Blog du Crif - Disparition du grand témoin historique Simon Gutman, par Claude Bochurberg

08 Octobre 2020 | 137 vue(s)
Catégorie(s) :
France

(Date du 15 septembre 2021)

Lors de la cérémonie nationale d'hommage commémorant le Vel d'Hiv, le Président du Crif s'est dit "choqué et révolté par les images indécentes des récalcitrant à la vaccination arborant l’étoile jaune et faisant des raccourcis honteux. C’est un outrage à la mémoire des victimes de la Shoah".

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Actualité

(Date du 15 septembre 2021)

Lors de la cérémonie nationale d'hommage commémorant le Vel d'Hiv, le Président du Crif s'est dit "choqué et révolté par les images indécentes des récalcitrant à la vaccination arborant l’étoile jaune et faisant des raccourcis honteux. C’est un outrage à la mémoire des victimes de la Shoah".

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris la disparition de Simon Gutman, né en 1923 à Varsovie, seul survivant du premier convoi des déportés Juifs de France, parti de Compiègne pour Auschwitz le 27 mars 1942, avec dans ses wagons 1112 personnes, composées selon Serge Klarsfeld, de Juifs étrangers arrêtés à Paris lors de la rafle du 20 août 1941, et de Juifs « notables » arrêtés à leur domicile le 12 décembre 1941, ainsi que 300 autres juifs envoyés de Drancy à Compiègne durant l’l’hiver 1941-1942. 

Simon Gutman était l’un de ceux qui tombèrent dans le piège dressé par les fonctionnaires de police Français le 20 août 1941, qui augura l’ouverture du camp de Drancy. Commença alors pour lui une longue descente en enfer avec son internement à Drancy, puis à Compiègne, suivie de son départ pour Auschwitz, avant d’être expédié au camp du Stutthof, puis de participer aux « Marches de la Mort », et enfin de réussir à s’évader non loin de Dachau. A son retour, Simon retrouva son père, seul rescapé d’une famille anéantie, qui avait gagné la France dans les années 30.

Simon Gutman, avec courage et abnégation s’est reconstruit en épousant une rescapée des camps, Bella Bleiweises, avec laquelle il fonda une belle famille, forte de deux enfants et de nombreux arrière-petits-enfants. 

Ce « mentsch », modeste, doux et chaleureux était l’un des derniers grands témoins historiques. Affecté aux cuisines d’Auschwitz, ses compagnons n’oublièrent jamais qu’il leur vint en aide durant l’épreuve du camp. L’homme de petite taille était un seigneur de haute dimension morale. Chaque année, il était présent avec ses arrière-petits-fils pour allumer une bougie à la Cérémonie des déportés à la Victoire.  Une page se tourne. Mais il restera toujours dans notre souvenir.

Claude Bochurberg

Mon image

Photo de Marylou Tremil, prise lors d'une cérémonie en mémoire des déportés à la Victoire

Le Crif vous propose aussi : 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.