Actualités
|
Publié le 3 Juillet 2019

Stop Boycott - Festival d’humour à Tel Aviv : Games of trolls

Nous ne vous apprendrons pas que dès que des artistes décident de venir se produire en Israël (ou d’ailleurs quand des artistes israéliens veulent se produire en France), les militants à la petite semaine sont de sortie. En meute, les partisans du BDS menacent et mettent beaucoup de pression sur les artistes. Ils s’en prennent à leur réputation, menacent leur intégrité physique, et appellent au boycott systématique.

Nuance, ouverture, curiosité… et maintenant humour : décidemment, les boycotteurs manquent de tout.

Nous nous sommes entretenus avec Dan Lewkowicz, qui produit le festival "Tel Aviv du rire" qui aura lieu les 8 et 9 juillet à Tel Aviv, et avec qui nous avons fait le point sur cette vague de haine gratuite.

De nombreux artistes de la « nouvelle génération » vont se produire à ce festival, pour le plus grand bonheur du public. Les humoristes Sebastian Marx, Alex Ramirez, Waly Dia, Jeff Panacloc, Laura Laune, Lamine Lezghad, et Donel Jack’sman vont ainsi découvrir le public israélien, ainsi que le pays par la même occasion. En effet, les producteurs du festival se sont assurés que les artistes puissent en profiter pour se familiariser avec le pays, et pouvoir par la même occasion s’en faire une propre opinion.

Propre opinion, ce n’est pas comme cela que l’on définira l’acharnement dont sont victimes l’ensemble des humoristes, visés par les trolls qui ânonnent un discours pré mâché qui fait penser à un bingo géant où il faudrait à tout prix placer les mots « génocide », « apartheid », « sang de bébé », et évidemment « sioniste ».

C’est une déferlante d’insultes qui a surgi sur l’ensemble des pages des artistes, ainsi que dans la boîte e-mail de la société de production, qui a reçu de beaux messages fleuris :

Mon image

Mon image

Mon image

Si tous les artistes s’en sont pris plein les pages, ceux qui ont des origines musulmanes ou la peau plus foncée ont été encore plus victimes de cette vendetta low cost.

Certes, c’était prévisible au regard du comportement « habituel » des boycotteurs… néanmoins le fait que ces artistes soient de la génération « réseaux sociaux », a fait que les attaques ont été plus violentes et plus nombreuses. Horrifiés et déçus de découvrir qu’une partie de leur public est obtus et raciste, ces humoristes ont pris la mesure de la haine aveugle qui parfois se déchaine sur les réseaux sociaux. Un peu de « Dieudonnisme » saupoudré d’antisémitisme avec une bonne couche de BDS… et l’on arrive à cette armée de trolls qui se donne rendez-vous sur les pages des artistes pour les menacer et tenter de leur nuire.

Ces artistes pourtant, font tout sauf de la politique. Ils vont à la rencontre d’un public qui a hâte de les voir ou de les connaître. Ils apportent avec eux une tonne de vannes et de répliques qui tirent tous azimuts.

L’un d’entre eux, Lamine, leur a répondu dans cette vidéo hilarante :

Nous saluons ici le courage de ces artistes qui font front, et n’ont pas cédé à la pression à laquelle ils sont confrontés, et ce pour encore un mois.

À vous d’inverser la balance en leur souhaitant un bon festival… soutenons l’ouverture d’esprit, le partage et l’humour !

 

Pour s'inscrire au festival "Tel Aviv du rire", cliquez ICI 

Le Crif vous propose aussi :

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.