Francis Kalifat

Président

Mon discours lors de la commémoration du Soulèvement du ghetto de Varsovie 2020

20 Avril 2020 | 24 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Billet d’Ariel Amar*, pharmacien

 

Dimanche 19 avril, le Crif et le Mémorial de la Shoah ont organisé une cérémonie virtuelle pour commémorer le 77ème anniversaire du Soulèvement du ghetto de Varsovie. Un moment très émouvant au cours duquel, ensemble, nous avons rendu hommage aux Hommes qui se sont soulevés pour leur liberté.

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Pages

Actualité

Billet d’Ariel Amar*, pharmacien

 

Dimanche 19 avril, le Crif et le Mémorial de la Shoah ont organisé une cérémonie virtuelle pour commémorer le 77ème anniversaire du Soulèvement du ghetto de Varsovie. Un moment très émouvant au cours duquel, ensemble, nous avons rendu hommage aux Hommes qui se sont soulevés pour leur liberté.

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Pages

Dimanche 19 avril, le Crif et le Mémorial de la Shoah ont organisé une cérémonie virtuelle pour commémorer le 77ème anniversaire du Soulèvement du ghetto de Varsovie. Un moment très émouvant au cours duquel, ensemble, nous avons rendu hommage aux Hommes qui se sont soulevés pour leur liberté.

Discours de Francis Kalifat lors de la commémoration du Soulèvement du ghetto de Varsovie - 19 avril 2020

 

"Chers amis,

Si vous me le permettez, avant de commencer mon intervention, je voudrais ajouter deux choses. La première, c'est que, traditionnellement, l'Ambassadeur de Pologne en France participe à cette cérémonie. Les circonstances que nous connaissons font qu'il n'a pas pu être avec nous.

Néanmoins, il m'a écrit un courrier, et je voudrais vous donner lecture de deux ou trois passages de ce courrier. [Il lit] "Monsieur le président, c'est avec une grande tristesse que j'accueille les circonstances actuelles qui font que je ne peux m'exprimer autrement que par écrit pour commémorer le Soulèvement du ghetto de Varsovie. Si cette émotion demeure intacte, c'est également le souvenir de ces héros, la mémoire de cette période et des crimes commis qui doivent le demeurer tout autant en ces temps troublés.

Le pire de ce que l'homme a pu produire n'est jamais très loin. La démocratie n'est jamais totalement à l'abri d'idées délétères. L'actualité vous fournit hélas régulièrement des sujets pleins de pessimisme." 

[Il reprend] Avant de commencer mon intervention, je veux aussi avoir une pensée pour les personnes qui nous ont quittés.

Je voudrais également saluer la mémoire d'une femme pour laquelle j'avais beaucoup d'affection, Danièle Hoffman-Rispal. Elle nous a quittés la semaine dernière. Ancienne députée, ancienne vice présidente de l'Assemblée nationale, présidente du groupe d'amitié France-Israël à l'Assemblée nationale, conseillère de Paris, Danielle était une infatigable militante des causes humanistes. Et c'est à l'aune de sa conscience juive qu'elle a toujours fixé ses engagements politiques et associatifs. Son timbre de voix si particulier continuera de trouver un écho dans nos coeurs comme dans celui de tous les militants.

Nous vivons actuellement une période inédite où le temps semble suspendu. Nous devions, comme chaque année, commémorer le Soulèvement du ghetto de Varsovie ce matin, à 11h au Mémorial de la Shoah.

Bien que la situation sanitaire ne nous permette pas d’être sur place, je veux saluer cette belle initiative qui nous permet grâce à la technique de nous retrouver pour nous souvenir et  marquer notre inscription dans l’héritage laissé par la légendaire histoire du ghetto de Varsovie.

958 jours : C’est ce qu’il aura fallu aux nazis pour enfermer, affamer, persécuter, exécuter et déporter 380 000 juifs, entre le 12 octobre 1940-veille de kippour-et la liquidation qui débuta veille de pessah le 19 avril 1943.

Entre ces jours de détresse extrême, il y eut ces jours mémorables et héroïques au cours desquels les membres de l’Organisation Juive de combat prirent les armes pour se soulever.

Nous savons qu’ils étaient démunis face à la puissance de feu nazi, nous savons que la résistance polonaise appelée à l’aide n’a pas répondu à l’appel. Les combattants du ghetto étaient seuls face aux nazis, et cela ne peut que contribuer à les auréoler de gloire, cela oblige notre mémoire à les extraire du néant, à leur rendre leur nom et leur jeunesse.

C’est pourquoi nous avons décidé de mettre à l’honneur la résistance juive en vous proposant  en plus de l’extrait du témoignage de Larissa Cain, celui de Simha Roten, survivant de l’Organisation Juive de combat et témoin des derniers jours du ghetto et de l’anéantissement des forces juives par les nazis. Vous retrouverez ce témoignage après la cérémonie dans la programmation que nous avons prévue en lien avec le Mémorial de la Shoah.

Notre cérémonie cette année est écourtée mais complétée par une programmation documentaire. Vous pourrez dans la journée, visionner sur  nos réseaux plusieurs documentaires qui viendront étoffer notre cérémonie.

Si elle avait eu lieu en public comme nous l’avions prévu, les chaises de Milo Adoner, de Frida Wattenberg et de Simon Grobman auraient été vides. Ils nous ont quitté tous les trois, Milo d’épuisement, Frida et Simon ont eux été terrassés par le Covid 19.

Puisse l’histoire du ghetto nous apporter lucidité et réconfort.

Lucidité face à l’antisémitisme et l’antisionisme qui explosent sur les réseaux sociaux avec leurs théories complotistes et conspirationnistes qui font une nouvelle fois des Juifs et d’Israël des boucs émissaires.

Réconfort car nous savons que c’est l’exemple des combattants héroïques du Ghetto de Varsovie qui nous guident dans notre combat permanent contre l’antisémitisme.

Nous leur devons respect, fidélité et amourcar ils nous ont donné, ils nous donnent la fierté d’être JUIFS.

Je remercie l’équipe du Mémorial de la Shoah et la Commission du Souvenir du Crif, et plus particulièrement, Jacky Fredj, Bruno Halioua et Stéphanie Dassa   d’avoir tout mis en œuvre pour que malgré les conditions , cette commémoration  soit possible.

Je vous souhaite une bonne cérémonie. Vous entendrez parler Yiddish, hébreu et français : ces trois langues qui sont pour beaucoup d’entre nous des marqueurs identitaires.

Je vous dis à bientôt, prenez soin de vous, et restez chez vous."

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.