Francis Kalifat

Président

« DU VIVRE ENSEMBLE AU FAIRE ENSEMBLE » interview dans L'Est Républicain

21 Juin 2016 | 39 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Des 27 avril au 10 juin 2016, se tiendront les journées nationales des Mémoires de la traite de l’esclavage et de l’abolition.  Souvenons-nous.

Nouvelle erreur de casting - Au lendemain de l'émission Dialogues Citoyens, retour sur Marwen Belkaid, un invité pas comme les autres.

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Portrait de Marc Knobel
Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Portrait de Marc Knobel
Des visages sur nos morts
|
14 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
#JeNaiPasPeur
|
14 Octobre 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Pages

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

Nancy. « Des Justes de Nancy au vivre ensemble d’aujourd’hui : quel avenir pour la France humaniste et laïque », tel est le thème d’une conférence sur invitation organisée conjointement par la Ville de Nancy et le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

Roger Cukierman, qui en est son président jusqu’à la fin du mois et son successeur, Francis Kalifat, seront présents. Ce dernier, premier séfarade élu à ce poste depuis 1969, évoque le climat actuel.

Le vivre ensemble est-il menacé en France ?

Il est sûrement menacé oui. Nous savons dans quelles difficultés et la communauté juive et la communauté nationale sont plongées. Nous sommes face à la nécessite de dépasser le concept du vivre ensemble pour parvenir à celui du faire ensemble. C’est compliqué, parce que la menace terroriste est forte. Les Français juifs se sentent particulièrement visés. Ils en ont payé le prix à Toulouse et à Paris.

La totalité de la société française doit retrouver le chemin d’une société pacifiée. Au moment des attentats, même si le personnel politique a apporté les réponses qu’il fallait en paroles et en actes, la communauté juive a eu un sentiment d’une sorte d’indifférence à son égard et elle doit retrouver une écoute au sein de la communauté nationale.

La communauté juive peut-elle succomber au communautarisme ?

Le repli est toujours à craindre, mais s’il intervient, c’est qu’il nous sera imposé. Les Français juifs éprouvent un sentiment d’inquiétude. D’une part, de vivre en France, d’autre part, de ne pouvoir scolariser leurs enfants où ils l’entendent, aussi bien dans les écoles publiques que privées. Je donne juste un exemple : en Seine-Saint-Denis, il n’y a plus d’enfants juifs scolarisés dans les écoles publiques, à cause d’un climat dégradé et difficile, d’insultes, de bousculades. Le libre choix ne peut plus s’exercer.

L’un des défis n’est-il pas la lutte contre les idées véhiculées par internet ?

Internet constitue le principal facteur de l’antisémitisme et de la radicalisation. Il est évident que nous devons trouver des solutions, parce que la société est alimentée par la haine propagée sur internet. La responsabilité incombe aux diffuseurs, qui sont très difficiles à poursuivre. Hébergés aux Etats-Unis, les sites invoquent le 1eramendement de la Constitution américaine, qui garantit une liberté totale d’expression ; hébergés en Russie ou en Ukraine, on n’a pas accès aux responsables. Internet est un outil exceptionnel pour le savoir et la connaissance, mais aussi un vecteur de haine. C’est vraiment le défi des années à venir.

Comment faire pour que les Français juifs ne fassent pas leur alya et n’aient pas envie d’émigrer en Israël ?

Tout simplement en leur laissant les conditions du choix, ce que certains ne pensent plus avoir. Plus de 8.000 ont quitté la France l’an dernier. Ils sont partis parce qu’ils se sentaient au centre de la menace. La situation a évolué après les attentats du 13 novembre. La haine n’a alors pas seulement visé les juifs mais toute la communauté nationale. On s’attaquait à la jeunesse, à son mode de vie et à sa façon d’être. Au 1er trimestre de cette année, le chiffre de Français juifs partis en Israël est en baisse. Ce n’est pas la même chose de se sentir une minorité menacée que de partager le danger avec une majorité.

Propos recueillis Patrick PEROTTO

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.