Transmission - Blog du Crif : Ensemble, dans l’enfer d’Auschwitz-Birkenau, pour la mémoire

21 Janvier 2019 | 281 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Découvrez mon discours prononcé lors de la plénière de clôture de la 11ème Convention nationale du Crif, le 14 novembre 2021, en présence du Premier ministre Jean Castex.

Pages

Antisémitisme

Découvrez mon discours prononcé lors de la plénière de clôture de la 11ème Convention nationale du Crif, le 14 novembre 2021, en présence du Premier ministre Jean Castex.

Lors de la cérémonie nationale d'hommage commémorant le Vel d'Hiv, le Président du Crif s'est dit "choqué et révolté par les images indécentes des récalcitrant à la vaccination arborant l’étoile jaune et faisant des raccourcis honteux. C’est un outrage à la mémoire des victimes de la Shoah".

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Opinion

Découvrez mon discours prononcé lors de la plénière de clôture de la 11ème Convention nationale du Crif, le 14 novembre 2021, en présence du Premier ministre Jean Castex.

Pages

Charlotte Lelouch a participé au voyage de mémoire du Crif, le dimanche 13 janvier dernier. Dans ce billet de blog, elle nous livre ses impressions et son sentiment.

 

“A vous à présent de devenir les passeurs de mémoire, de devenir les témoins des témoins”, lance spontanément Ginette Kolinka, une survivante du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau et passeuse de mémoire de la Shoah. Une jolie formule d’une extrême véracité qui restera à jamais gravé après la visite en Pologne des camps d'Auschwitz et de Birkenau le temps d’une journée.

Un voyage initiatique et mémoriel

C’est accompagné des guides du mémorial de la Shoah, que ce voyage mémoriel s’est déroulé, pendant lequel nous avons honoré ce devoir de mémoire. La première étape fut la visite du camp de concentration et d’extermination d'Auschwitz, devenu un musée. C’est la gorge nouée et les yeux humides remplis de larmes que nous avons découvert l’horreur, ou plutôt l'innommable.

Une plongée dans l’horreur nazie, qui a coûté la vie à près de six millions de Juifs lors de la Seconde Guerre mondiale dont un million a péri dans le camp d’Auschwitz.

Plongés au cœur d’un système de mise à mort, symbole des heures les plus sombres de l’Histoire, nous avons fait face aux insoutenables chambres à gaz et fours crématoires dans lesquels la parole est bannie et où le silence de recueillement est de mise.

L’inscription « Arbeit macht frei » (le travail rend libre) qui orne l’entrée vers les blocs fait échos à celle de la mort présente sur chaque objets retrouvés et chaque traces laissées dans ce camps.

Comment rester insensible devant ces vitrines montrant un tas gigantesque de lunettes, ustensiles, sacs, vêtements, cheveux, gamelles, en passant par un amas de cheveux humains ? Effrayant lorsque l’on sait d’autant plus que ces gigantesques tas représentent à peine 20% des objets retrouvés.

Birkenau ou les portes de l’enfer

Le plus marquant reste à venir lors de la découverte de la vaste et immense étendue du camp de Birkenau. Le froid est glacial, le vent nous transperce intensément le corps. Emmitouflés dans nos manteaux, écharpes, gants et bonnets, la première pensée naturelle qui nous vient à l’esprit s’avère être comment les déportés ont pu résister à ce climat polaire en hiver et si insupportable à la chaleur de l'été.

En parcourant les différents baraquements c’est le coeur noué que nous prenons difficilement conscience des terribles conditions de vie et du sort atroce qui était réservé aux déportés.

Comment cela a t-il pu exister ? Il faut se rendre à l’évidence, l’inqualifiable s’est bel et bien produit.

Cependant, il faut essayer de fermer les yeux pour pouvoir s’imaginer réellement les choses car aujourd’hui les camps ne sont qu’un décor, ce qu’il y avait à l’époque n’existe plus vraiment. A cela il faut rajouter l’odeur et le bruit permanent.

Lorsque la nuit est tombée, le silence, et le souffle du vent dévoile un son particulier ; un léger son aigus rappelant étrangement des cris d’hommes et de femmes.

L’atmosphère est glaciale, le ciel est noir, seul résonne à la fin de la visite dans une belle communion, le chant des déportés, le Kaddish ainsi que le son du chofar, sonné par le Rabbin de Boulogne Billancourt, Didier Kassabi, laissant alors place au recueillement et à une intense émotion.

Les bougies allumées rappellent ainsi le souvenir des millions de déportés morts dans ces camps où il n’est plus question d’une période sombre de l’Histoire, mais véritablement de l’Histoire de l’humanité.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.