Portrait de Jean Pierre Allali
Jean Pierre Allali
Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Né à Tunis en 1939, Jean-Pierre Allali est un universitaire, un journaliste et un écrivain.

Professeur de mathématiques, il a notamment enseigné à l'université Paris I avant d'entreprendre une carrière de journaliste. Il a été le rédacteur en chef de « La Terre Retrouvée » puis de « Tribune Juive » et collabore toujours à plusieurs médias dont le JAMIF ( Journal de l'Association des Médecins Israélites de France), Les Cahiers Bernard Lazare , Tribu 12 et Lev Ha'ir.

Jean-Pierre Allali est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages essentiellement consacrés au judaïsme et à l'antisémitisme, dont les derniers s'intitulent « Les Juifs de Tunisie sous la botte allemande » (Éditions Glyphe, 2014) et « Les douze pierres de Quba » (Éditions Glyphe, 2015). Parmi ces ouvrages, l'un a été écrit en collaboration avec Shimon Peres : « Un temps pour la guerre, un temps pour la paix » ( Éditions Robert Laffont, 2003).

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Les billets de l'auteur

Haut fonctionnaire, l’auteur, dans cet ouvrage bien documenté, effectue une véritable plongée dans le monde musulman de France. Au bout d’une enquête de plusieurs années, son constat est sans appel : « Il est quelque chose de pathétique dans la présente situation de l’islam de France. » « Car impasse il y a » et, dès lors, « L’heure est bien à l’urgence ».

Le surtitre de ce livre décrit bien les objectifs de l’auteur : « 1916-1917 : des accords Sykes-Picot à la Déclaration Balfour ». Car il s’agit rien moins, dans cet ouvrage essentiel, que d’aller au cœur des textes. Des textes qui sont aujourd’hui, soit par ignorance, soit par une volonté délibérée de nuire à Israël, complètement ignorés.

Native de Salé, au Maroc, l’auteure est retrouvée un jour par une amie d’enfance, Marcelle, qui vit désormais à Givat’Eila, en Galilée. Marcelle propose à celle qui partagea il y a bien longtemps ses bancs d’école à l’Alliance Israélite, de lui rendre visite en Israël à l’occasion de Pessah.

Voici un ouvrage tout à la fois étrange et passionnant, à l’écriture superbe, mais néanmoins difficile à suivre. Le narrateur, en préambule, prend d’ailleurs la précaution de parler de son « identité secrète et incertaine » durant la période de déroulement du récit.

Adepte dynamique du dialogue judéo-chrétien, Marie Vidal s’est fait connaître du grand public dans les années 90 avec la publication de deux ouvrages de référence : Un Juif nommé Jésus (1) et Le Juif Jésus et le Shabbat (2). 

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

Pages

Articles les plus lus cette semaine

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.