Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Max et le pigeon, de Marc Wluczka

02 Janvier 2019 | 112 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

Opinion
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

Pages

Max et le pigeon, de Marc Wluczka*

Par-delà l’histoire, somme toute anecdotique, du sauvetage d’un pigeon, c’est la vie de Max, qui, aux heures sombres de l’Occupation et de la Shoah, fut, comme bien d’autres jeunes Juifs, un enfant caché, qui nous est contée. Avec tendresse.

Le récit des aventures de Max est l’occasion de nous décrire Belleville, un quartier autrefois typiquement parisien chanté par Maurice Chevalier et, désormais, essentiellement habité par des Juifs, des Arabes, des Africains, des Pakistanais et des Asiatiques.

Pendant la Guerre, Max a été récupéré par un pasteur protestant et placé dans une famille catholique, loin de Paris, à Saint-Julien-d’Ance à quarante kilomètres du Puy-en-Velay. Il a treize ans, vient de faire sa « communion » et se retrouve, séparé de sa famille, chez des paysans, les Maurin. Il gardera des vaches et des chèvres. À la Libération, hélas, malgré des attentes interminables à l’Hôtel Lutétia, il réalisera que ses parents auront péri dans les camps de la mort.

Après une carrière d’ouvrier imprimeur, Max, qui n’est pas en très bonne santé, qui a perdu son épouse, Marie-Thérèse, morte d’un cancer et qui ne revoit ses enfants et ses petits-enfants que par intermittence, s’est lié d’amitié avec Kader.

Lorsqu’un jour, il récupère un pigeon mal en point que des voyous du quartier sont en train de maltraiter, c’est avec Kader qu’il va tout faire pour tenter de sauver le malheureux volatile, notamment en allant en bibliothèque pour consulter des ouvrages sur la vie des pigeons.

Après quelques jours d’attentions et de soins, le pigeon de Max sera sauvé et prendra son essor pour voler vers la liberté retrouvée.

Original et sympathique.

Jean-Pierre Allali

 (*) Éditions Maïa. Juillet 2018. Préface de Serge Klarsfeld. Avant-propos de Jean-François Guthmann. 126 pages. 17 €.