Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lecture de Jean Pierre Allali - Objets portraits, de Rita Ender

20 Février 2019 | 120 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

Actualité
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

Pages

Opinion
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

Pages

Objets portraits - Conversations avec de jeunes Juifs de Turquie, par Rita Ender

Peintures de Reysi Kamhi (*)

Voici un livre étonnant, probablement unique en son genre. Pour nous faire découvrir le judaïsme de Turquie, l’auteure est allée, à la rencontre de plusieurs dizaines de jeunes Juifs d’origine turque. Quand les personnes interviewées vivaient actuellement en Turquie, à Istanbul ou ailleurs, l’entretien se déroulait souvent dans un café. Mais pour ceux qui se trouvaient désormais loin du pays natal, on a préféré la méthode de l’Internet.

L’originalité de l’ouvrage est que l’entretien commence systématiquement par cette question inattendue : « Quel est votre objet de famille ? ». Et c’est à travers un objet que chacun raconte son histoire, celle de sa famille, en l’émaillant d’anecdotes et de souvenirs, ce qui donne un recueil aussi savoureux qu’intéressant.

Quant aux objets choisis par les personnes rencontrées, ils sont d’une variété qui laisse perplexe : un collier, une boîte, un tapis de table, un cendrier, des photos, une montre, un verre à cocktail, un bracelet, des tableaux, une tasse à café, un tableau en fonte émaillée, des recettes de cuisine, un sidur, deux fauteuils, une machine à écrire du temps jadis, une machine à calculer d’époque, une robe, un smoking, un collier en or et pierreries, un verre à thé, un samovar, la collection reliée d’un journal, un tourne disque.

Plus étonnants un portrait de Theodor Herzl et un autre de Moshé Dayan, une grand-mère, le souvenir des shabbats d’antan, deux livres, « Autant en emporte le vent » et « Les oiseaux se cachent pour mourir » et même un « instrument qui sert à tenir le pénis des bébés pour la circoncision » !

Quel que soit l’objet, il est le point de départ d’une histoire familiale édifiante qui rejoint la grande saga des Juifs de Turquie. L’ouvrage est agréablement illustré. À découvrir.

Jean-Pierre Allali

 (*) Éditions Lior. Février 2019. Traduit du turc par Joseph Eskenazi. 232 pages. 20 €.