Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

ÈVE, par Marek Halter

21 Février 2017 | 62 vue(s)
Catégorie(s) :
Opinion

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

On ne le dira jamais assez : la parution d’ouvrages de poésie, en général et dans le domaine juif en particulier est devenue assez rare pour qu’on ne salue pas avec plaisir la sortie d’un nouveau recueil. Dans ce nouveau livre, la peintre et poétesse Sarah Mostrel nous offre un ensemble de textes inspirés de la Bible et des textes fondamentaux du judaïsme.

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Pages

Religion

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Adepte dynamique du dialogue judéo-chrétien, Marie Vidal s’est fait connaître du grand public dans les années 90 avec la publication de deux ouvrages de référence : Un Juif nommé Jésus (1) et Le Juif Jésus et le Shabbat (2). 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

L’Amitié judéo-chrétienne de France - dont plusieurs militants du Crif sont membres du Comité Directeur - a tenu dimanche 29 janvier son Conseil national, l’occasion pour nous de donner quelques nouvelles du front du dialogue.

Pour #Jerusalem partagez & faites entendre l’Histoire !

Itinéraire de Paris à Jérusalem est un récit de voyage de François-René de Chateaubriand publié en 1811. Il relate un voyage effectué de juillet 1806 à juin 1807.
Il est divisé en sept parties : la 5eme est  consacrée à Jérusalem

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Une stèle en mémoire des victimes de la Shoah qui n’ont pas de sépulture, "ni ici, ni ailleurs", a été inaugurée dans le cimetière parisien de Bagneux.
Une cérémonie solennelle - et sous haute sécurité - qui, à Bagneux, dix ans après la mort d’Ilan Halimi, séquestré et torturé dans la cité de la Pierre-Plate parce qu’il était juif, était d’autant plus symbolique.

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

« Tous les chrétiens ont des racines juives », rappelle le pape François

Portrait de Marc Knobel
Ces chrétiens que nous aimons
|
21 Avril 2015
Catégorie : Religion

Après des siècles de mépris, de haine, d’incompréhension et de méfiance, chrétiens et juifs espérons construire ensemble des parcelles d’Humanité.

Pages

Pour son nouveau roman, Marek Halter a choisi de nous parler d’Ève, notre mère à tous, la première des femmes. Toutefois, l’héroïne n’apparaît qu’à la fin du récit qui, dès les premières pages, nous présente quelques-uns de ses descendants directs les plus marquants. Et comme, à cette époque des débuts de l’humanité, on vivait bien plus longtemps qu’aujourd’hui, près de mille ans, on ne sera pas étonné de voir des personnages rencontrer, à l’occasion, de lointains ancêtres.

On admet généralement qu’Adam et Ève eurent trois fils : Abel, Caïn et Seth. Dès lors, se pose la question de la descendance. Certain commentateurs considèrent que le premier couple humain eut en réalité 33 fils et 23 fils. Ce qui ne serait pas étonnant pour une relation qui s’étend sur plusieurs siècles. Plus modestement, les textes hébraïques évoquent l’existence de deux filles d’Adam et Ève : Awan et Azura. Qui furent les épouses respectives de Caïn et de Seth. On dit même que ces deux filles étaient leurs sœurs jumelles. Comme on le voit, l’histoire de l’humanité débute par des incestes.

Pour sa part, Marek Halter a choisi d’ignorer Azura et propose, en fin d’ouvrage, une généalogie des personnages qu’il est bon de lire avant toute chose pour ne pas se perdre dans le fil de l’histoire : « Adam et Ève engendrèrent Caïn, Abel et Awan, puis Seth. De Caïn et Awan naquirent sept générations : Hénoch engendra Irad. Irad engendra Mehouyael. Mehouyael engendra Metouchael. Metouchael engendra Lemec’h et, avec une servante idolâtre, Lekh-Lekha.

Lemec’h eut deux épouses. Avec Adah, il engendra deux fils, Yaval et Youval, et deux filles, Noadia et Beyouria.

Avec Tsilah, il engendra un fils, Tubal et une fille, Nahamma.

Beyouria engendra Nahman. Nahamma épousa Noah, fils de Seth. Ils engendrèrent Sem, Cham et Japhet . »

Au début du roman, nous sommes à Hénoch, ville natale de Nahamma, personnage central et conteuse du récit. Sa mère, Tsilah, effondrée, lui apprend que son père, Lemec’h, pourtant très âgé et aveugle, a tué son aïeul, Caïn, et, dans la foulée son frère, Tubal. Lemec’h et sa famille sont, dès lors, mis au banc de la société.

Au fil des pages, on suit les pérégrinations de Lemec’h et des siens, les guerres impitoyables contre les infidèles. Yaval, fils de Lemec’h se révolte : « La vérité, je la connais : tu souhaites le massacre des idolâtres pour qu’Elohim te pardonne le sang de Caïn. La vieille Awan a raison. Rien ne réparera ta faute. Le sang n’efface  pas le sang… ». La vieille Awan, qu’on appelle la Grande-Mère joue le rôle de la sage de la tribu, celle dont on écoute les conseils et les prédictions.

Un jour, la tribu entreprend un long voyage pour aller dans une contrée lointaine, à la rencontre de l’ancêtre, Ève précisément. Des semaines de périple. La faim, la soif, les fauves. Les morts s’accumulent. Bientôt, les rescapés de ce voyage éreintant ne sont plus que huit de la cité d’Hénoch. Ils arriveront enfin au but. Là Adam lui-même demandera à s’entretenir avec Nahamma. Cette dernière, se retrouvant face au père de l’humanité va lui poser cette question : « Ô Adam, pour quelle raison Élohim vous a-t-il jetés hors de l’Éden, toi et Ève, notre mère à tous ? » Une question qui aura le don d’énerver Adam. Il faudra attendre la rencontre de Nahamma avec Ève pour un dialogue plus serein d’autant plus qu’il s’avère que Nahamma est le véritable sosie de l’ancêtre.

Ce récit palpitant s’achève avec le déluge et l’arche de Noah.

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Robert Laffont, octobre 2016. 360 pages. 21 €

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.