouer des amitiés qui durent toute une vie.

Le Crif - "Groupe local", "Acti, "BM, BC, PIF, animateurs", "explo"... autant d'expressions un peu mystérieuses. Expliquez nous.

 
Jérémie Haddad - C'est vrai que ça peut paraître un peu ésotérique parfois !
Les E.I. sont répartis sur toute la France dans des Groupes Locaux (ou autrement dit GL). Nous en avons bien sûr beaucoup à Paris et en région parisienne mais aussi à Strasbourg, Lille, Nancy, Metz, Lyon, Grenoble, Marseille, Nice, Toulouse, Bordeaux, Cannes, Montpellier, Toulon, etc...
Acti, c'est le diminutif d'Activité car, au-delà des camps, les E.I. ça se passe toute l'année ! Régulièrement, les dimanche après-midi, les animateurs organisent des activités pédagogiques pour les différentes branches.
L'Explo c'est une véritable "exploration" des routes de France où pendant 3 jours et 2 nuits, les Eclaireurs partent avec leur équipe, ont un certain nombre d'activité à réaliser, dorment dans des villages (dans un gymnase, une salle des fêtes ou même une ferme !) et reviennent ensuite présenter tout ce qu'ils auront réalisé, vu et qui ils auront rencontré. Après plusieurs dizaines de kilomètres sur 3 jours, ils sont bien fatigués mais reviennent avec des souvenirs plein la tête !
 
Le Crif - Quelles sont les valeurs des EEIF ? Parlez-nous des piliers et du "minimum commun".
 
Jérémie Haddad - Les valeurs, elles sont contenues dans la "Promesse" que font les Eclaireurs qui ont choisi de la respecter :
  • L'EI construit son identité et développe ses qualités morales et physiques 
  • L'EI respecte son prochain et apprend à le comprendre 
  • L'EI développe ses compétences et les met au service des autres 
  • L'EI s'implique dans la vie de son groupe, de sa communauté et de sa cité, en assumant sa part de responsabilité 
  • L'EI découvre et transmet le Judaïsme, l'Histoire et les réalités du peuple Juif en diaspora et en Israël 
  • L'EI découvre et protège le monde qui l'entoure en apprenant à vivre en harmonie avec la nature 

Le minimum commun c'est un formidable outil de "Vivre ensemble". Nous avons dit plus haut que nous étions pluralistes. Mais pour que ce soit possible, et pour que des jeunes d'horizon très différents puissent avoir des activités en commun, cela suppose qu'on puisse accepter un minimum de pratique du judaïsme. Non pas pour des raisons théologiques (chacun a le droit de croire et de pratiquer ce qu'il veut) mais pour des raisons pratiques. Il faut que tout le monde puisse manger la même chose et vivre au même rythme pendant ce jour si important qu'est le Chabbat. Il y a donc un minimum commun, que de très nombreuses institutions, soucieuses de permettre une inclusivité maximale ont emprunté aux E.I. Nous en sommes fiers !

*Les E.E.I.F est une association membre du Crif.
 
Propos recueillis par Marie-Sarah Seeberger

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.